« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
[!] Abandon tire un roi de coeur (Total : 13/14)
[!] Ajt tire une dame de carreau (Total : 12/14)
[!] Silmadin tire une dame de coeur (Total : 12/14)
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Histoire du Jeu en Temps Réel ! >> Les voies de Shevarash

 Pages : [01] [02] [03]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon volcan
 Le 18/11/2012 à 14:46:04 
L’Epopée d’AOMAN LE SAGE

« On fait une pause ? »
Cela faisait plus de deux jours qu’Ilaham et Wazt voyageaient ensemble vers la tour des mages eau. Ils ne s’étaient jusqu’à présent pas accordé le moindre repos. La viande séché, les feuilles de camps et les restes de biscuit avaient été leurs quotidien mais les vivres manquaient et Fruuer comme Somgorg n’arrivaient plus à cacher leur fatigue.
« Une pause ? Pourquoi pas Ilaham. Ça ferait du bien à Fruuer. »
« Je suis encore capable de faire le double de ce qu’on a déjà parcouru fillette ! »
« Ou, Somgorg est aussi très fatigué. Même si Fruuer semble encore bien tenir, moi j’ai besoin d’autre chose que cette bouillie de camps aromatisé de lard de cerf. »
« Oui, ça devient infect. Et ce creux entre ses deux vallons me parait parfait pour faire le plein d’eau et de vivre. »
« Pfft déjà fatigué le Somgorgounet ? Aoman doit se retourner dans sa tombe. »
« Ca suffit Fruuer ! »
« Que se passe-t-il ? » Interrogea Ilham.
« La descendance de Goro semble me chercher querelle. »
3Wazt a raison Somgorg ! Vous n’avez eu de cesse que de vous chercher des noises à chaque instant de notre voyage. Il serait temps que vous passiez à autre chose. »
« Aoman le sage était le premier… »
« Aoman, Goro, … toutes vos lignés font partis du passé Somgorg. Wazt et moi rêvons du futur et si nous faisions se chemin ensemble vers la tour des mages d’eau c’est pour écrire notre futur et pas pour rester nostalgique d’un passé fut-il glorieux comme celui d’Aoman ».
« Aoman n’avait de sage que le nom. S’il … »
« Arrête Fruuer ! » Cria Wazt.
Puis se tournant vers Ilaham, elle lui demanda en l’attrapant par le bras pour le forcer à approcher son oreille. »
« Tu peux me raconter l’histoire d’Aoman ? »
« Bien sûr Wazt. Mais avant on ferait mieux de bloquer nos esprit aux intrusions draconique ! »
« Oui t’as raison. »
Fruuer et Somgorg pour une fois en accord commun exprimaient leur indignation mais trop tard pour être entendu par leurs dragonniers qui avaient clos tout échange entre eux.
3voila ce que m’a raconté mon père, qui le tenait de son père, qui lui-même le tenait, bla-bla-bla … Tout ça pour dire que s’il y a des approximations ce n’est pas forcement de ma faute. »
« Bien, après la création de ce monde par « père de tout ». Père de tout introduisit les dragons et les hommes sur ce monde, ceux-ci n’étaient en ce premier temps que primaire. Les deux races ne se côtoyaient alors pas encore. Il fallut plusieurs siècles et décennie pour qu’homme et dragon arrivent au stade de leur évolution actuel.
Un des éléments déclencheur fut l’arrivé des elfes. Les légendes les disent sortis d’oiseaux monumentaux aux ailes blanches flottant sur l’eau. D’autres raconte qu’ils sont descendus du ciel d’astres plat comme des assiettes. Mais la suite est la même.
A partir de l’arrivé des elfes les hommes se séparèrent en deux ligné l’homme évolué comme toi et moi et les nains plus trapu et court. On dit que l’homme primitif au contact du beau peuple s’est tourné vers le levant pour suivre la quête et l’ascension du soleil, astre de vie. Les nains ont fait l’inverse, se terrant sous terre pour se corrompre dans leurs soif de richesse se défiant des elfes, rejetant l’étranger et choisissant de se replier sur eux même. Les dragons primitifs ou draco-erectus eurent un peu la même évolution. Une branche donna la race des Skulblaka ou dracanderthalis aujourd’hui disparus et l’autre les dragons ou dracopiens.
« J’ai lu qu’une récente étude indiquait que les Skulblaka s’étaient mélangé avec nos dragons pour faire la ligné des dragons moderne. »
« C’est encore à vérifier, tout se »s mage sortent une nouvelle théorie tous les ans. Enfin peu importe ! Les dragons trouvèrent chez les elfes des êtres de culture et de savoir si accompli qu’un schisme se fit.
Les dragons rouge, noir et de lave au tempérament impétueux voulaient prendre le dessus sur les elfes pour les dominer comme ils avaient dominé hommes et nains par la peur.
Certains, comme Smaug le doré, rejoignirent les dragons de lave. Les dragons vert, doré et de brume avait choisi de ne pas se prononcer sur cette nouvelle race. On raconte qu’Iastalium le vif, un dragon de brume, torturé de savoir qu’il devait choisir son camp préféra se fondre dans la nature. Il le fit si bien qu’il disparut complètement oublié de tous sauf de cette légende ! Les dragons bleu, blanc, argenté avaient tout de suite compris les bienfaits de cette nouvelle société basé sur la recherche du beau, des arts, de la culture et des sciences.
Ainsi Aoman qui n’avait pas encore gagné son titre de « sage » fut un des premiers à rencontrer les elfes. Il le fit par approche successible se rapprochant lentement des constructions elfique. Aoman qui était un dragon d’albâtre savait très bien se fondre dans la nature crayeuse des rivages ou avaient accosté les elfes mais c’était sans compter sur le sens d’observation d’un jeune elfe promit à l’apothéose de la Seldarine. Ce jeune elfe s’appelait Correlon. Il passa de nombreuse fois près d’Aoman, qui certain de ne pouvoir être vu l’observait avidement. Aoman n’avait encore jamais entendu la voie d’un elfe. Il fut surpris d’en comprendre chaque sens. Les paroles étaient douce et chantante semblable au bruit de jonc s’entrechoquant sous une brise légère. Le son éveillait des sensations visuelles et olfactives agréables et une sorte de quiétude s’installait à chaque mot prononcé. Aoman qui avait déjà par le passé côtoyé les hommes et plus rarement les nains n’avait jamais perçu d’eux que des sons rudes et gutturaux, desquelles la brutalité et la veulerie faisaient beaucoup plus référence.
Correlon commença un monologue qui resta gravé dans l’histoire des dragons.
« Ses falaises sont si belles qu’on croit y voir des êtres fabuleux !
Comme ses dragons à l’allure si majestueuse. Nos deux peuples ont tellement à gagner à se rencontrer. Les hommes les admires mais étrangement les craignent et les fruits comme la pire des maladies.
Je les envie de pouvoir voler, écouter le silence des nuages, sentir le vent et capter chaque effluve de bois à l’humus ambré, aux senteurs douces d’épis de blé avant la récolte –on croirait sentir le pain blondir sous la chaleur du four-. »
Alors qu’il parlait et qu’écoutait Aoman, Correlon s’était approché du dragon jusqu’à poser une main sur sa patte avant.
« J’aimerais voler comme un dragon ! Tu me feras voler ? » Demanda Correlon.
Aoman sur sauta faisant chuter quelques pierres et s’adressa à Correlon pour lui dire :
« Ainsi tu m’avais vu ? »
« Non, mais j’ai tellement rêvé de ce moment-là, que j’étais sur qu’on répondrait à mes vœux. »
« Petit elfe je t’emmènerais sur mon dos si tu me présente à ton chef. »
« C’est une reine et son nom est Seldarine. Je vais lui demander si elle veut bien te recevoir. Reste ici ! »
Aoman attendit mais ce ne fut pas lui qui se déplaça. La reine elle-même vint à lui.
Elle était d’une beauté indéfinissable. Sa démarche si fluide que le sol semblait rouler sous ses pas. Les branches, feuilles et autres obstacles s’écartaient sur son chemin. Elle était accompagnée d’une unité légère d’elfes armés d’arc long. Ils étaient tous aux longs cheveux blond identique à leur reine, la chevelure protégée par un casque de bronze couvrant le front et le nez, fixé à la jugulaire par une lanière de cuir. Une crête de crin blanc surmontait le casque pour finir en une natte blanche posé sur l’épaule gauche. Un corset du même métal cachait leur poitrine et une jupe de lanière de cuir ceignait leur bassin. Leurs pieds étaient nus seul une semelle de liège et de jonc tressé tenu aux orteils les protégeaient du sol.
La reine elle n’était vêtue que d’une longue tunique blanche qu’une torque serrait de son poids au-dessus du bassin. Une large échancrure laissait entrevoir sa poitrine. De ses pieds on ne voyait rien et ni son visage, ni aucune partie d’elle n’était couvert d’ornement hormis sa torque de cuivre. La reine commença ainsi :
« Bonjour dragon nous sommes des elfes des contrées septentrionale. Un monde étranger, situé au-delà des étoiles, bien loin de ce monde. Je suis Seldarine reine de ce peuple ! Quel est ton nom ?
Aoman dragon de glace de la race des dragons d’eau.
Que venez-vous faire ici ?
Nous avons quitté nos rivages pour Atsami car le temps des elfes n’était plus. Dans notre ancienne et lointaine contrées des dragons vivaient au moment où nous même étions du peuple élu, mais ils se sont perdu dans l’abime du temps sans que l’on puise rien y faire. Aujourd’hui c’est une nouvelle page que nous souhaitons écrire pour Atsami.
Que s’est-il passé ?
Je ne saurais trop le dire ! On a laissé la magie fuir comme l’eau entre nos mains. Les hommes ont remplacé la féerie des dragons et celle des elfes par la science. La technologie des hommes nous a décortiqué, nous a classé et catalogué. Les dragons ont été les premiers et le déclin de notre race était devenu inéluctable.
« Des dragons comme nous ? »
Oui, des dragons comme toi remplacé par des mots. Des dragons d’eau désignés sous le terme de tsunami. Des dragons d’air appelé typhons, des dragons de terre qualifié de séisme, des dragons de lave remplacé par une théorie nommé tectonique des plaques. Pour l’homme tous devait avoir une explication, plus rien ne devait être féerique. La poésie était un art mineur et lorsque les rêves devinrent pour eux une image du subconscient que chacun devait étudier afin d’y trouver les moyen de sur monter ses angoisses, le temps des elfes n’était déjà plus. »
« Les dragons du monde que vous avez quitté sont-ils aussi parti avec vous ? »
« Non, ils ont choisi de rester. Ils ont changé d’apparence pour se fondre dans le monde des hommes. Des hommes qui volent par leurs technologie, qui observent et iront probablement au-delà des étoiles. A cet instant ils coupent l’infiniment petit jusqu’à faire s’entrechoquer ce qui ne devait pas être cassé. De ce choque ils ont créé leur propre dragon. Le plus terrible des dragons. Capable d’engloutir une ville, un pays dans un panache de cendre. Un dragon doté d’un souffle de lumière aspirant toutes choses pour tout recracher dans une masse de poussière poussant du sol vers le ciel tel un champignon.
« C’est terrible ! »
« Oui, le monde que nous avons quitté est déjà en ce moment le monde froid et distant ou un seul dieu s’échange au travers de sombre écran de courbe, de chiffre. Un dieu unique, de profil, sur papier vert. Ce monde finira dévasté par le dragon qu’il a créé et qu’il croit pouvoir domestiquer car l’homme au fond est toujours l’homme primaire celui qu’il était et a toujours été. Quel que soit l’habit qu’il revêt


Fruuer Dragonne maléfique de Shevarash et Waztierzholt grande prêtresse de Shevarash.
Dragon dino
 [?] Pito 
 Le 11/12/2012 à 18:29:38 
Plop
 Pages : [01] [02] [03]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 32 messages visibles sur 186953 dans le topic Les voies de Shevarash.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés