« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
Muthos : Bonsoir !
Muthos : Je passais pour dire bonjour à Adv et Bahanix .
Ajt : ah ouais et les autres ?
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Histoire du Jeu en Temps Réel ! >> Arrivée d'Iluambarnya'

 Pages : [01] [02]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon glace MJ
 Le 02/01/2007 à 20:06:42 
plop !
Dragon loup
 Lvb 
 Le 14/02/2007 à 17:40:07 
7ème chapitre : Bases de Bernö

- Pourriez-vous me décrire une de ces autres journées plus précisément ?
- Oui, bien sûr, je vais vous expliquer le lendemain…

Le lendemain, je me réveillais assez tôt. La journée éprouvante d’hier s’était répétée mille et une fois cette nuit. Je me rendis compte que je n’avais presque rien mangé la veille et que mon estomac demandait de quoi manger. Je descendis donc les escaliers et, voyant que mon tuteur dormait encore, je passais sans bruit dans sa chambre. Au moment où j’atteignais les autres escaliers, il me dit :
- Tu t’en vas déjà ? Tu n’as même pas su supporter la première épreuve ? Pourtant, tu t’en es relativement bien sorti…
- Non, je compte juste aller manger. Mais, pourquoi ne vous êtes vous pas réveiller si vous saviez que j’étais là ?
- Parce que ce n’était pas nécessaire.
- Et si j’avais été blessé, si il m’était arrivé quelque chose ?
- C’est le cas ? Non, donc je ne suis pas intervenu. Bon, maintenant allons manger…

Il se leva et descendit avec moi. Pendant qu’il prépara de quoi se nourrir, ce qui ne dura pas très longtemps. J’observai un peu mieux le rez-de-chaussée que je n’avais qu’entraperçu hier… Il n’y avait qu’une seule pièce, un fauteuil et un repose-pieds était placé devant la cheminée. Au centre de la pièce, il y avait une table avec trois chaises. A ma droite, une impressionnante collection de livres était disposée dans des étagères. Il y avait aussi une épée suspendue au-dessus du feu. Enfin, il arriva avec un panier contenant des fruits ainsi qu’un pichet d’eau.
- Mais, et la viande ? Où est la viande ?
- Ici, on ne mange pas comme au village. Ce sera des fruits et de l’eau tous les jours. La viande sera réservée uniquement pour le soir et, à condition que nous ayons fini l’entraînement du jour assez tôt pour que tu puisses chasser.
- … Bien maître …

Je pris un fruit et commençais à le manger. Puis, je repris la conversation :
- Qu’allons nous faire aujourd’hui ?
- Tout d’abord, je vais t’apprendre l’équilibre sur roseaux. Pour ce faire, nous allons retourner à la rivière et c’est toi qui va nous y conduire …

J’allais protester mais il continua :
- J’en profiterais pour t’enseigner l’orientation. Ensuite, nous retournerons dans la forêt pour que tu sois un peu plus agile en grimpant dans les arbres. Enfin, tu mettras le tout en application…
- En application ?
- Oui, mais tu comprendras le moment venu.

Nous terminâmes le repas puis nous sortîmes nous étirer.
- Très bien, cela suffit. Maintenant conduis-nous jusqu’à la rivière
- Mais, je ne sais même pas par où elle est…
- La première chose à savoir lorsqu’on s’oriente, c’est les caractéristiques de ce que l’on recherche. Ici, c’est une rivière. On peut facilement la retrouver en écoutant le bruit de l’eau qui coule.

Je fis silence et écoutais la nature. Tout d’abord j’entendis les oiseaux chanter, puis, écartant ces sons-là, j’entendis la rivière et me tournais du côté d’où provenait le bruit.
- Par là ! Nous pouvons y aller…
- Minute. Avant de courir vers l’arrivée, il faut savoir revenir au départ. Le meilleur moyen pour cela est de regarder le côté par où pousse la mousse sur un arbre. Ici, elle pousse du côté de la rivière, ce qui veut dire…
- Qu’il faudra faire face à la mousse pour revenir !
- Très bien. Ce ne sera pas suffisant, mais tu seras au moins dans la bonne direction. Nous pouvons y aller maintenant.

Nous ne tardâmes pas à la trouver et elle me sembla bien plus proche que la veille. Il commença donc comme il l’avait dit par m’enseigner l’équilibre. Cela n’avait rien de spécial si ce n’est que je n’étais pas très doué au début, ce qui n’est plus le cas maintenant. Mon agilité était semblable à mon équilibre et il ne se passa rien de très spécial non plus. Cependant, ce qui est à noter, c’est qu’il disparût, comme la vieille. J’en conclus que sa mise en pratique était tout simplement de revenir plus vite que la veille. Je n’eus aucun problème sachant désormais me repérer et revint assez tôt pour pouvoir chasser du gibier. Pour cela, il me donna un arc et des flèches ainsi que ces quelques conseils :
- C’est maintenant la deuxième mise en pratique. Fais attention à ton équilibre et à ton agilité.

J’essayais donc comme il me dit : je grimpais à un arbre et, sautant d’arbre en arbre le plus discrètement possible, j’essayais d’attraper du gibier. Je faillis par deux fois avoir une biche, mais je revins malgré tout bredouille. Mon tuteur me dit que ce n’était pas si grave et que je n’en étais encore qu’au début de mon apprentissage.

Dragon glace MJ
 Le 14/02/2007 à 22:19:46 
Le retour !
Dragon loup
 Lvb 
 Le 04/03/2007 à 14:17:16 
8ème chapitre : Un rêve plus qu’étrange

Les années passèrent et l’entraînement évolua. Après le repas du soir, nous combattions à l’épée. Celles-ci étaient tout d’abord en bois, puis en métal. Ensuite, il m’entraîna à des cas spéciaux. Par exemple, en jetant mon épée derrière lui et en m’empêchant de la prendre. Je devais alors rivaliser d’agilité et d’imagination pour me servir des éléments aux alentours. Il me fit aussi combattre quand mon épée était dans l’eau, alors que j’avais bu ou encore en ayant dans le dos un précipice. Je dus aussi me battre face à lui, bien armé. Il m’enseigna aussi quelques sorts : des guérisons de légères blessures, des lancers de boule de feu, d’éclair ou encore de glace mais qui avait peu d’effet. Tout cela, juste afin de distraire l’adversaire ou de l’assommer quelques peu. Mais rien qui ne pouvait tuer ou blesser gravement, non pas qu’il ne voulait pas m’enseigner cela, mais que ce monde n’ayant jamais été attaqué avait développé peu ces techniques.

La méditation aussi évolua. Une fois qu’en haut de la maison, je pus être serein en quelques secondes, il me fit méditer dans la forêt avec des bruits dérangeants. Puis nous passâmes à la concentration. Je tentais de communiquer avec les arbres et ensuite tentait de les faire agir selon ma volonté. Tout d’abord un arbre, puis deux, pour enfin terminer par ressentir le moindre fétu d’herbe. Je pouvais désormais effacer mes traces, faire repousser les arbres et savoir en demandant à ces derniers, si un bernô était passé peu avant.

Je continuais aussi à avoir des contacts avec les autres Vorondil qui me racontaient la vie du village. Leur propre entraînement était bien moins sévère et ils pouvaient revenir chaque soir au village. Ils me racontaient donc les nouvelles récentes. Tout le monde allait bien et mes parents attendaient impatiemment mon retour.

Une nuit, alors qu’il ne me restait que quelques jours de formation, je fis un rêve étrange : je me promenais dans un couloir lorsqu’un trou noir s’ouvrit devant mes yeux. Celui-ci essayait de m’aspirer et je me retournais pour fuir. Je commençais alors à battre des ailes. Oui, des ailes. Celles-ci étaient plus grande que moi-même, elles étaient reliées à ma colonne vertébrale, étaient noires et écailleuses. A ce moment, un vieillard et un bébé, apparemment aspiré par le trou eux aussi, me percutèrent et nous y envoyèrent tous les trois. Je me souviens que mon pendentif se détacha alors et tomba au sol pendant que la porte se refermait.

Le lendemain matin, j’avais raconté mon rêve à mon tuteur. Il me répondit ceci :
- Et bien, ce n’est pas commun comme rêve, néanmoins, ce n’est qu’un rêve.

Il paraissait soucieux mais ne le disait pas. Ce qu’il me dit juste après, confirma mon intuition :
- Aujourd’hui, je vais te laisser temps libre. Profites-en pour aller te promener en forêt et t’entraîner tout seul. Reviens ici avant que le soleil ne se couche.

Je fis comme il dit et peu après, les Vorondil me contactèrent pour me dire que mon tuteur était allé voir mes parents. Je m’inquiétais alors encore plus de ce que j’avais rêvé et je passais toute la journée à réfléchir dessus. Puis, lorsque le soleil commença à descendre, je rejoignis la cabane. Mon tuteur y était déjà et pour une fois, préparait le repas. Ne préférant pas poser de question, j’entrais sans bruit et m’installais à table. Mon tuteur engagea la conversation :
- Puisqu’il ne reste que quelques jours avant la fin de ta formation et qu’aujourd’hui nous n’avons rien fait, j’ai pensé que nous pourrions nous reposer aujourd’hui.
- Bien maître.
- Et en profiter pour faire plus amples connaissances. Etant presque d’égal à égal désormais, je ne te considérerais plus comme un élève.
- D’accord…

N’osant tout d’abord pas poser la question qui m’obnubilait le plus, je festoyais tout d’abord et avec lui et bus beaucoup.
Nous discutions de tout et de rien et il serait long et lassant de vous rapporter tout ce qui a été dit. A la fin du repas, nous sortîmes sur le toi et nous couchâmes :
- Les étoiles paraissent si loin… , dis je.
- Elles ne sont peut-être pas tout prêt mais sont bien plus accessible que ce que nous pensons.
- Vous parlez des portails ?
- Oui, ton père venait d’une de celle-ci.
- Que leur avez-vous dit cette après-midi ?
- Héhéhé, ainsi donc, les pendentifs sont passés à travers les âges. Je suppose que ce sont tes amis qui te l’ont dit… Après tout, ce n’est pas plus mal, ça t’a permis d’apprendre à être distant de gens qu’on aime, sans pour autant les oublier.
- Vous n’avez pas répondu à ma question…
- Je leur ai dit des choses sans importance pour toi pour l’instant. Tu découvriras bien assez tôt de quoi il s’agit et il est inutile de t’inquiéter prématurément.
- Bon…

Après quelques instants de réflexions, je lui posais une autre question :
- Comment vous appelez-vous ?
- Et bien, ton père ne te l’a pas dit ? Je l’ai pourtant formé et il me connaissait… Je m’appelle…

- Vous avez vu, il a arrêté de neiger !
Je me rendis compte que le vieillard me parlait :
- Ah oui, tiens. Je vais finir de vous raconter mon histoire, puis je m’en irais pour ne pas vous déranger plus longtemps.
- Vous ne me dérangez pas du tout…
- Bon, très bien… Où en étions-nous ? Ah oui, la fin de ma formation…

Dragon fantome
 Le 04/03/2007 à 15:05:54 
encore... vas y Lvb... vas y Lvb...

tu vas y arriver... je veux dire... courage pour les prochains chapitres


(Cabos bat presque son record... 3h30 déjà)
Dragon loup
 Lvb 
 Le 06/03/2007 à 18:54:54 
en ce qui concerne le courage, ceux qui le lisent devraient laisser un message même stupide type "lu"
ça m'encourage en me disant que même si vous n'avez rien de spécial à dire, vous l'avez lu
Dragon glace MJ
 Le 07/03/2007 à 09:00:49 
Oui, vas y Lvb, à fond !
 Pages : [01] [02]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 22 messages visibles sur 186953 dans le topic Arrivée d'Iluambarnya'.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés