« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
[!] Abandon tire un roi de coeur (Total : 13/14)
[!] Ajt tire une dame de carreau (Total : 12/14)
[!] Silmadin tire une dame de coeur (Total : 12/14)
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Art Fantastique >> Poesie en amateur

 Pages : [01] [02] [03] [04] [05] [06] [07] [08] [09] [10] [11] [12]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon glace
 Tor 
 Le 31/07/2011 à 17:11:08 
Lol c'est mignon :)

En voilà une vite fait que j'ai imaginé en rapport avec mon RP (topic 8315) quand celui qui se sert de l'anneau du coupable vient de killer


L'âme coupable et le chant des morts

Le nuage ôcre glisse en un regard impassible,
Quand le vent frisonne sur la glace immobile,
Bruissent les grinçements de la haine sanguinaire,
L'âme du rire brisé s'éventre dans la nuit claire.

La Terre avale la chaleur pourpre des corps disloqués ; pantins,
Que la rivière graisseuse enserrera trop fort en son sein,
Etouffent le glapissement et les plaintes qui se font déjà murmures,
Vent, océan, les nuages ne sont plus qu'écumes de chagrins futurs.

La mort luit victorieusement dans les regards redevenus enfantins,
Petites bougies soufflées redorent la Liberté d'une légéreté insouciante,
S'étreignent, s'enchainent en un courant éclatant dans un lendemain,
Bruisse en volées qui s'égayent sur l'Ombre interminablement mourrante.

Soulèvent l'épais tapis ôcre du champs délesté pour un cimetière,
Petites corolles se gonflent aux souffles derniers qui se trainent,
Revêtant avec parures le sable qui s'envole en une danse lunaire,
Brisant tant l'âme coupable que poussière ne peut plus rien contre haine.
Dragon volcan
 Le 25/10/2011 à 00:51:58 
Je te re-félicite pour ton RP  ;)

Pour continuer et pour nos longues soirées d'hivers ...



CANAPE
ou
SOFA (j'hésite)


Te rappels-tu ses silences aux volutes enlacées ?
Elle souffla sa fumée par à coup pour former quelques ronds
Oui, et tes cheveux en suivaient les mouvements.
Elle mordait son crayon.
Moi, je me rappel cette lumière, sur tes lèvres moirées !
Elle déposa au sol un morceau de cendre.
Les tiennes était soulignées d'un trait sombre et élégant.
Elle dessina ses lèvres d'un geste tendre.

Te souviens-tu des lieux et des odeurs ?
Elle glissa un regard vers elle.
Oui, chaque instant était une pluie de sous-bois.
Tu fais rimer fraîcheur et douceur !
Au-dessus d'elle, il n'y avait que le ciel.
C'est toi qui rime, pas moi !

Qu'a-t-on pu oublier, alors ?
Dit-elle d'une voie inquiète !
Il n'y a rien à oublier, même le pire,
Tous les bonheurs sont à construire.
Dit-elle en jouant de ses bouclettes.
C'est drôle de tout, tu tires un trésor !

Pourquoi faire autrement !
Et si l'on doit vivre, comment ?
Soupir !!!
Je ne sais si je dois me souvenir
Ou vivre pour chaque souvenir ?

Re-Soupir !!! …

Embrasse-moi, ce sera toujours ça !
Et elles s'embrassèrent sur le sofa.



Dragon volcan
 Kapanchi 
 Le 27/10/2011 à 16:23:05 
Incompris

Un être obscure et douteux
Je ne l'avait jamais vu
Il s'approcha d'un air anxieux
Je flippais donc j'ai changer de rue

Le jour d'après je l'ai croisé
Je transpirais de peur je crois
Mais il souriait lui, pas du tout angoissé
J'ai fait de même, avec peut de désarroi
Je lui dit haut et fort :
Qui est tu ?!
J'entendis doucement alors :
Je suis, la vie que tu a vécu.

Ensuite je ne le vis plus
Un jour il était devant moi
Il n'en pouvais plus
En souriant il me regarda
Il saignait, il sourit puis dit :
Je saigne car ta vie est dure petit



L'enfant aux morts

Peut être un jour
Je verrais ce que ne voient pas les autres
Peut être que un jour
Il auront les même yeux que les nôtres

Peut être que c'est parce que je suis un enfant
Donc il ne voit pas ce que je voit
Il ne voit pas tout ce sang
je préférer de loin voir ma sœur que ça

Peut être que je serais grand
Et que je ne verrais plus ce que je voyais étant enfant
Je serais enfin libéré
De cette atrocité, je pourrais ignorer

Un jour j'ai su que c'était peut être un don
Peut être était-ce une plaisanterie des dieux
Voir les gens mort n'est pas un don
C'est le pouvoir d'un sadique ou d'un orgueilleux



Dragon volcan
 Le 27/10/2011 à 16:48:20 
Je crois qu'il ya plusieurs moteur à la création.
La peur doit certainement en être un comme l'indignation face à l'injustice mais mon moteur préféré est l'amour.
L'utiliser aide a recevoir.
Je m'explique. Si tu aides les autres, si tu faits attention à eux, ... Ils ferons la même chose pour toi. Ca demande de la constance, on peut être déçu mais un fruits fini toujours par grossir avant d'être savoureux.

N'ayez pas peur sinon la peur avancera à vos cotés. soyez indigné et la justice avancera à vos cotés. Soyez amoureux et le bonheur sera votre compagnon.
Dragon volcan
 Kapanchi 
 Le 27/10/2011 à 16:50:37 
Je qualifrais sa plutot comme la "Crainte " et non la mort
Celle si est spéciale aussi




La femme que j'aimais

Si tu étais encore là
J'aurais pas frapper ma prof de français
Si tu étais encore là
J'aurais pas essayé avec ma prof d'histoire et d'anglais
Si tu étais encore là
J'aurais peut-être songé à travailler
Si tu étais encore là
J'aurais aidé les personnes en difficulté
Si tu étais encore là
J'aurais même pas essayer de tout faire sauter
Si tu étais encore là
J'aurais peut être changé tu sais
Mais vu que tu n'est plus là
Je n'ai plus rien pour me calmer
Mais vu que tu n'est plus là
La seule chose de positif que je fait c'est de te prier



L'automne

Elle seras verte pomme
Ou rouge comme une tomate
Bien sûr je parle de l'automne
Et de ses feuilles écarlate

Ces douces gouttelettes
Mais ces vents violents
Sont si séduisants
Et le reflet violet de ces gouttelettes

L'automne est unique
Il ne fait ni chaud ni froid
Il suffit d'une tunique
Pour ne pas avoir froid

L'automne est bon
Il n'est pas comme l'hiver, le désarroi
Ni l'été ou ont cuit comme du charbon
Mais comme le printemps la saison des rois
Dragon volcan
 Le 02/11/2011 à 22:48:18 
Kapanchi, je n'aime pa critiquer un poeme...
Si j'ecrivais ici mes premiers poemes tout le monde les trouverais ridicule  ;)
Ce que j'aime dans un poeme c'est la sonorité qu'il a et son rythme, mais aussi son pouvoir évocateur. j'aime les poemes qui nous amène loin ou qui nous laisse songeur.

Exemple :

A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !

Beaudelaire
Dragon lion
 Le 03/11/2011 à 03:43:15 
Le dernier texte que j'ai écris, prenant sa place dans ma rubrique "L'Omniscient"

Tristesse


Du haut de mes cieux, je contemple l’immensité de notre monde,
Avec impuissance, je le regarde, sans perdre la moindre seconde,
Je vois les larmes des hommes, les entends se plaindre sans cesse,
Alors que ce malheur n’est rien à côté de l’étendue de ma tristesse…

Mon existence entière est maudite, un être damné pour l’éternité,
Condamné à vivre avec ma souffrance, à cause de mon immortalité,
Regardant la souffrance du monde et devant vivre avec la mienne,
Je ne fais que errer dans l’espace-temps, comme une âme en peine…

J’ai vu la naissance des plus grands empires mais aussi leur destruction,
J’ai vu couler beaucoup de larmes et de sang, et ce souvent sans raison,
J’ai même pris le temps d’aimer, de vivre de beaux moments passionnés,
Cette femme a vécu à mes côtés, et jamais je n’aurais pensé l’enterrer…

J’ai rempli les océans par mes larmes, et si elles ne coulent plus à présent,
C’est que la tristesse me ronge de l’intérieur, et me laisse impuissant,
La vie m’a pris mon sourire, me séparant de celle que j’ai toujours aimé,
Elle vivra à jamais en moi, à travers mes larmes et dans mon cœur brisé…

Dragon volcan
 Le 05/11/2011 à 21:04:42 
Merci, pour ton poeme ^^
Dragon glace
 Tor 
 Le 13/11/2011 à 17:57:05 
Feu

Couve de ton regard l'immensité du vide qui s'accroche en tâches noirâtres;
Epanche toi de la mort qui ronge ses freins en dessous d'un souffle acariâtre;
L'étendue de ta parure aux vives morsures grave sa forme en langues artificielles;
Entraîne les pas vers le gouffre d'un regard aux couleurs charbon sensoriel.

Petit tu puises et grandit au son des battements sourds d'un coeur brûlant ;
Dévorant et consumant en une unique trainée de poussière ces pensées virevoltantes ;
L'arbre s'étends et te lie à sa ramure qui s'élève maladroitement ;
Il s'emballe et attise ta force et ton étendue en furieux crépitements.

Que petits souffles et murmures enchainent une raison en pertes successives ;
Ils se forment en torrents furieux que secoue la tempête d'un chagrin arride ;
Et attire irrépressiblement ta quête désespérée d'étendues inconnues et vides ;
Pour qu'en une dernière union ta chaleur consume ce qui t'avais rendu à jamais libre.
 Pages : [01] [02] [03] [04] [05] [06] [07] [08] [09] [10] [11] [12]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 174 messages visibles sur 186953 dans le topic Poesie en amateur.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés