« Ev-Dragon the game
Free Mmorpg
»
Koskane : Incroyable, le site est toujours en ligne.
Ajt : Bonjour à vous jeune dragonnier
[!] Whiteange tire une dame de pique (Total : 12/14)
See
All


  Home - Members - Guilds - Help - Purchases - Alchemy - Wanted - The Newspaper - Play
  Connection - Registration - Frequently Asked Questions (FAQ) - Police of the game - Partners - Forum - Wiki

   Précédent    Actualiser    Demarrage    Favoris    FR/EN Perso Infonolan 

Fiche Perso : Elyra (Gwaihir)

Info Perso 

Dragon de Gwaihir

Gwaihir received 0 Po by the sponsoring.
Gwaihir has a level aura 10.
Gwaihir has a karma of 7942.
Gwaihir is a specialist in fourbe.
Gwaihir est un male.
Gwaihir is single.

Receive mail with new comment: non
Warrior   10/10
Barbarian 7/10
Priest 0/10
Monk 10/10
Alchemist 0/10
Magician 0/10
Thief 0/10
Murderer 10/10
Builder 0/10
Demolition 0/10
Druid 0/10
Shaman 10/10



Background
*Thrae*
http://www.ev-dragon.com/forum/message.php?id_topic=12937


*
**


Moi, de la pointe du museau au bout de la queue, en passant par mes ailes fragiles. « Darastrix ». Dragon. Moi, avec la mémoire millénaire de tous les Dragons qui m’ont précédé. Mon corps fin, mais déjà puissant, machine à tuer. Mon corps armure, recouvert d’écailles d’un splendide vert lumineux, ainsi que d’écailles d’argent comme l’Eau. Mon corps, aux griffes et aux crocs si blancs, aux yeux si noirs. Je sais que je détiens en moi la sagesse et les connaissances mêlées des Dragons Verts et des Dragons d’Argent.

Je suis un Dragon. Je suis un être unique. J’ai pris le nom que me soufflait le vent. Celui qu’il me souffle encore chaque jour en frôlant mes oreilles, l’accompagnant de promesses d’un avenir semblable à lui. Sauvage.

« *Thrae*. » Je suis l’air. Je suis le Vent.

Libre et changeant. Doux et puissant. Invisible et mystérieux. Brise rafraîchissante et rafale dévastatrice. Brise timide et rafale furieuse. Esprit de Liberté.

Je suis Gwaïhir.


*
**


Les Hommes avaient voulu me mater, ils n'avaient réussi qu'à me rendre plus sauvage. Avec moi, plus de corde, de selle, de fouet. Je suis la mort incarnée, le démon des montagnes, le fléau des humains. Porté par l'air, l'air qui vibre en moi, l'air qui vibre entre les pics enneigés, j'ai appris à voler, voler dans les cieux, voler à côtoyer les aigles, et voler les troupeaux de ces maudits humains. J'ai appris à nager dans les lacs bleus glacés, ondoyant entre deux eaux, plus silencieux qu'une ombre, plus silencieux qu'une ombre également quand j'ondule entre les maisons, à la recherche de quelque enfant à terroriser. J'ai appris à cracher des flammes, rougeoyantes, hautes et belles, prêtes à chauffer mon âme, cuire mes proies, brûler les masures des paysans insouciants. Et surtout, j'ai appris à courir, que ce soit dans les forêts ou les prairies, sur l'herbe ou sur la roche, je cours, aussi rapide que l'air, plus vite que quiconque, pour fuir les forts ou dévorer les faibles.

Oui, j'ai tellement appris. Je maîtrise tous les éléments à présent : thrae, eau, feu, terre. Je maîtrise les quatre éléments et les milles-et-unes façons de nuire aux humains. *Thrae*. Comme l'air, je suis insaisissable, trop vif pour que quiconque m'échappe, trop rapide pour que quiconque me poursuive et me nuise. Ils disent que les choses vont changer. Ils disent que le chaos est terminé, qu'Ithil les protègera, que des dragonniers viendront à leur secours. Ils se trompent. Le chaos n'est pas terminé. Je *suis* le Chaos, tellement supérieur à ces misérables humains. Tous hurleront, tous fuiront, tous périront.

Je suis Gwaïhir, le dragon-terreur, et les montagnes ne sont plus assez grandes pour assouvir ma soif de vengeance. Je suis Gwaïhir, et en ce froid jour d'hiver, je suis la mort qui descend dans les plaines.


*
**


Des mains rouges. On y revient.

Une goutte de sang dégouline le long de mes doigts, court le long du poignet, pour achever sa course contre le tissu de ma chemise. Ce sang… Tant de sang. J’ai du mal à y croire. Malgré la large plaie de sa gorge qui abreuve le sol, je m’attends à voir Agilmar bouger. Je ne suis partie que quelques minutes. Qu’il bouge…

Mort ? Impossible qu’il soit mort. Impossible qu’il ne me parle plus jamais.

« Ecoute » me semble-t-il entendre.

J’écoute. J’entends. Le fracas d’un caillou qui roule résonne dans le vide de mes pensées. Derrière moi.

D’un bond, je suis debout, face à eux. Deux hommes. Armés. J’entends leur cœur qui bat la chamade. L’or –notre or- dans leur bourse. Ils fuient.

Pourquoi fuient-ils ? Deux tueurs, deux voleurs, face à une gamine ? Est-ce la pitié ? Ou bien ai-je l’air si folle que ça ? Qu’importe. Mes mains sont rouges. Ils doivent payer.

Ma main vole, saisit une lame, la lance d’un geste calculé, mille fois répété. Ce n’est pas un tronc que je vise aujourd’hui, ni un petit lapin. Pourtant, je n’hésite pas. Le premier homme s’effondre, le manche du poignard dépassant de sa nuque. Tombant de sa bourse, les pièces d’or qu’il n’aurait jamais dû dérober tintent gaiement sur le sol et se mêlent à son sang. Et moi, je jubile. A l’autre !

Trop idiot pour faire demi-tour et se battre, l’autre homme s’enfui. Il commence à être loin. Trop loin. Je brûle. Brûle de rage, de douleur, d’envie de meurtre. Mais je reste calme.

Lentement, je laisse glisser mon arc de mon épaule et ajuste la corde. Lentement, je choisis une flèche. La plus belle. La plus droite. Et l’encoche. L’homme est hors de portée. Avec la patience de l’habitude, je vise, mesure. Ouvre doucement mes doigts.

La flèche file à toute allure, en une courbe harmonieuse. Trop courte. Trop à gauche. Je l’observe, sans sourire, sans grimace. Et comme venue du néant, une brise soudaine fait dévier mon arme et l’entraine vers sa cible. A distance, je ne peux que voir l’homme s’affaler. Mais j’espère qu’il a eu le temps de voir la pointe ressortir d’entre ses os. J’espère qu’il s’est senti mourir.

Des mains rouges.

C’est fini. Un souffle d’air ébouriffe ma chevelure et porte à mes narines l’odeur poisseuse de l’endroit. Je passe d’un geste vif mon bras sur mes yeux. Pourquoi tout est-il si flou ? Je ne suis tout de même pas en train de pleurer ? La gorge serrée, je chasse une mèche de cheveux derrière mon oreille, barbouillant au passage ma joue de sang. Sans même réaliser quoi que ce soit. Inconsciemment, je récupère mon poignard sur le premier ennemi. Puis je me retourne, trébuche, tombe devant la forme immobile qui s’étale au sol.

Voilà. L’homme qui m’a sauvé la vie. Mon père. Mort. A son tour. Une larme, encore une, perle à mon œil, avant de descendre lentement. Dessinant son sinueux tracé sur ma joue sale. Puis d’autres. Dissimulant le monde derrière une buée de tristesse.

Et même maintenant, des années après, je ne peux m’empêcher de sangloter.


*
**


Mourir est loin d'être un cadeau. Mourir, c'est perdre toute la lumière du monde pour sombrer dans une obscurité douloureuse. Mourir, c'est ne même plus pouvoir hurler pour se soulager. Souffrir. Juste souffrir.

J'ignore combien de temps je suis restée dans le néant, à attendre que tout cesse. Mes prières sont vaines. Quand je comprends que rien ne s'arrêtera, quand la souffrance devient une partie de moi, sourde et supportable, alors seulement, je me force à ouvrir les yeux.

Sang, feuilles, eau. Il me faut un moment pour remettre ces éléments dans leur contexte. Eau, loin en bas. Feuilles, celles de l'arbre dont je sens l'écorce sous mes mains. Sang, le mien, qui goutte lentement de...

J'inspire un grand coup et ferme les yeux. Comment suis-je arrivée là ?

Je me rappelle la forêt où je me traînais, perdue dans mon chagrin. Je me rappelle une gerbe de flammes qui a déchiré les fourrés. “Ecoute”. En temps normal, j'aurais entendu le craquement des feuilles mortes sur le sol, le souffle léger dans les buissons et le silence criant et terrifié de toutes les autres créatures de la forêt. En temps normal. Tout ce que j'avais pu faire, c'était tendre un bras vain à me protéger des flammes et le hurlement de terreur qui montait en moi était resté bloqué dans ma gorge nouée. Tout ce que j'avais pu faire, c'était regarder une gueule remplie de crocs me fondre dessus et me résigner à mourir. Et le monde était devenu noir.

La douleur devient plus forte et apporte avec elle une vérité des plus importantes. Je ne suis pas morte. Malgré mes prières, ma faiblesse, je ne suis pas morte. Et si la vie a perdu toute sa saveur, la mort soudain en fait de même. Il n'y a rien après la mort, pas de soulagement, pas d'au-delà réconfortant. Seulement douleur, puis néant. Je ne suis pas morte.

Je rouvre les yeux et essaie de juger de l'état de mon corps. Mon bras gauche me brûle de l'épaule au bout des doigts. C'est la douleur la plus vive. Mon bras droit… Ma gorge se serre. Mon bras droit… une masse de chair déchiquetée que je ne parviens pas à bouger…

L'autre douleur est plus profonde. Sur ma chemise, une large tache de sang s'étale au niveau de mon ventre, là où une épaisse corde me ligote à mon perchoir. Au moment où mes doigts tremblants frôlent la corde, un cri m'échappe. Ce que je prends pour une corde, c'est en réalité une queue écailleuse et, je le comprends vite, hérissée de piques à moitié plantées dans ma chair. Et au bout de la queue…

Je déglutis péniblement en voyant enfin la créature qui m'a accrochée là. Je n'ai aucun mal à mettre un nom dessus. Dragon. Mais un dragon tellement différent de ceux de mes cauchemars... Point de créature auréolée de flammes aux yeux brillants, point de monstre caparaçonné d'une armure d'écailles rutilantes, point de géant dont le pas fait trembler les montagnes. Celui que j'ai en face de moi est un dragon rachitique, aux écailles ternes, sales et parfois arrachées. De la taille d'un gros loup, il est planté sur une branche à ma gauche, recroquevillé sur ses pattes maigres, comme prêt à me bondir dessus. Ses ailes exhibent moultes plaies et déchirures. Sa tête fine est surmontée d'une crête de piques qui descend le long de son dos jusqu'à l'extrémité de sa queue. Et ses yeux... Ses yeux sont deux gouffres noirs.

Je dois avoir l'air d'un pantin désarticulé, pendue à cet arbre les jambes dans le vide, les bras et l'âme en bouillie. Pourtant, la vérité hurle en moi avec de plus en plus de force. Je ne suis pas morte… Ma vie ne tient qu'à un fil … mais je n'ai subitement plus aucune envie de mourir.

Alors que mon regard ne quitte pas celui de la créature, mes doigts se lancent dans une exploration maladroite de ma ceinture. Des armes. J’ai toujours des armes sur moi. Où sont-elles ?

Une gueule remplie de crocs s'ouvre sur ce qui doit être un rictus monstrueux et le dragon s'approche légèrement :

- Si toi veux mourir, ça pouvoir s'arranger vite.

Sa voix est rauque, un peu usée, comme s'il n'avait pas l'habitude de parler. Mais ce qui me choque, c'est d'entendre une créature animale s'exprimer, et dans ma langue en plus! Les faiblesses du langage en deviennent accessoires. Ce monstre parle, ce monstre pense, ce monstre a l'air intelligent et moi je suis sa proie. Il se tient tellement près de mon visage que je vois la salive qui coule le long de ses crocs, que je sens son haleine étouffante et je ne peux m'empêcher de grimacer. Sa queue resserre sa prise autour de mon corps et un cri de souffrance m'échappe à mesure que les piques s'enfoncent un peu plus dans mes plaies ouvertes. J'ai mal. J'ai peur. Je ne suis qu'une enfant et ce monstre est plus fort, plus cruel et peut-être même plus intelligent que moi. Face aux yeux noirs sans pupille, je comprends que je ne sortirai pas de là par la force et toute envie de défi m'abandonne.

- Mieux comme ça, murmure la créature. Toi peur et toi obéir, sinon tu vas mourir.


*
**


Je n'ai pas envie de me retrouver seule avec le dragon. Non, pire que ça. J'ai peur.

La peau de mon bras se met à me piquer soudainement. La brûlure, pas encore cicatrisée, se rappelle à moi.

Ce monstre pourrait me tuer de mille manières.

- Tu ne dis rien, *kosj* munthrek pothoc.
-
Non, je ne dis rien. Mes blessures ne sont pas encore réparées. Mon corps est épuisé. Mon esprit, terrifié. Mais que dire ? Ai-je seulement le choix ?

- Gethrisj ! lance le saurien comme s'il avait lu mes pensées. *Tu* n'as pas le choix.


*
**


Je frémis quand la queue puissante s’enroule autour de moi, mais cette fois, les longs piquants ne m’effleurent même pas. Je pose mon pied sur un, ma main sur un autre, et en douceur, me laisse hisser hors du trou. Le dragon me dépose à quatre pattes sur le sol et me tourne aussitôt le dos. Sans plus me jeter le moindre regard, il éventre le cadavre et se jette sur ce festin bien mérité.

Tremblante, je me relève et m’éloigne avec répulsion du corps du dragon noir. Un peu plus, et c'était moi le repas. Si le dragon… Si Gwaïhir ne m'avait pas sauvée…

Mes jambes ne me portent plus. Tant bien que mal, je me traîne jusqu'à un arbre et m'y adosse. Si ce n'est le bruit de mastication, le silence est total. Gwaïhir m'ignore royalement. On aurait dû mal à croire qu'il a tué ce dragon… pour moi.

A-t-il vraiment fait ça pour moi ?

Après un long moment, je me résous à briser le calme.

- Merci... Co... Comment tu as su ?
- Tu m’as appelée.
- Je croyais... je pensais... tu étais loin... Comment tu m’as entendue ?

Cette fois enfin, le dragon vert tourne la tête et se place lentement face à moi. Je dois refouler ma nausée en voyant les morceaux de chairs dégueuler de ses crocs. Ses yeux noirs se plantent dans les miens alors qu’il murmure d’une voix rauque :

- Je te l’avais dis. Où que tu sois, je saurais toujours te retrouver, kosj munthrek.

Difficile de savoir les sentiments qui l’animent au moment où il prononce cette phrase. Il faut dire que l'odeur de sang gâche un peu la déclaration. Pourtant, je sens la chaleur me monter aux joues et des émotions contradictoires se mélanger en moi.

- Je m’appelle Elyra, grommelé-je en détournant mon visage. Cesse un peu de m’appeler “petit humain”, c’est blessant.

Il continue à me fixer.

- D'accord, aestyr... répond-il enfin.
Et laissant là la conversation, il replonge sa gueule écumante dans le corps fumant de son adversaire.

Je soupire tout en me laissant glisser le long de l’arbre. Aestyr. Femme.

Allons, c’est un progrès...


*
**


"La Nuit se regroupe, et voici que commence ma garde. Jusqu’à la Mort, je la monterai. Je ne prendrai conjoint, ne tiendrai terre, ni n’engendrerai. Je ne porterai de couronne, n’acquerrai de gloire. Je vivrai et mourrai à mon poste. Je suis l’épée dans les ténèbres. Je suis le veilleur aux remparts. Je suis le feu qui flambe contre le froid, la lumière qui rallume l’aube, le cor qui secoue les dormeurs, le bouclier protecteur des royaumes humains.
Je voue mon existence et mon honneur à la Garde de Nuit. Je les lui voue, pour cette nuit comme pour toutes les nuits à venir."

De la plus haute tour de ChateauNoir, une femme émerge. Grande, toute vêtue de noir. Elle enlace tendrement un petit dragon vert et se juche sur son dos d'un bond agile.

Stratèges. Bras droits. Commandants.

- Eraesthyr, murmure affectueusement Gwaïhir. Allons tuer.


*
**


Les Chevaliers.
Honneur
Justice
Bravoure
Vertu
Miséricorde
Piété

Un serment que je ne peux prêter.

Adrentar... Tes idées me fascinent et j’ai énormément d’estime pour toi… Mais cela ne suffit pas à changer celle que je suis. Ni pieuse, ni brave, ni honorable, et ne parlons pas de ma vertu. Je ne veux pas prendre ce serment à la légère. Il faudra du temps et beaucoup d’efforts pour que je sois digne de le prononcer.

Un jour, j'en serai digne.


*
**


En ce froid matin de Narvinyë du début de l'an XII, les épais nuages ne daignaient pas laisser percer le moindre rayon de soleil. Aussi, bien que l’heure soit tardive, ce n’est pas la lumière mais le clapotis de la pluie sur les vitres qui tira Elyra du sommeil.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, l’obscurité régnait en maître et elle mit quelques secondes à reconnaître la chambre où elle se trouvait. L'odeur, en revanche, était parfaitement identifiable : celle des aiguilles de pin, réhaussée par un soupçon de menthe.

“Leiyr...”

La jeune femme roula sur le côté et tendit sa main vers la gauche du lit. Sous l’édredon de plumes, il n’y avait que le matelas glacé.

Désormais parfaitement réveillée, la corbac se rappelait très bien la petite auberge dans laquelle ils avaient passé les fêtes de fin d’année. L'endroit était douillet, mais ce jour-là, entre la pluie, le froid et la solitude, il n’y avait rien qui puisse la pousser à sortir du lit.

Elle se leva pourtant à contrecœur après de longues minutes et s’entortilla dans l’édredon. Les affaires du chasseur avaient toutes disparu. Au coin de la cheminée, il restait un gros tas de bûches, aussi s’empressa-t-elle de faire un feu. Très vite, les hautes flammes vinrent lécher ses pieds. Leur lueur tremblotante, qui éclairait et réchauffait la pièce, réchauffèrent également le cœur de la jeune femme. Elle finit par se remettre en mouvement et alla coller son visage à la fenêtre.

La pluie tombait à verse. C'est donc qu’il ne faisait pas si froid, finalement, et par endroits, la neige commençait à fondre.

“Je devrais bouger, songea Elyra. Gwaïhir doit se morfondre.”

Cependant, elle resta immobile, les yeux essayant de percer les méandres de la pluie pour distinguer âme qui vive. En vérité, Gwaïhir avait probablement le ventre bien plein et s’il n’était pas en cette heure dans l’auberge, c’est qu’il s’était trouvé une grotte dans laquelle brûler un grand feu le temps de digérer. Ils avaient passé la majeure partie de Ringarë ici, dans ce minuscule village au pied des montagnes, et jamais le dragon ne s’était plaint. Bien sûr, ChateauNoir lui manquait – ChateauNoir leur manquait à tous les deux. Mais sans ses corbacs, ChateauNoir n’était plus ChateauNoir, et retourner dans ses murs déserts n’aurait fait que raviver leur peine. La Garde de Nuit vivait des heures sombres. Les Frères étaient éparpillés dans Atsami, les novices inexistants. Même le Mur était nu et abandonné, ne tentant plus le moindre envahisseur. Et du côté d’Edarok et de l’Ordre des Chevaliers, ce n’était guère mieux.

Il n’y avait personne dehors. Un frisson courut le long de la moelle épinière de la jeune femme et elle recula. Dans un coin de la chambre, un grand baquet de bois était relié à un complexe assemblage de tuyaux. Lorsqu’on avait la chance de voyager avec un dragon, le feu brûlait sans cesse dans les auberges et on ne manquait jamais d’eau chaude. Ici, il suffisait de tirer sur une grosse poignée pour activer un système de pompe. Délaissant son édredon, Elyra tira trois ou quatre fois dessus. Le bain se remplissait à vue d’oeil. Tout en se glissant dans l’eau brûlante, elle chercha des yeux le signe d’un petit savon noir, mais Leiyr n’avait rien laissé derrière lui. Dommage. Son odeur de pin disparaissait déjà.

Une fois propre, la corbac se coula dans ses vêtements noirs. Pantalon de toile, chemise de lin et corset léger. C'était décidé, elle ne quitterait pas l’auberge aujourd’hui. Avec une météo pareille, autant profiter du confort des lieux.

La petite salle sombre de l'auberge d'Ogast était presque vide ce jour-là, chacun ayant apparemment préféré rester chez soi. Devant l’immense cheminée de pierre où brûlait un feu tout aussi grand, Gwaïhir était étalé de tout son long, offrant son ventre aux flammes. En revanche, aucune trace de la haute silhouette du chasseur. Avec une pointe de manque au fond du cœur, Elyra s’installa à sa table favorite, à l’angle de la cheminée. Son dragon assoupi ne bougea pas d’un pouce, mais l’aubergiste lui réagit aussitôt et lui porta son petit-déjeuner habituel. D'un geste habitué, il attrapa le dossier d’une chaise voisine, la retourna et s’affala dessus.

-Sale temps, hein ?

Tout en lui coupant une tranche de pain et la lui tendant, la jeune femme lui renvoya une grimace.

- Hummmm... Le froid devrait revenir bientôt, non ? Et vos clients avec ?
- Ouhlà, non... Narvinyë est toujours un mois creux... Comme si après les fêtes, chacun se rappelait les soucis qu’il avait laissé de côté et décidait de ne plus perdre de temps ici... Et le temps est à l’avenant... Alors pour sûr, vous êtes la bienvenue, ça me fait plaisir de voir quelques visages de temps à autre !
- Il n’y a pas de voyageurs ?
- Non, pas en cette saison ! Personne ne vient sans raison dans ce trou paumé et la grosse vague de commerce, c’est avant Noyel. Même vous, j’imagine que vous repartirez bientôt sur le Mur ?

Mâchant son pain et son fromage, Elyra ne répondit pas, s’imaginant déambuler sur les pierres noires du Mur, surplombant un ChateauNoir dans lequel aucune lumière n’éclairait les fenêtres et sa cour à la neige immaculée.

- Oh, je pense qu’ils peuvent s’en sortir sans moi encore un peu, lâcha-t-elle d’une voix faussement enjouée.
- Vous avez raison, s’exclama l’aubergiste avec un grand sourire, il faut les laisser se débrouiller seuls parfois, cela forge le caractère ! Sans compter qu’il me reste encore du cochon de roche en réserve, alors ce serait dommage de partir avant que je l’aie rôti !
- Si vous me prenez par les sentiments alors...

L’homme éclata de rire en se coupant un morceau de fromage.

- Ils ne savent pas cuisiner chez vous ?
- Bah, la cuisine, c’est souvent une charge ingrate de novices et peu ont votre talent.
- Mais comment survivez-vous dans ces conditions ?
- Je m’échappe ! rit la jeune femme. On cuisine beaucoup mieux du côté des Chevaliers d'Atsami. Et parfois, j’arrive à convaincre un cuisinier de venir nous rejoindre, ajouta-t-elle avec un regard appuyé vers l’homme.
- Ah ça, s’exclama-t-il, que Correlon m’en garde ! Sans vouloir vous offenser, la vie calme d’ici me convient parfaitement et je n’aime guère les dragons. Quoique le vôtre, il faut le reconnaître, est un modèle de bienséance.
- Doucement avec les compliments, Humains, grogna le concerné d’une voix toute ensommeillée.

Pour toute réponse, les humains éclatèrent de rire. Avec un ronflement, le saurien s’étira, renversa deux chaises et tourna son long cou jusqu’à pouvoir poser son museau sur les jambes de sa dragonnière. Ouvrant ses grands yeux noirs, il la scruta en profondeur. Face à ce moment de tendresse, l’aubergiste emporta un dernier bout de pain et laissa les deux amis. Elyra caressait le museau de Gwaï de manière distraite. Du fond des cuisines, on entendait les casseroles s’entrechoquer tandis que le cuisinier se lançait dans la tournée de vaisselle. Les yeux de la jeune femme volaient d’un bout à l’autre de la salle comme s’ils avaient eu le pouvoir de faire apparaître quelqu’un.

- Il ne reviendra pas, murmura le dragon.
Elyra rougit. Elle le savait déjà. Quand Leiyr disparaissait, c’était pour plusieurs mois. Cette liberté entre eux était le ciment de leur attachement. La corbac n’avait jamais trouvé à y redire. Alors pourquoi se sentait-elle si seule aujourd’hui ?

- C’est si calme, répondit-elle, contemplant l’auberge déserte.
L’auberge. Le Mur. Edarok.

Pour Gwaïhir, il était évident que ce que pleurait son humaine en ce jour, ce n’était pas seulement le beau chasseur qu’elle ne voyait que quelques jours par an. Les fêtes de Ringarë mettaient en lumière la réalité du reste de l’année : les deux amis étaient de plus en plus seuls dans un monde dont les dragonniers disparaissaient peu à peu.

- Il faut chasser, eraestyr ! Lâcha le saurien. Chasser, c’est toujours amusant !
- Chasser pour quoi ? J’ai de l’or à ne plus savoir qu’en faire et personne à nourrir à la Môle.
- Alors, chassons pour nous ! Cela fait longtemps qu’on en parle : les chimères !

La jeune femme pinça la bouche, songeuse.

- On a failli être tué la dernière fois, pourtant Eylh et Dilay étaient là.
- Nous étions jeunes. J’ai grandi maintenant. Il est temps.

Encore une fois, le regard de l’humaine survola la salle vide.

- D'accord, répondit-elle finalement. Nous partirons demain.

Le dragon ne dit rien. Aujourd’hui ou demain, le chasseur ne réapparaîtrait pas. Mais il ne voulait pas le dire à son humaine. Elle s’en apercevrait bien toute seule.


*
**


An 13, Isilya de la 4ème semaine d'Úrimë. Une grande silhouette arpentait les plaines de mousse, franchissait les rivières, se coulait entre les rochers. Seule. Depuis plusieurs mois –années ?-, elle s’était retirée dans les terres désertes du quatrième plan, pour revivre, découvrir, chasser la chimère.

En tous cas, c'était ce qu’elle disait. Pitoyable tentative d’oublier la vérité. Car Elyra s'était enfuie. Enfouie sous terre avec sa solitude.

Pourtant, elle avait vécu de belles années. Au sein de la Garde de Nuit, elle avait trouvé une famille, une place dans la société, des responsabilités. Sa confiance en elle grandissant, elle avait vécu de belles aventures qui l'avaient conduite à faire de belles rencontres. Deux ans auparavant, son association avec un jeune chevalier pour une mission en Imperium lui avait permis de faire de belles réserves d'or, et surtout d'en apprendre plus sur elle-même. Les valeurs d'Adrentar étaient on ne peut plus opposées aux siennes, pourtant, elle était restée en satellite autour de lui et de sa jeune guilde, se plaisant à l'écouter narrer sa vision d'un Atsami parfait, régit par les règles de la chevalerie. Elle avait beau trouver ses idées un peu naïves, Adrentar était un meneur d'hommes remarquable, inspirant force, courage et confiance à tous ses amis. A ses côtés, Elyra avait prit goût à une vie plus rangée, découvrant que l'honneur était finalement bien valorisant et que l'exploration et la connaissance pouvaient être aussi grisants que la destruction et la guerre.

Et puis… plus rien. D'un coup, tout avait pris goût d'ennui. La guilde prometteuse d'Adrentar s'étiolait. Les visites régulières à ChâteauNoir révélaient un fort de plus en plus désert. L'ancienne famille n'était plus. La nouvelle peinait à naître. Alors pour tenter d’oublier ses amis, sa famille et tous ceux qui l'avaient abandonnée, elle avait abandonné le peu de gens qui lui restaient. La faute à qui? Sûrement ni la sienne, ni celle d'Adrentar. L'âge d'or d'Atsami semblait s'éteindre. Les forts essayaient de protéger encore et toujours leurs valeurs. Les faibles fuyaient. Elle avait fui.

Fui pour regagner la nature qu’elle aimait tant, vivre de tout et de rien, de peu de choses qui suffisaient à son bonheur, sans penser au reste du monde. Enfin, c’est ce qu’elle essayait de se faire croire. La vérité, c’est qu’elle était seule, sombre, vivotant de chasse et de cueillette dans un pays sans soleil. Pensant inlassablement à tous ceux qu’elle avait perdu, ses frères d’arme, ses amis. Jusqu’à son précieux cheval, patte brisée au milieu de nulle part un hiver précédent et qu'elle avait dû achever. Elle tentait de croire qu’elle était heureuse, qu'elle avait tout le nécessaire et qu'elle avait fait le bon choix. Mais elle n’avait rien. Plus rien. Juste elle. Et Gwaï.

Encore que… Gwaïhir grandissait. Il avait muri. A une certaine époque, elle aurait était fière de la splendide créature qu’il devenait jour après jour, mais à présent, il fallait avouer qu’elle ne lui accordait que peu d’attention. Gwaï s’éloignait, passant la voir de moins en moins souvent, parlant de moins en moins, perdu dans ses pensées sauriennes qu’elle ne pouvait se vanter de comprendre. Ou s'éloignant d'une humaine dont l'humeur était trop assombrissante.

Alors seule, elle continuait son chemin, courrait les bois et les plaines, traquait les bêtes sauvages. Sa flèche, empennée de plumes de chouette, filait vers sa cible dans le silence le plus total. Le cerf, touché en plein cœur, s’effondrait aussitôt. Elle avait de quoi manger pour plusieurs jours. Jusqu'au prochain voyage.

***

Des mains rouges.

Elle voit une pièce d’or rebondir sur le sol. Entend une pierre rouler, au ralenti. Fracas d’orage qui vrille ses tympans, tandis que la pierre roule, encore, rebondit…

Une brise venue de nulle part agite ses cheveux, qui s’enroulent autour de sa gorge, gorge nouée, serrée, elle se sent sombrer, tandis qu’un océan de larmes vient à sa rencontre, l’entoure, commence à la noyer.
Des mains rouges.

Une goutte de sang qui court le long d’un poignet, roule le long du bras… s’écrase sur une pièce d’or.

Elyra se réveilla d’un bond, en sueur. Avant qu’elle ait pu réaliser quoi que ce soit, elle éclata en de longs sanglots incontrôlables. Encore ce cauchemar ! Cela faisait des années que cela n’était plus arrivé. Des années qu’elle était en paix avec ses souvenirs.

Il fallut de longues minutes pour qu’elle arrive à reprendre le contrôle et pour que ses pleurs se calment. Pourquoi ce cauchemar maintenant ? Elle se sentait redevenue une enfant, perdue, tremblante. Tout d’un coup, la nuit l’oppressait. La solitude l’oppressait. Cette solitude qu’elle endossait comme son armure, avec fierté, dans l’espoir de ressusciter son passé, ou du moins de le maintenir en vie. Un oiseau de nuit hulula, et la jeune femme frissonna. Il lui devenait insupportable d’être là, au milieu de nulle part, si seule. Les images de son cauchemar lui tournaient autour comme une nuée de mouche et le moindre bruit la faisait sursauter. Belle image pour une fière commandante.

Elle se leva d’un bond, fourra à tâtons ses affaires dans son sac, roula sa couverture sous le bras et jeta de la terre sur son feu. A quoi bon faire semblant ? Elle n’était plus guerrière, stratège ou quoi que ce soit. Actuellement, elle n’était qu’une gamine seule et effrayée. L’idée de se rendormir là seule lui était insupportable. L’idée de rester seule plus longtemps lui était insupportable. A bas la fierté. A bas la vie d’ermite. Elle avait désespérément besoin de voir du monde. Elle se mit en route sans savoir où elle allait, juste pour quitter l’endroit où elle était. Il fallut plusieurs minutes pour que ses yeux s’habituent à la nuit et qu’elle arrive un minimum à se repérer. A se calmer. A réfléchir. Montant plein nord, elle se dirigea vers la ville la plus proche, une petite bourgade du troisième souterrain.

***

Après une dernière poussée sur ses bras, Elyra se hissa sur le faite du toit et leva le nez vers les étoiles. Elle s’était réveillée le matin dans le lit d’un inconnu, s’était réfugiée dans une taverne, avait bu, un peu ri, s'était battue, avait encore bu… Qu’elle ait réussi à se hisser jusqu’en haut du toit tenait du miracle. Elle avait la nausée, la migraine et son arcade sourcilière explosée lui vrillaient la tête, sans compter la douleur dans son poing qui irradiait dans tout son bras. En pensant à l’autre soudard qui devait se trouver dans un état pire que le sien, elle éclata d’un rire nerveux. Rire qui s’acheva dans une grimace quand son ventre lui rappela qu’elle n’était plus aussi douée qu’avant pour esquiver les coups. Avec un soupir, la jeune femme se laissa tomber en arrière et plongea les yeux dans les étoiles.

Si une vie pouvait atteindre un niveau maximum de médiocrité, elle s’y trouvait sûrement. Pitoyable. Elle leva les mains devant ses yeux, tremblantes. Gants noirs. Chemise noire. Jusqu’à la protection en cuir sur son poignet qui était noire. Tout ce noir qu’elle portait comme un uniforme, comme une armure, son identité qu’elle arborait avec fierté depuis de longues années. Quelle blague.

Stratège. Commandante. Meneuse de troupes. Un mensonge qui lui collait à la peau. Si elle avait été digne et courageuse, ce temps là était fini. Elle n’était qu’une femme seule et saoule, pauvre et affaiblie, vêtue des lambeaux d’un passé dont tout le monde devait rire à présent.

« Si Nymie me voyait… »

Mais Nymie ne la voyait pas. Ni Gauvain. Ni Aruush. Ni les autres. La Garde de Nuit était morte, oubliée, dissipée, ses membres éparpillés, morts, et elle, complètement ridicule.

Un spasme lui tordit le ventre, sans qu’elle sache s’il était du à l’alcool ou à sa honte, et elle bascula sur le côté afin de vomir. Elle se promit que la prochaine fois qu’elle mettrait les pieds dans une taverne, ce serait au cinquième souterrain. Là-bas, au moins, il n’y aurait pas de bagarre, et elle pouvait espérer qu’on y soit suffisamment civilisé pour ne pas tolérer que les clients deviennent complètement minables…

« Minable… »

Elyra arracha un de ses gants et le regarda longuement. Pourquoi s'attachait-elle autant à ce passé mort, à ces symboles?

Mains rouges.

Elle ferma les yeux comme pour faire disparaître l'horrible vision. Et redevint l'enfant seule et perdue qu'elle avait été autrefois. Pourquoi s'attacher autant à la Garde? Parce que sans la Garde, elle n'était rien. Une jeune fille maigrichonne et faible, une fille de mercenaire sauvage et mal éduquée, une pauvre gamine banale au milieu d'un monde de héros. Sur le Mur, elle était devenue stratège, puis commandante adjointe, une femme qu'on écoutait lorsqu'elle guidait les troupes jusqu'à la bataille, une combattante appréciée. Sans le Mur… Elle n'était rien. Même son statut de dragonnière ne valait rien. Au milieu de héros et de dragons géants, quel rôle pouvait-elle avoir, avec son petit dragon maigrichon, peureux et incapable de magie?

Une larme coula sur sa joue, qu'elle essuya rageusement. Non, c'était faux. Gwaïhir valait bien plus que cela. Il était libre et courageux, curieux et optimiste. Il apprenait de jour en jour malgré son jeune âge et elle ne pouvait lui en vouloir d'être ce qu'il était, lui qui la soutenait depuis tant d'années. Ce n'était pas Gwaïhir qui avait tout abandonné. C'était elle.

Quand Elyra rouvrit les yeux, un vent nouveau soufflait en elle. Elle se redressa en grimaçant, s’essuya la bouche, jeta un dernier regard sur ses mains… Jeta le gant au loin.

D’un geste déterminé, elle arracha son deuxième gant. La Garde de Nuit était morte. Arracha son corset. La Garde de Nuit était morte. Dégrafa sa cape. La Garde de Nuit était morte. Elle retira ses bottes et les balança au loin sur un volet. Retira sa ceinture, laissa son épée tomber au sol, arracha toutes les pièces d’armure qui lui restait. La Garde de Nuit était morte ! Mais pas elle ! Fini les serments. Fini les regrets. Fini le passé. Elle était jeune. Elle était une dragonnière. Le monde lui tendait les bras.

Au risque de se rompre les os, la jeune femme bondit à bas du toit en chute plus ou moins contrôlée. S’étala à terre à l’atterrissage, se releva en titubant et se mit en route. Elle ignora la douleur de sa tête, de son ventre, celle des cailloux qui lui transperçaient les pieds. Elle ignora le regard surpris que lui lancèrent les villageois devant son allure dépenaillée. Une seule chose comptait. Elle avait la vie devant elle. Un ami à reconquérir. Un ami à retrouver.

Webmaster 
Welcome in Gwaihir's comments. Here, you can send him a message. All can see this message, contrary in private message (look members list). He can give an answer here, come here in some hours or days to see. Warning, Advert and insults are prohibed.

Srilk (Kostal)2007-06-10 19:21:52
Alors là j'y crois pas

salut au fait

donc tu te souviens de moi, je n'osais jamais te parler, pensant que tu m'avais oublié, je vois que c'étais réciproque^^
enfin c'est jorm, qui me la dis, un peut aprés lui avoir rappelé que oui tu faisais bien parti de l'ordre des astres^^
parce que ton pseudo lui rappelé un truc^^

bon ben voilà, désolé de ne pas t'avoir écrit plus tot
je m'en escuse encore^^

je suis toujours aussi charmant et sympathique^^
héhé

je vois que tu es aura 4, bravo belle avancée^^

je ne sais pas quoi dire d'autre^^

alors au plaisir de te reparler, comme au bon vieux temps

bisoux, s&k

Aenur (Undomiel)2007-09-27 16:35:46
Démence ?


le mur.

un simple mot de trois lettres qui par sa représentation physique ferait de l’ombre à tout semblant de forteresse, bastion, ou autre hérésie de langage bâtie par les nuisibles. enfin, pas un mur. le mur. ce mur qui imposait sa présence à l’univers qui l’entourait, et, surtout, à la vue d’aenur. qui est aenur ? bah ! un insignifiant, un inutile qui ne valait pas vraiment mieux que les nuisibles dont il aimait pourtant se différencier. le problème d‘aenur, c’est que contrairement aux nuisibles, il avait conscience de l’inutilité de son existence. loin de l’innocence des imbéciles qu’il voyait à côté de lui profiter de leur vie, aenur savait. il savait que quoi qu’il fasse, il ne changerait rien à rien, et que toujours les évènements le bousculeraient, et jamais le contraire. quoi qu’il fasse, toujours sa vie demeurerait un amas de petites actions insignifiantes.

et puis il y avait ce mur. ah, ce qu’il pouvait le haïr. quoi qu’il fasse, où qu’il aille, il fallait qu’en atsami sa vue se pose sur lui, cette fière zébrure de cohérence établie dans un monde de chaos. aenur, chétif et meurtri, et ce damné mur, fort, puissant, résistant. son exact opposé. quand aenur subissait activement le chaos, le mur le combattait sans bouger d’une brique. là était en fait son rôle : il s’opposait au chaos perpétuel, chaos qu‘aenur ne pouvait que subir. sa seule présence l’emplissait d’une appréhension au goût de bile. c’était pourtant ce mur qu’il détestait pour son caractère aussi puissant et inaltérable que passif qui jalonnait le paysage des mornes journées qu’il passait en surface.

souvent, il s’arrêtait, s’asseyait à même le sol et entreprenait d’observer le mur tant haï. de loin, précisons-le. quand il était là, assis, à fixer le mur, il oubliait ses devoirs d‘homme, et même parfois ses nécessités. il oubliait de manger, déféquait sous lui, s’urinait dessus, ne se levait que lorsqu’il délaissait trop son dragon. l‘état dans lequel ce mur le mettait était d‘autant plus une tache au peu d‘amour propre qu‘il conservait, car lorsqu‘il était assis là, à regarder le mur, il était bien. oui, il était bien. les choses qui le tracassaient quelques minutes auparavant, il les laissait de côté pour regarder ce mur. alors seulement, quand il était là, assis, à ne regarder que l’autre, aenur s’avouait qu’il l’admirait.

et puis il y avait ces silhouettes sur les remparts. ne bougeant que lorsqu’une main invisible venait les chercher pour leur souffler que leur tour était fini. sous la pluie, elles rabattaient leurs capuches, et lorsque l’eau les avait trempés jusqu’aux os, lorsque la dernière parcelle de peau sèche qu’abritait leurs vêtements avaient été souillée par cette eau impure, elle ne bougeaient pas. lorsque le vent soufflait assez pour faire applaudir les quelques arbres qui conservaient leurs feuilles, elles ne bougeaient pas. lorsque la tempête grondait, elles ne bougeaient pas. et si le chaos revenait ? elles ne bougeraient pas.

et aenur faisait comme eux, mais de l’autre côté.

bientôt, le dégoût partiel qu’il vouait au mur se dissipa pour laisser grandir encore son admiration. il passait de plus en plus de temps à lui faire face, ce mur qui jamais ne le contestait. encore un avantage d’une discussion avec un mur. quand un autre l’aurait rabroué, invectivé, rabaissé, le mur ne bronchait pas. alors il se mit à lui parler, et le mur l‘écouta. ils l’écouta parler du monde dans lequel ils cohabitaient, de ses inconvénients, de ses avantages. bientôt, il ne fit plus que ça. il conversait avec le mur, le regardait, l’écoutait se taire. et très vite, quand plusieurs jours passèrent sans qu’aenur ne quitte ce mur, il lui prit l’envie de le toucher.

d’abord hésitant, sans grande conviction, aenur tenta de se relever. il grimaça : ses membres ankylosés le suppliaient de se rasseoir. en fin de compte, les jours passés sans bouger s’avéraient plus douloureux qu‘il ne le croyait. enfin, quelle importance. le mur l’appelait, et il comptait le rejoindre. il sentit les crampes s’élever de son estomac et la brûlure sèche qui montait de sa gorge. toutefois, il se mit à marcher. ce mur, il fallait qu’il le touche, qui le rejoigne, qui le rallie. il voulait être de ceux qui se tenaient immobiles sur ses remparts, pour ne plus servir que lui. plus animal qu’humain, aenur fit passer une jambe devant l’autre, et il répéta le mouvement. sans jamais quitter le mur des yeux, il avança vers lui.

oh, il n’était pas très loin, une trentaine de mètres tout au plus. de toute façon aenur n’en avait que faire. l’état de son corps qu’il jugeait désormais secondaire lui importait peu, car ce corps était destiné à servir le mur. mais pendant qu’il marchait, il buta sur un caillou. son corps, affaibli, meurtri, s’écrasa au sol sans une once de résistance. alors il eut encore plus mal. son visage percuta un caillou lors de sa rencontre avec le sol, et il sentit qu’un liquide chaud s’échappait de son front.

à ce moment, il aurait du prendre conscience que c’est ce mur qui lui avait occasionné tant de mal, ce mur qui le rendait fou à lier, animal, mais aenur ne réfléchissait plus. car aenur n’existait plus. aenur n’était plus que le reflet de ce mur, et il fallait qu’il rencontre l’autre. celui qui était de l’autre côté.

alors il se mit à ramper. tout son corps raclait contre le sol, mais il n’en avait que faire. il n’était plus très loin du but maintenant, il pouvait distinguer chaque brique de son objectif. et il rampa, rampa… si bien qu’il se retrouva face au mur, plus qu’un mètre ou deux. au-dessus de lui, il entendit la voie de la sentinelle, et il sentit que c’était fini. l’homme allait descendre et l’empêcher d’atteindre le mur. il allait le tuer, et aenur aurait vécu tout sa vie sans jamais avoir touché ce mur, son reflet.

alors, d’une force remontant du plus profond de ses tripes, ses dernières ressources, aenur cria.
il se releva, parcourut en courant les derniers mètres qui le séparaient du mur, et tomba à la renverse, sur le mur.

le mur.

ces trois lettres, il venait de les toucher, et il les sentait en lettres de feu dans son crâne.


(rien que pour toi !)

cordialement,
aenur, membre de la garde de nuit.

Gilestel (Gilgalad)2007-11-20 09:12:35
Magnifique ton *thrae* !! félicitations =)

Nymeria (Serian)2007-12-12 18:21:29
Yeoh, t'as renu, t'es rené, t'u reni, t'i rena !!

t'as renaqui, t'es renaquée, t'u reniqu...

*hem*

bref, félicitations !

Aerosmith2007-12-20 09:03:17
Bon anniv a toi...

aura 5 ??

....fourbe ???...

....karma négatif ???...

.......hum....tout pour plaire quoi !!! lol

aero & axl

Aruush (Aruush)2008-02-26 22:25:51
*se craque les doigts, prends sa respiration*

coucou elyyyyy, merci beaucoup pour mon annif !!

sinon oui je vais bien, là je suis dans une bonne guilde, le fofo est assez actif (comparer à d'autre guilde que j'ai visité).
là je lutte pour faire monter mon drag de niveau, et plus sa va et plus j'ai la flemme de jouer !!! :(.
et je cherche désespérément une dragonne pour mon p'tit dragon adoré ;'(.


sinon dans ma fausse vraie vie, je suis toujours pas caser (je cherche désespérément une fille pour mon moi adoré, lol).
j'ai reprit les cours lundi, ma fin de trimestre est dans 1 semaine, je me demande toujours si je passe ou si je redouble :).

bref... passons, tu veux que je te raconte une petite histoire ? (faut bien que tu es de quoi lire :d )
non ? bon ba tampis, je vais comme même te l'écrire:
-"il était une fois..." (c'est pour faire "style" mais sinon tu t'en occupe pas ;) )

"dans les terres de fälht, guerre et conflit régnait. quatre nains du nom de kal, kroug, tralh et jean-pierre combattaient sans relâche contre un seul tout petit gobelin manchot. après trois quart d'heure de dure lutte pour enfin tuer le gobelin, les aventuriers prirent une pause vraiment mérité. kal le dirigeant de l'équipe se lava et alla remplirent de l'eau dans une gourde et ils se remirent en route... kal prît la tête du groupe et vis aux loin un objet briller sur une colline.
kal: regardez la-bas.
kroug: de quoi ?
ka: il y a un objet qui brille.
kr: c'est quoi ?
ka: je ne sais pas, je ne distingue pas l'objet.
jean-pierre: il est si loin que ça ?
ka: il doit être a 10 ou 12 mettres, un peu près.

le groupe entreprit de gravir cette colline. après un quart d'heure de marche interrompu à chaque pas par les pleurnichement de tralh parce qu'il a casser sa hache en combattant contre le gobelin, ils purent enfin voir qu'elle était cette objet brillant..."

bon, la suite la prochaine fois :d. avoue que tu est impatiente de lire la suite hein !!?!!?!! ;)

tu as vue, moi aussi je suis fort pour écrire des messagesquineserventarienapartàpourirlesfichepersodesautr espersonnes.

bon eh bien, je vais te laisser...

biyous tous pleins à ma soeur adoré

aruush



















he in quoi? tu veux que je te raconte la suite de l'histoire ? mais non, je t'es dit la prochaine fois... bon d'accord mais juste un avant goût:

kal: tiens, c'est quoi cette objet ?
j-p: on dirait une petite dague...
tr: ...pas aiguisé,...
j-p: ...faite en or,...
tr: ...avec un manche en marbre,...
j-p: ...il y a des signes elfiques gravé sur la lame,...
tr: ...elle est peut être maléfique...
kr: ...qu'est-ce qu'elle est jolie...
j-p,tr: ...pfff, la ferme !!!!

après une tel description, kal décida de...

et voila, c'est tous pour aujourd'hui, et je ne changerais plus d'avis !!!!

allez bizous p'tite soeur que j'adore !!!!



















non ely !!!! je ne te raconte pas le reste de l'histoire aujourd'hui, je sais que tu l'aime bien mon histoire mais c'est pas une raison... ... ... hein ? tu voulais juste que j'éteigne la lumière en sortant ??? pfff bon ba soit... bonne nuit.

lui refais un bizou (t'es gâter aujourd'hui toi !!! :d ).

sort et éteint la lumière.

Marchombre (Dilay)2008-06-25 20:37:27
"a elyra"

"frôler l'absolu
caresser l'idéal
passion".

"adresse ceci à..."

^^'

Slider (Cassiopee)2008-11-24 21:15:28
Bravooooooooo gwaihir pour ta renaissance!
il t'aura fallu du courage je sais bien...toujours ta maitresse sur ton dos...quand même, quel tyran, et j'en sais quelque chose! naaan, je rigole, elle est formidable cette (grande) petite fille. si, mature, toujours raisonnable, râleuse, emm* etc...elle est vraiment tout ce qu'il y a de...bon, je vais pas dire, je vais me faire engueuler encore!
allez, bon jeu, et tout plein de gros bisous!

Slider (Cassiopee)2009-03-15 14:00:35
"(2009-03-14 21:59:37) ecnerual a perdu 19 po en mourrant contre elyra [la garde de nuit]."

la guerre est déclarée...tu n'as eu que l'occasion de donner le premier coup. la suite te sera sans doute moins favorable...il t'en coûtera et tu le paieras, vile créature abjecte, gibier de potence!

(au passage, va lire mon rp, oublie pas :p )

Slider (Cassiopee)2009-07-07 11:49:00
Un petit coucou à la belle garde en tenue de cuir... *petits coeurs dans les yeux en regardant sa chevelure et son sourire magique*

Aruush (Aruush)2009-07-08 11:25:32
Coucou soeurette !!!!
je vais bien et toi ?
alors comme sa je suis en 1ere page ??? (la class !!! hum hum !!! bref passons ^^)
ahh, sa fais longtemps que je suis plu revenu sur ev !!!!! piouff !!! ^^

toi comment vas tu ? les cours sa va comme tu veux ?
la garde va bien ? tu t'occupe bien d'eux ? mdr ^^

oulala !!! je vient de remarquer que j'ai perdu beaucoup de tchatche !!! le floodeur professionnel de la garde n'est plu !!!^^ j'espere que ta pris ma place !!! ^^ hihihi^^

ehy dit, ta un facebook ? vu que je vais très rarement sur msn et sur ev, on pourait ce parler sur face^^

bon, vais comme meme essayer de flooder un peu...


après des années d'exile,
aruush et son dragon du meme nom
arrivèrent, exité comme des piles
... ... ... ...

euh... a pas de rime pour après :s ^^ lol

bref, tentage echoué !!!!^^
lol

bon, je te fais de gros gros bizou !!!!!!

aruush ton frerot et ton idole que tu idolatre !!!!! (euh... ouai !!!^^)

Slider (Cassiopee)2009-07-20 22:52:44
*attrape ses jambes pour la maintenir sur son dos*

n'a fout'e, ça fait plaisir quand même! tu peux pas me gêner!
tu sais quoi???
moi aussi j'aimerai bien te dire plein plein plein de choses! mais...des choses que je ne peux que glisser directement et discrètement à ton oreille avec ma voix langoureuse!

*se retourne pour essayer de lui faire un bisou quelque part*

et déjà, où t'as eu internet? au boulot? si t'as trouvé un accès de chez la mamie, aïeaïeaïe, tu vas encore y passer tes journées!
si c'est sur ton ordi du bureau, ya ptêt un pare-feu qui te bloque, une bêtise comme ça...

c'est génial d'avoir des chats, on s'embête vraiment jamais en fait :p que ce soit pour regarder la petite se battre avec bella, bijou qui file des baffes au chien ou faire des câlins à chacune...(chacune, oui!)

encore quelques 432 heures...ça va passer vite! et ya intêret!
manque de toi, de gros bisous!

Marchombre (Dilay)2011-02-19 23:33:48
... t'es incorrigible. :/

Ekar (Gawyss)2011-03-14 22:13:04
à son réveil, ekar mit un certain temps avant de trouver le bout de parchemin. il dut demander à la dragonne de l'aider à lire à certains endroits, n'ayant commencé à apprendre à lire que récemment.
— tu devrais t'y mettre plus sérieusement, maugréa-t-elle.
ekar hocha vaguement la tête, pensant à autre chose. il ne savait pas qu'elle avait une soeur... il aimerait la rencontrer en face, un jour.
— il faut qu'on reparte, ça n'a pas l'air d'être très sûr par ici.
la dragonne grommela, mais laissa le jeune homme monter sur son dos.

alors qu'ils s'éloignaient, ekar adressa un remerciement silencieux à cette inconnue...


[haha, bien joué, pas trompée cette fois :d]

Marchombre (Dilay)2011-03-15 19:03:48
Ah ma soeur... merci. tu viendras nous rendre visite ? :3

Marchombre (Dilay)2011-08-07 13:11:21
T'inquiète, tu étais mon témoin de coeur xd

Marchombre (Dilay)2011-08-12 19:04:34
*soupir d'émotion* merci. je mettrai tout ceci dans le rp officiel, à la guilde.
mais merci beaucouuuuuup !!!! j'les garderai toujours avec moi. :d

Gauvain2011-08-14 12:20:50
Si le déplacement à l'intérieur de la ville te coute trop cher pour retourner à l'unique maison, tu peux en bâtir une sur le compte de la guilde ;)

comme t'es stratège, tu la construis avec 0 bois dans l'inventaire et pouf ! ça prélève à la guilde !

et si jamais t'as pas envie de gaspiller ta vitalité mais que t'en veux une quand même, fais signe ! j'le ferai.

Vitany (Nymph)2011-09-01 21:51:51
Pour répondre a ta question mon karma est de -2 uniquement parce qu'il remonte tout seul, que j'ai renais il y a peu et que je ne trouve plus personne a croquer -_- il est vraiment tant que le vent du changement souffle dans notre direction xd

Vitany (Nymph)2011-09-02 16:39:49
J'ai le coeur noir et l'ame vengeresse :p xd

Gauvain2011-12-27 13:48:19
Hoplà !

j'ai procédé à quelques changements dans les grades : félicitations pour ton poste de chef !
si jamais tu veux passer chef suprême, fais moi signe ;)

gauvain.

Marchombre (Dilay)2012-01-22 08:46:11
Une vraie ?! waaah, lyly ! respect ! =d

Marchombre (Dilay)2012-01-25 14:09:41
Pfuuu ! notre rp il est mieux. =d

Zergy (Enalys)2012-07-10 13:18:09
Bonjour,

merci pour ton message qui me montre que je ne prêche pas dans le désert.
alors : nous, mon wiki alternatif n'est pas très actif, j'en suis le seul inscrit, donc si tu souhaites y participer, le mieux serais que tu t'inscrive dessus. ensuite, on peut utiliser les pages de discussion de chaque page pour mettre en ordre nos idées (n'oublie pas de signer tes messages avec quatre tildes (~~~~) sur les pages de discussion, on sait ainsi qui à dit quoi)

ce wiki alternatif sert de wiki de test, donc on peut y ajouter pas mal de choses. si justement tu veux y ajouter des choses concernant la biologie des dragon, je suis tout ouïe. c'est justement ce dont je voulais parler, mais vu mes études (électroniques puis informatique) je ne suis jamais allé plus loin que le collège dans ce domaine. :)
pour les différents type de dragons et leurs croissances étrange, n'oublions pas que le monde où atsami se situe baigne dans la magie (tgcm !) et que nombre de trucs bizarres s'y passe régulièrement. ^^
de mon coté, je pense également de père-de-tous à crée des dragons de types divers et varié (ovipare ou non, mammifère ou non, avec des ailes de différents type, etc…) afin d'éviter au maximum la consanguinité. donc il est possible que les dragons aient des courbes de croissances et des durées de vie différentes selon leur race.

et merci pour tes encouragements sur le rp, si tu en as un, je serais curieux de le lire, ou si tu souhaites faire un rp entre plusieurs joueurs, je serais heureux d'y participer.

zergy

Zergy (Enalys)2012-07-10 13:53:14
Tu sais, niveau rp je me suis inspré de pas mal de choses pour créer le mien, on ne peut pas dire que je l'ai totalement sortie de mon imagination. :p
donc ne t'inquiète pas pour le tien.
je viens de voir que tu venais de t'inscrire sur le wiki, n'hésite pas à y mettre les mains, c'est là pour ça.

Hetzer (Flammendrake)2012-09-12 20:28:10
Euh... wtf? xd

bonne continuation dragonnier! ;)

Hetzer (Flammendrake)2012-09-13 17:00:15
Oh je ne me moque pas, ça m'arrive fréquemment aussi! xd

c'est juste que j'ai halluciné car j'étais connecté au même moment et j'ai voulu attaquer! mais y'avait plus rien...^^

ça m'a quand même vidé ma vita en passant! :p

Hetzer (Flammendrake)2012-09-14 19:45:31
Mais je comptais renaitre aujourd'hui!!!

ma vengeance sera terrible! :p

Hetzer (Flammendrake)2012-09-14 19:48:11
Et je ne suis pas gros! xd

Juninho (Pika)2013-05-16 07:55:10
Monte moi cette cf je peux pas te croquer :'(

Juninho (Pika)2013-05-25 13:20:30
Je vais te trouver et te tuer.

cordialement :)

Juninho (Pika)2013-05-26 21:09:29
Je sais c'est vraiment la crise :)

Drakange2013-06-03 09:37:40
Salut, je suis nouveau et trés interessé par le rp, la description de ta guilde m'a plu donc je me suis permis d'entrer :)
par contre je ne connais pas bien le jeu, donc si tu pouvais me donner quelques conseils pour bien debuter.


amicalement,
drakange, maître d'arkarhym

Nymeria (Serian)2013-09-09 18:45:51
Hey, mais tu les trouves où ?!

moi aussi, je veux manger du pod t_t.

Vitany (Nymph)2013-09-28 10:26:19
Coucou!
j'ai mis un message sur le blabla pour mon retour ^^ c'est dans le topic rp de la mole qu'on pars en aventure c'est bien cela? je vais peutetre vous aider ca ferait une personne de plus dans vos rang !

Adrentar (Dahokan)2015-02-01 15:27:38
Salut elyra !

on s'est parlé plus tôt dans la journée. ;-)

la guilde est privée : chevaliers d atsami

bienvenue !

Adrentar (Dahokan)2015-02-02 12:49:58
Bonjour dame elyra !

le forum a enfin achevé la première étape de sa formation ! la guilde est présentée dans le topic 17800.

tu peux désormais proposer tes idées dans le topic 17803. ensuite, n'hésite pas à te rendre dans le bureau des missions (topic 17806) afin de postuler.

désormais, le rp de guilde est lancé dans le topic 17808.

a bientôt,
sire adrentar et sire dahokan

Adrentar (Dahokan)2015-02-09 15:00:12
Je trouve la carte extraordinaire ! bravo !

Adrentar (Dahokan)2015-02-09 16:39:59
Peut-être ajouter les escaliers menant au -1, non ? (et notre future ville si jamais on la bâtie à la surface ! =p )

sinon, elle est vraiment bien !

Adrentar (Dahokan)2015-02-09 16:47:19
Je te laisse voir pour les coordonnées du coup, afin de combler les vides.

le problème de la surface, c'est que c'est un peu le terrain de chasse des killers.
l'avantage, c'est la cohérence rp.

Adrentar (Dahokan)2015-02-14 14:52:07
Noble chevalier !

un grand tournoi va être organisé par les loups des neiges, auquel nous sommes conviés ! n'hésite pas à te renseigner dans le topic 17813. que tu veuilles participer ou non, tu es invitée à répondre.

les modalités du tournoi seront mises à jours ultérieurement, dès lors que le nombre de participants sera fixé.

merci, pour ta participation,
sire adrentar et sire dahokan

Adrentar (Dahokan)2015-02-18 10:03:34
Je vois ce que tu fais pour le wiki. merci beaucoup !

Adrentar (Dahokan)2015-02-22 19:16:17
Hello !

j'ai commencé à rédiger un truc sur la préparation de mes personnages, mais rien sur le tournoi en tant que tel.
white n'a pas de perso rp donc il a dit que c'était libre à nous pour sa description.

Adrentar (Dahokan)2015-02-23 14:47:41
Salut !

j'ai entamé le topic retraçant nos exploits guerriers lors du tournoi !
il est disponible ici ; topic 17819 .

j'espère te voir y répondre !
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2015-03-02 20:03:13
Bonne nouvelle concernant ton dernier post.

Kirioku (Kinaku)2015-03-04 23:58:52
J'aime me battre jusqu'au bout dans ce que j'entreprend au quotidien donc normal de persister en arene. tu n'as pas à t'excuser de m'envoyer au cimetiere cela fait partie du jeu ;)

Kirioku (Kinaku)2015-03-06 13:03:17
(2015-03-06 13:00:06) kirioku a gagné 250 po en tuant gwaihir [chevaliers datsami].

j'ai finalement rentabilisé ma mort ;) faut dire que tu étais pas bien caché non plus :p

Adrentar (Dahokan)2015-03-26 08:10:28
[2015-02-26 11:32:26] : accord non-agression avec les chimères étincelantes
(2015-03-25 19:37:42) elyra a gagné 133 po en tuant pandaemonium [chimere étincelante].

façon sympa de célébrer le premier anniversaire d'une alliance. ;-)
(on va dire que t'avais mal lu le nom de la guilde ! =p )

Nekolua (Pandaemonium)2015-03-27 00:28:13
Il n'y a pas de mal, je ne vous tiens pas rigueur pour cette erreur. comme je l'ai dit à sire adrentar plus tôt, inutile de s'embêter avec un dédommagement pour un accident isolé. comme vous l'avez dit, c'est nouveau, et il faudra s'y habituer.

je vous souhaite une bonne continuation sur les routes d'atsami.

salutations.
nekolua

Midgard2015-03-30 07:49:24
Joli kill !

Adrentar (Dahokan)2015-04-04 23:01:10
Hello !

pour ton message, on essaie d'en parler en live pour trouver une solution ?

Adrentar (Dahokan)2015-04-18 09:33:59
Yo !

juste pour savoir, ton prochain post sera dans le rp de guilde ou dans le tournoi ? ta réponse me permettra de savoir lequel des deux je dois rédiger.

merci !

Adrentar (Dahokan)2015-04-24 19:42:15
Je trouve que ton post est très joli !
merci pour ta réponse et ta réactivité.

Adrentar (Dahokan)2015-05-29 21:53:09
Salut elyra !

l'événement anniversaire d'ev-dragon débutera le 19 juin ! plus d'informations dans le topic 17835.

chevalerèsquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2015-06-14 18:50:51
Très chère elyra,

j'ai la joie de vous annoncer que gwaihir et vous êtes convoqués sur le topic 17854 afin de vous présenter.

l'aventure commence la semaine prochaine !

chevalerèsquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2015-06-19 08:33:48
Du coup, je te fais commencer l'aventure au 0 ou au -2 ?

Adrentar (Dahokan)2015-07-02 19:28:21
Bon courage pour tes divers projets !

Adrentar (Dahokan)2015-07-22 19:56:08
Merci d'avoir relancé l'event et d'avoir répondu au tournoi. aucun mot n'existe pour te faire part de mon admiration et de mon immense gratitude.

sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2015-07-26 18:03:40
Non, il n'est pas mort du tout ! je te remercie simplement pour avoir pris les devants et répondu une nouvelle fois avant que je ne poste.

Lycinia (Spiritia)2015-08-20 10:18:07
Merci pour ton commentaire, c'est sympa. :)

Lycinia (Spiritia)2015-08-21 15:58:24
Haha, oui, elle arrive :d mais bon c'est écrit il y a longtemps, donc faut que je me rappelle la suite que je voulais lui donner. x)

Adrentar (Dahokan)2015-12-05 14:27:20
Hello !

petit message pour prendre rapidement de tes nouvelles ! j'espère que tu vas bien !

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2016-01-03 11:58:30
Je te présente mes excuses pour le rp. j'ai été très occupé ces derniers temps (je le suis toujours, à vrai dire) et je n'ai pas pu relancer les choses comme il se devait.

content de savoir que tu te portes bien !

à très vite j'espère !

adrentar

Adrentar (Dahokan)2016-01-23 18:45:58
Salut elyra !

l'event d'hommage pour les 10 ans d'ev-dragon, c'est terminé ! ultime post révélé ce matin.

je t'inviterai, ensuite, à lire mon message de remerciement sur la page 2-17854. normalement, il éclaircit un peu les choses.

merci encore pour ta participation, du début à la fin. encore une fois, tu as fait tes preuves en tant que chevalier d'atsami !

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2016-01-28 22:12:54
Merci pour ton message !

Adrentar (Dahokan)2016-02-29 19:19:39
Dame elyra,

gwaihir et vous êtes-vous intéressés par cet event rp/tournoi/quête organisé avec les loups des neiges ? l'event serait polyvalent et mêlerait tous ces éléments de front (plus d'infos dans le topic 17881)

afin de créer un event sur-mesure, j'aimerais savoir ce qui vous intéresse :
- participer au rp ?
- affronter des adversaires lors du tournoi ?
- répondre à la quête (ig)
- avoir un rôle de modérateur (mise en place des éléments ig pour la quête, d'autres tâches si besoin)

merci et j'espère que tout se passe bien pour vous.

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2016-03-01 18:17:17
Merci pour votre réponse.

c'est exactement ça. comme pour tout événement ig, cet aspect de la modération nécessitera une certaine réactivité. il peut aussi y avoir d'autres tâches selon l'organisation de l'event. mais je n'ai pas encore d'idée sur la forme qu'elles pourraient prendre.

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2016-03-02 08:34:22
Nous verrons sur le moment. on attend le feu vert des loups pour lancer l'événement dans le courant du mois. je posterai un message sur le forum dès que j'aurai toutes les informations.

chevalerequement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2017-01-04 19:08:23
Dame elyra,

j'espère que vous vous portez bien. je suis sans nouvelles de votre part depuis de nombreuses lunes.

je constate que vous avez pris une décision importante, que je ne peux que déplorer. je regrette tout autant l'absence de justifications ou de toute remarque préalable.

néanmoins, je suppose qu'elle fait l'objet d'une longue réflexion et de motivations justifiées.

ma lame reste à votre service.

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2017-04-19 20:33:42
Elyra,

en parcourant l'atsamiki, j'ai réalisé (en seulement 2 ans et 1 mois, admire ma rapidité!) que tu avais placé sur la carte d'atsami les ruines de varla'a. je n'avais pas vu ce discret ajout auparavant . y trouver ce lieu m'a tout autant surpris que touché !

merci d'avoir considéré cette histoire suffisamment importante pour que l'un de ses lieux figure sur la carte.

j'espère que tu vas bien et que tout sa passe à merveille pour toi !

peut-être à bientôt !

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2017-07-21 20:51:20
Hey elyra,

merci pour ton message !

mais non, ta carte est très jolie !

pour être honnête, j'ai été beaucoup moins actif ces derniers temps. mais je m'accroche, car je suis sûr qu'atsami a encore de très belles histoires à délivrer.

content que tout aille pour le mieux pour toi !

au plaisir de te revoir prochainement. tu es toujours la bienvenue dans les aventures de mes personnages, si l'envie de rp ici te reprend un jour.

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2017-07-21 20:56:51
P.s. : merci pour ton message dans "la chute d'atsami" !

Ayumih (Rockeuse)2017-07-22 11:40:50
Merci pour ton message sur notre rp avec ad. =)

Adrentar (Dahokan)2017-07-23 22:09:51
Content de te revoir passer !

oui, on projette souvent des histoires et on doit s'adapter en en écrivant d'autres.

les futurs possibles sont très nombreux et pourtant, nos personnages n'empruntent qu'un chemin parmi tous ceux envisageable.

et merci pour tes encouragements ! ils sont très porteurs et incitent à aller jusqu'au bout.

à bientôt j'espère !

chevaleresquement,
sire adrentar

Dams (Ranemon)2018-02-27 23:45:41
J'ai commenté le topic=17925 rassemblement atsamien dans la taverne.


dams et ranemon

Dams (Ranemon)2018-03-23 05:00:40
Tu fait quoi au simetiere lol

Dams (Ranemon)2018-03-25 17:57:34
Moi aussi je ne me prend plus la tete plus peur de sortir de sa taniere lol

Adrentar (Dahokan)2018-03-26 21:23:42
Dame elyra,
j'ai bien reçu votre missive, qui a véhiculé une grande joie en mon être.
merci, ma dame, pour vos chaleureux compliments. je partage votre admiration face à la prose de dame ayumih, dont je ne reçois guère de nouvelles.
il m'est nécessaire de reconnaître que par les temps qui courent, j'entreprends moins de voyages sur le sol atsamien.
et qui sait ? peut-être que l'appel d'une quête pourrait nous faire sortir, sire dahokan et moi, de notre tanière ?

chevalersquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2018-03-26 22:24:30
Je n'avais pas fait attention :
"(2018-03-26 22:22:26) adrentar a changé le grade de elyra - tuteur sombre corbac."

je sais que ton foyer est ailleurs. bienvenue dans ton deuxième chez toi.

Adrentar (Dahokan)2018-04-02 10:29:09
ça fait plaisir, en effet.
content que la conclusion t'aie plu !
à ton service.

chevaleresquement,
sire adrentar

Lycinia (Spiritia)2018-04-08 15:22:43
Devant un stand d'objets divers, une femme en armure de cuir renforcé discutait aimablement avec un marchand quand elle est interrompue par un homme robuste à l'expression peu avenante. il semblerait qu'elle était attendue aux portes de la ville.

- laissez-les entrer. j'attendrai à la wyverne fringante. la pièce habituelle. et... ambert ? ce sont mes invités, soyez corrects avec eux.

ses instructions données, elle part affronter le dédale de stands pour atteindre la gigantesque auberge-taverne de la ville. la seule de ce gabarit. en un an, cet établissement qui se voulait être un lieu où bon nombre de marchés juteux, mais légaux, étaient passés, s'est très vite transformé en repère de contrebandiers, de mercenaires sans scrupules et d'escrocs en tout genre.

lycinia entre dans la taverne par l'arrière porte avant de pénétrer dans une petite salle à l'abri des regards. elle avait pris son temps pour arriver, de sorte que ses invités étaient déjà installés dans la pièce. son expression un masque insondable :

- les ennemis d'autrefois, sont les alliés d'aujourd'hui. je tiens d'abord à m'excuser car la taille de cette pièce ne permet pas l'entrée à vos dragons. vous comprendrez cependant mon besoin de discrétion. les pires êtres sont maintenant rassemblés dans le domaine de la nuit et nombre d'entre eux résident entre ces murs. la rumeur de ce genre de transactions aurait tôt fait de devenir informations à vendre.

si cette pensée la gêne, elle ne laisse rien paraître.

- quoiqu'il en soit, vos services sont la bienvenue, elyra, slider (elle a un sourire pour le garçon). cette ville marchande a plus que besoin de protection en ces jours bien difficiles. bien entendue, la guilde des marchands que je ne fais que représenter saura vous dédommager comme il se doit.

Adrentar (Dahokan)2018-04-29 14:01:59
Coucou,
je suppose que le fait que gwaihir "ne maîtrise aucune forme [...] de télépathie" signifie qu'il ne peut pas émettre de message télépathique ? peut-il en recevoir pour autant ?

merci !

chevaleresquement,
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2018-05-08 22:17:20
Il semblerait que l'histoire se répète :

"un frémissement d’excitation s’est emparé de la foule et l'attention a redoublé d'intensité.
'depuis peu, a repris le chef, les hommes ont déserté la surface. vous tous, vous l'avez remarqué: les proies et l’or ont disparu… le peuple, tous ces pauvres fermiers et paysans, a été abandonné par les dragonniers, et nous… nous mourrons de faim !
nous voyons atsami pourrir sans que quiconque n’essaie d’agir ! nous sommes réduits à voir les gens se battre pour quelques pièces d'or ou sacs de blés, à nous acharner sur quelques proies misérables… combien de fois êtes-vous revenus [...] le ventre vide, sans le sou ? combien de fois avez-vous vu des paysans apeurés ? des champs abandonnés? des villages désertés ?'
au fur et à mesure qu'il a rendu compte de la situation, la colère est montée en lui, entretenue par les mois d'attente, et sa voix est devenu et de plus en plus forte, entraînante.
'l’équilibre a été rompu. le bien, ici à la surface, n’existe plus, et le mal lui-même commence à disparaître. la vie se dessine chaque jour avec [moins] d'entrain et de couleurs. l’oubli et l’abandon s'installent, et bientôt, il n'y aura plus que le néant!'
la foule a commencé à murmurer et gronder. quelques cris ont fusé, et la jeune stratège a profité de ce moment pour monter à son tour sur l’estrade :
'frères et sœurs!
nous tous, paraissons voués à disparaître, dans ce monde qui se meurt ! [nous ne réunirons] bientôt que des cadavres, morts de faim et d'ennuis, emportés par la tristesse de ce monde. mais allons nous vraiment nous laisser faire? allons-nous vraiment nous laisser ignorer, et deperir sans nous battre???
mes frères! depuis des mois, nous rageons et pestons! tous les atsamiens semblent s’être réfugiés au cinquième sous-sol !' "

chevaleresquement,
sire adrentar

Tor (Balthyla)2019-05-20 22:12:47
- roooh tor ! tu nous as encore perdu avec tes raccourcis ! grogne balthyla qui se prend en pleine face une ou deux harpies en plein vol.
paf ! une plume lui chatouille le museau et elle souffle pour l'éloigner. tor la saisit rapidement avant de la glisser pour ses futures potions dans sa besace trouée.
un éclat attire leur attention au loin. oh un dragon vert !
- il me semble reconnaître gwaihir au loin ! s'écrit tor
balthyla tourne autour du dragon et tor s'apprête à combattre.
- non tor, je sais que cela fait des mois et des mois que nous n'avons pas trouvé de proie, mais tout de même nous ne pouvons pas l'assassiner...
tor croise les bras et réponds d'un air boudeur
- très bien...je le sais bien...poursuivons notre route. mais avouons, cela est his-to-rique !
d'un air las la dragonne entame sa descente vers le sol. un géant se dresse devant les deux amies. il a un air patibulaire. tor sourit
- celui-là il est pour nous ! tachons de voler quelques pièces avant de le tuer c'est toujours plus drôle !
habilement au cours du combat tor attrape une bourse bien pleine. malheureusement une branche semble apparaître de nul part et voilà l'humaine projetée au sol.
balthyla éclate de rire
- tor je pense qu'aujourd'hui tu as fait assez de mal, nous reviendrons après minuit ou demain.
- noooooon hurle tor tandis que la dragonne l'emmène au loin

(2019-05-20 22:04:04) tor a volé 88.26 po à ranemon.

Tor (Balthyla)2019-05-22 22:10:11
Ah ah, tu peux toujours essayer de me retrouver :-p

Adrentar (Dahokan)2019-07-31 16:38:08
Salutations elyra et gwaïhir,

la grande bataille d'urcendia commence !
de vos choix découleront l’issue de cette bataille. la victoire fera souffler un vent d’espoir sur les contrées atsamiennes. la défaite annihilera toute chance de rébellion et vous en coûtera certainement la vie.

tout cela va se jouer dans le topic 17941.

vous pouvez :
• raconter votre trajet du domaine de la nuit à la forêt d’urcendia (option)
• interagir avec le sénéchal, dahokan ou entre vous (option)
• voter pour un plan d’attaque.

si vous partez sur l’attaque incendiaire :
• qui sera en charge de provoquer l’ennemi ?
• qui sera en charge de préparer l’incendie ?

si vous partez sur l’attaque monstrueuse :
• qui sera en charge de provoquer les morts-vivants et d’assurer que la diversion est efficace ?
• qui sera en charge de s’infiltrer dans urcendia ?

voici l’état des lieux :

• trisla et lycinia sont infiltrées dans urcendia.
• hemarys et spiritia n’ont pas donné signe de vie. que leur est-il arrivé ?
• elyra, gwaïhir et sire dahokan sont parvenus à recruter okko, ecenrual et leur troupe de vingt mercenaires, ainsi que tor, balthyla, six dragons et les dix membres de la guilde des explorateurs des tréfonds.

au total, c’est un groupe de 45 personnes environ.

en face, une forteresse. ce que nous savons :
• urcendia a été l’objet de sièges répétés : elle a toujours su y faire face. la ville n’a jamais été prise (elle a été remise à l’imperium lors de la signature du traité de paix).
• une forêt luxuriante entoure la ville et s’arrête à plusieurs dizaines de mètres des portes de la ville. la traverser prend au moins une heure (si vous ne vous perdez pas).
• la ville est réputée pour sa verdure. il n’y a pas de ruelles en pierre. depuis l’arrivée de l’imperium, elle est moins bien entretenue, notamment à cause de raids de monstres (qui n’avaient pas lieu auparavant).
• au centre de la ville se trouve une grande tour blanche : le perchoir. il s’agit certainement de la base des opérations de l’imperium. à une époque, huit grandes statues blanches représentaient des femmes. on ignore si elles existent toujours.

ce que nous ignorons :
• y a-t-il des civils ? si oui, peuvent-ils faire pencher la bataille en notre faveur ?
• quelle est l’étendue des forces armées ? dans quel état est l’armée ennemi ? de quoi est-elle composée ?

p.s. : si vous voyez la moindre incohérence dans les descriptions qui ont été faites de vos personnages, vous pouvez m’envoyer un message sur ma fiche perso et je ferai au mieux pour corriger l’erreur !

pour atsami !
sire adrentar

Adrentar (Dahokan)2020-05-12 20:14:50
Hello,
ton post est parfait ! bravo pour cette très belle narration !
je tenais aussi à te remercier pour tes petits commentaires, à chaque fois, dans le topic 17920. je ne malheureusement pas toujours répondre à tes suppositions (au risque de révéler une partie de l'intrigue), mais c'est génial de découvrir ce que les textes t'inspirent !
chevaleresquement,
sire adrentar


2020-09-20 06:56:26



 Stats 
Online: et 14 anonyme(s). Total : 14.

Elever un dragon, élevez un dragon, élevage de dragon virtuel, élevage virtuel de dragon, jeu de rôle en ligne, galerie d'images fantastiques, jeux videos
Ev-Dragon.com © Adv 2005-2020 - Tous droits réservés - CNIL n° 1132344 - CGU