« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
[!] Abandon tire un roi de coeur (Total : 13/14)
[!] Ajt tire une dame de carreau (Total : 12/14)
[!] Silmadin tire une dame de coeur (Total : 12/14)
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Histoire du Jeu en Temps Réel ! >> Le parchemin des étoiles

 Pages : [01]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon blanc MODO
 Zergy 
 Le 23/09/2015 à 23:41:46 
Prologue - Une vieille histoire


Après leur aventure sur les terres Impériale pendant l'hiver, Seregis, Enalys et Xul avaient rejoints la guilde des Chevalier d'Atsami, aussi bien par envie de changement que par amitié envers leur ami Pito, enfin… Adrentar comme il se souhaitait se faire appeler à présent.

La ville en ruine dans laquelle les Chevaliers avaient trouvé s'était installé vivait depuis au grès des travaux, les bâtiments était réaffecté, transformés ou reconstruit entièrement selon leur état et l'utilité. La troupe était encore petit, mais ses membres était expérimenté, il avaient à peu près tous eut des responsabilité élevé dans leur anciennes guilde, et l'emplacement de la ville au second souterrain en faisait un point de passage obligé pour les marchants parcourant les routes commerciales entre la surface et le cinquième souterrain, leur permettant de facilement trouver de la main d'œuvre, dont une partie ferait sans doute sa vie ici après.

Bien que l'incidence du jour et de la nuit était moins présente dans les souterrains, un cycle identique se faisait sentir au niveau des activités, et quotidiennement, la ville tombait en sommeil.

Après une journée occupé à divers tâches, les trois amis profitaient du calme de cette « nuit » d'été pour discuter à l'extérieur de leur habitation.

Seregis : Nous devrions avoir un peu plus de temps pour nous d'ici quelques semaines, les travaux et l'organisation de la guilde avance bien.
Enalys : Tant mieux, bien que nous avons beaucoup appris avec les divers tâches que nous avons du faire ces derniers mois.
Seregis : Oui, ce ne tout n'est pas négatif.

Leur regards fut alors attiré par le bruit de chauve-souris qui, activent à cette heure de la journée, venait faire leur festin des insectes attirées par les lumières des flambeaux et torches éclairant la ville. Au défaut d'horloge fiable, les habitants des souterrains pouvaient toujours se fier aux activités animal pour ponctuer leur journée.

Enalys : Elle n'y vont pas de main morte. Tant mieux, ça nous évitera de nous faire piquer par des moustiques.

Puis, leurs regards se porta sur la voûte qui formait le ciel des souterrains, noir et invisible d'où ils étaient.
Seregis soupira…

Seregis : Les étoiles me manques, j'ai a peine eut le temps de les observer lors de notre dernière sortie à la surface.
Enalys : Je sais… en parlant de ça, que comptes-tu faire de l'œuf de dragon qui te a ramener de l'Imperium ?
Seregis : J'ai bien une idée, mais…
Enalys : Un projet difficile à réaliser ?
Seregis : Oui.
Enalys : Tant de vieux projets en souffrance, tu as tant donné aux autres au cour de ces dernière années, dès que nous aurons un peu plus de temps nous nous occuperons de toi mon petit.

Du temps pour lui, en huit ans qu'il était sur Atsami, il n'en avait que peu trouvé, peut-être avait-elle raison et devrait-il mettre de coté certaines tâches pour penser à lui même et terminer des projets qui lui tenait à cœur.

Seregis : Oui, tu as sans doute raison.

Il regarda la dragonne et remarqua le bijou qu'elle portait toujours dans ses cheveux. De ce qu'il se souvenait, elle ne lui n'avait jamais dit sa provenance.

Seregis : Dit moi Enalys, tu ne m'a jamais dit où tu avais eut le bijou de tes cheveux ?
Enalys : Oh ! C'est une vieille histoire.
Seregis : Je serais curieux de l'entendre. Sauf si tu ne veux pas.
Enalys : Non, rien de tout ça, ne t'inquiètes pas… En fait, il m'a été offert par mon ancien dragonnier, c'est tout.

La dragonne semblait vouloir écourter la conversation, mais c'était trop tard, elle avait éveillé la curiosité de son ami.

Seregis : Tu ne m'avais jamais dit que tu avait eut un dragonnier avant moi.
Enalys : C'est que c'était il y a longtemps, je ne me rappel plus si bien de lui, j'étais bien plus jeune et je ne l'ai eu que à peine 3 ans.
Seregis : Allez, raconte moi !
Enalys : Bon d'accord… J'avais environs 31 ans quand je l'ai rencontré, je crois qu'il s'appelait Jorin, il travaillait comme historien auprès d'un puissant seigneur Astamien féru de science et de connaissances. Lui et sa troupe voyageaient beaucoup, c'est lors de l'un de ceux-ci que nous nous sommes rencontré.
Il avait beau être âgé, il prenait soit de moi, tout comme toi, il me racontait souvent les histoires de ses expéditions passées et des découvertes qu'ils avaient faites.

Seregis : Tu dois en savoir des choses donc, et tu as dû voir du pays aussi.
Enalys : C'était il y a plus de quatre-cents ans, mais j'ai encore quelques souvenirs, cependant, il ne voyageait plus tant que ça, à cause de sont grand âge.
Seregis : Je vois, c'est normal.
Enalys : Quand à ce bijou, il me l'a confié quelques moi avant sa mort, d'après lui, son groupe l'ont découvert dans un temple abandonné lors d'une expédition dans un pays lointain. D'après leurs recherches, le temple était celui d'une ancienne civilisation qui habitait la région. Ce bijou était, selon ce qu'ils avaient découvert il était utilisé par les prêtres et prêtresses de cette civilisation pour recevoir les pouvoirs de leurs dieux.
Et puis il est mort de vieillesse dans son lit une nuit. Il avait vu que je le voyais partir, il m'a alors dit que j'étais encore jeune et que je devais survivre à sa mort pour trouver un autre dragonnier.
Je porte ce bijou depuis en son souvenirs, bien entendu, il ne m'a jamais donné de pouvoirs divins, mais les orbes dont il est incrusté font une bonne réserve de magie.

Seregis :
Enalys : Mais c'est le passé tout ça… tournons nous vers l'avenir, le tiens en l'occurrence.
Seregis : Merci, mais… je t'imagine bien en déesse.
Enalys : Ah ah ! Moi aussi ! Pourquoi pas ? Je ne sais pas ce que ça donnerais.

Il restèrent encore quelques minutes au calme, puis rentrèrent se coucher, leurs journées seraient encore chargées pour quelques temps, l'heure du départ n'avait pas encore sonnée, mais du moins, ils y songeaient à présent.
Dragon blanc MODO
 Zergy 
 Le 27/09/2015 à 20:04:07 
Chapitre second - Préparatifs


Lors d'une aventure passée1 l'ayant, lui et ses amis, fait faire halte à la tour des mages de l'air, Seregis avait apprit que le langage du livre qu'il nommait « parchemin des étoiles » se rapprochait de la langue parlé dans le royaume de Naxo.
Trois mois s'étaient écoulés depuis leurs conversation nocturne, ils avaient passé le peu de temps libre dont ils disposaient pour en apprendre plus sur ce royaume et préparer leur futur voyage vers celui-ci. Ils n'avaient pas trouvé grand choses, mais dans les grandes bibliothèques d'Atsami, apparemment, si des relations commerciales existent entre Atsami et Naxo peu de témoignages existent sur sa culture ou sa langue, cependant, le peu qu'ils avaient trouvé les confortaient à continuer à creuser dans cette direction.

Alors que la frénésie d'activités du aux débuts de la guilde faiblissait, ils avaient planifié leur départ à la semaine suivante, Adrentar était prévenu et avait déjà prévu des remplaçants pour palier à leurs absence.
Et, un soir, alors qu'ils planifiaient leur départ penché sur une carte…

Enalys : D'après les informations dont nous disposons, le mieux pour rejoindre le royaume de Naxo est de suivre la route maritime qui longe la côte sud d'Atsami, puis, continue à l'est avant de redescendre vers le sud une fois l'Empire d'Altimllo passé.
Seregis : Ce n'est pas la porte à coté… moi qui ne suis pour ainsi dire pas sorti d'Atsami depuis que j'y suis arrivé.
Enalys : Les voyages forment la jeunesse comme disait mon père, et puis je suis sûr que nous découvrirons là-bas ce que tu cherches, et bien d'autres choses intéressantes.
Seregis : Je n'en doute pas. Bon, pour ce qui est du voyage, je pense que le mieux est d'accompagner des navires.
Enalys : Oui, ce voyage est trop long pour que je le fasse d'une traite, et il vaut mieux rejoindre la surface, les voyages au long cour dans les souterrains sont encore hasardeux.
Pour le reste, les compagnies marchandes engagent des dragonniers pour protéger leur convois quand ceux-ci doivent traverser des zones à risques, nous pourrons nous rendre utiles, en plus de ne pas voyager seul.

Seregis : C'est effectivement le mieux, reste à espérer que tout se passe bien. Par contre, impossible de nous renseigner avant notre départ, cela prendrait trop de temps, nous verrons sur place si un navire à destination de Naxo à besoin d'un dragonnier.
Enalys : Par contre, étant donné que nous n'avons jamais fait ce genre de travail, il n'est pas sûr qu'on nous accepte.
Seregis : Oui, beaucoup d'inconnues, nous verrons… oh! Attend ! Il n'y a pas cette femme, tu sais… heu… Maria ! Qui dit avoir été marin par le passé, elle pourra sans doute nous donner quelques astuces.
Enalys : La femme du ferronnier ? Ma foi tu as raison, nous irons la voir demain, peut-être nous sera-t-elle de bon conseil.

Et ainsi, le lendemain, Le druide se rendit chez le ferronnier, seul, Enalys, était elle occupé à d'autres tâches. Après avoir frappé à la porte de sa demeure, une voix à l'intérieur l'invita à rentrer.

Seregis : Bonjour maitre Erin.
Erin : Bonj… Oh ! Seigneur Seregis ! Je ne pensais pas avoir une visite de votre part. Si c'est pour une commande, j'ai bien peur qu'il vous faille attendre, nous sommes débordés avec toutes des réfections de bâtiments.
Seregis : Ne vous en faites pas Erin, ma visite n'a rien à voir avec cela. Dites moi, j'ai ouïe dire que votre compagne Maria fut marin un temps.
Erin : [i]Maria ? Oh oui, elle à fait bien des métier avant que nous nous rencontrions, dont marin, pendant plusieurs années.

Seregis : Très bien, j'aurais à lui parler, est-elle là ?
Erin : Oui, derrière, dans la forge, avec notre apprentie Rohin et Gorik notre dragon.

L'arkhodien passa la porte qui séparait l'étude ou Erin concevait les plans de nouveaux ouvrage de la forge. L'atmosphère n'était pas du tout la même. Si le bruit de la forge se faisait entendre des autres pièces, elle n'avaient pas ses odeurs de métaux et sa chaleur.
Du fait de son ambiance industrieuse et bruyante de la forge, l'entrée du Stratège de la guilde ne fut pas remarquée, il profita d'un instant de calme pour signaler sa présence, les regards des trois occupant se tournèrent vers lui.
Si la force physique que Erin avait acquit par son métier ne se voyait pas du premier coup d'œil, il en était tout autre pour Maria, sa stature était plutôt impressionnante, sans doute forgée par les différents métiers qu'elle avait fait au cour de sa vie. Gorik était quand à lui un jeune dragon rouge, à peine aussi grand qu'un poulain, mais la puissance de ses flammes faisait le bonheur de Erin, son lié. Quand à Rohin, il semblait avoir à peine dix-huit ans, la route lui serait encore longue pour atteindre la dextérité de Maria et Erin.

Maria : Seigneur Seregis ? Vous, en ce genre d'endroit ?

Le druide salua les trois occupants.

Seregis : Bonjour à vous, j'aurais besoin de m'entretenir avec vous Maria, Erin m'a dit que je pourrais vous trouver ici.
Maria : Avec moi ?
Seregis : Oui, oh, rien de grave rassurez-vous. Dites moi, on m'a dit que vous avez travaillé dans la marine par le passé.
Maria : Pour sûr monseigneur, près de douze ans même ! Mais j'ai arrêté après avoir rencontré Erin il y a cinq années.
Seregis : Très bien, dites, moi, j'aurais besoin de vos connaissances pour quelques projets personnels.
Maria : Tout de suite ? Mais nous croulons sous le travail seigneur !
Seregis : Oui, Erin m'a dit que les affaires marchaient bien.
Maria : Oh ! Ne nous en parlez pas ! Nous ne savons pas ou donner de la tête, je me demande si nous nous en sortirons même une fois Rohin formé.
Seregis : Que dites vous de diner tout les quatre chez moi ce soir, nous pourrons discuter de ça au calme devant un bon repas.
Maria : Ma foi pourquoi pas, mais vous êtes sûr monseigneur ? Nous ne sommes que des artisans après tout.
Seregis : Allons allons, je n'ai jamais vraiment fait cas des protocoles et de la hiérarchie, vous savez, je n'ai jamais oublié que je n'étais moi aussi pas grand-chose quand je suis arrivé en Atsami. Pas besoin de vous mettre sur votre trente-et-un pour ce soir, et tout simple artisans que vous êtes vous serez les bienvenus.
Maria : Oh bin t'entend ça Rohin ! Voilà qu'un des seigneurs de la cité nous invite chez lui, ça nous change des pédants de notre ancienne ville hein !

Il les salua et leur donna rendez-vous pour le soir, avant de partir, il mit Erin au courant. Ne lui restait plus qu'a utiliser le reste de sa journée pour préparer un repas pour lui et ses invités.

Et le soir venu pendant le repas…

Erin : Seigneur Seregis, j'ai l'impession que les informations que Maria détient vous tiennent à cœur pour que vous nous invitiez tout les quatre.
Seregis : Il s'agit surtout pour moi de tenir une vieille promesse. Et puis je me voyais mal laisser Gorik et Rohin seuls, à moins qu'ils aient prévu un dîner en tête à tête. Plaisanta-t-il.
Quoi qu'il en soit, moi et Enalys devons nous rendre au Royaume de Naxo, comme celui-ci et par delà les mers, nous pensons que le meilleurs moyen et d'accompagner des navires marchants, cependant, comme nous ne l'avons jamais fait, je pense que les connaissances de Maria me seront utile.
Maria : [i]Vous savez, je n'ai jamais eut de dragon, donc je n'ai jamais pratiqué ce genre de chose, cependant, les armateurs pour lesquels j'ai travaillé commerçaient surtout les ports de la côte ouest de l'Empire d'Altimllo, de faite, nous étions régulièrement escorté.

Enalys : Quel sont les dangers en mer ? C'est un monde que nous connaissons peu Seregis et moi.
Maria : Du plus au moins probable, le mal de mer, l'alcool, les tempêtes, les pirates et les monstres marins. Bien entendu, les escortes dragoniques sont utilisées contre les trois derniers, mais si j'ai un conseil à vous donner, c'est ne vous approchez pas de l'alcool, sur un milieu exigüe comme un navire, les hommes chauffés par l'alcool finissent rapidement par se battre.
Pour les grains, je me souvient que les escortes de dragons ne volaient pas lors de ceux-ci.

Enalys : Je comprend, voler dans les vents violents n'est pas agréable et nous demande beaucoup d'efforts.
Maria : Je veux bien vous croire, bref, vous n'aurez qu'a prendre votre mal en patience, bien entendu, comme les bras inutiles ne sont pas les bienvenu sur un bateau, on vous demandera d'assister l'équipage à d'autres tâches.
Seregis : Vous avez l'air de bien connaitre votre affaire Maria.
Maria : Vous savez, je n'ai jamais été très haut-gradée, mais en douze ans j'ai pu observé comment les choses se passaient, et puis nous disctions avec les autres équipages lors des escales.
Pour les pirates et les monstres, les dragonniers avaient pour mission de les repérer et de prévenir les capitaines de l'escorte afin que celle-ci les évite en changeant sa route, et si jamais l'évitement est impossible, il faudra les faire fuir où les combattre, ceci dit, de m émoire, les pirates sont souvent peu équipés et préfèrent éviter le combat quand ils croisent des navires de guerre ou des dragons.

Enalys : Pas de pirates dragonniers ?
Maria : Nous en avons jamais croisé, mais pas impossible que ça existe !
Seregis : Y a t'il un moyen de repérer l'arrivée de monstres marins ?
Maria : Hum… De mémoire pas vraiment, du moins, pas avant qu'ils ne commencent à être proches de la surface. On dit que certains créés des tempêtes, mais tellement de tempêtes ne sont pas la cause de monstres marins que bon…
Seregis : Quels types de dragons sont principalement recherchés pour les escortes ?
Maria : Tout dépend de la zone traversée, des dangers du moment et de la taille de la flotte, je ne vous cache pas que ce sont principalement des dragons taillés pour le combat qui sont recherchés, mais votre dragonne pourrait faire l'affaire pour escorter deux à trois navires, un voyage sans grand danger ou pour un armateur ayant peu de moyens. Cependant, avec la vitesse et l'endurance en vol d'Enalys vous pourriez également avoir votre place dans une escorte plus large comme dragon auxiliaire dédié à l'éclairage et au harcèlement. Sans compter vos talents de soigneurs à tout les deux.
Ah ! Une dernière chose, à ce que je sais, les navires pour l'orient partent souvent du port de Brylen, à l'est d'Atsami, je pense que vous aurait le plus de chance de trouver des places pour Naxo là-bas.

Rohin : Mais, mes seigneurs, si je puis me permettre, pourquoi ce long voyage ?
Seregis : Mais il n'y a rien de secret ne t'inquiète pas. Vous voyez, avant que j'arrive en Atsami il y a huit ans, on m'a confié à ouvrage à traduire, cependant, comme je n'ai pas vraiment de moyens de retrouver les miens et que j'avais tout un nouveau monde à découvrir, disons que ça à prit du retard.
Je ne sais encore comment retrouver les miens, mais je tiens tout de même à le faire, car le contenu de ce livre m'intrigue, et puis, Atsami regorge de tant de magie que je trouverais bien un moyen de transmettre pour leur transmettre le fruits de mes travaux.

Erin : Alors c'est donc vrai ? Vous venez d'un autre monde.
Seregis : Oui, vous savez, je ne l'ai jamais vraiment caché, et je suis loin d'être le seul en Atsami à venir d'un monde ou d'un univers étranger. Quoiqu'il en soit, depuis que je suis avec Enalys, je me vois mal y retourner, et puis ça fait plusieurs années que je suis là, je serais comme un étranger parmi les gens de mon peuple.
Maria : En tout cas, tout ce voyage pour tenir une vieille promesse, on peu dire que vous êtes des gens de parole.

Et le repas continua, les discussions portèrent sur la vie de la cité, les décisions prises par l'administration, dont Seregis et Enalys faisaient partie, les petits tracas de chacun, avant de se terminer tard dans la nuit.
A présent, ils en savaient plus sur ce qui les attendait
Dragon blanc MODO
 Zergy 
 Le 17/01/2016 à 13:01:36 
Chapitre troisième – Le départ


Suite au repas avec Maria et Erin, Enalys, Seregis et Xul avaient occupé leur dernière semaine à faire les derniers préparatifs et à terminer les dernières tâches qu'on leur avait attribuées.
Ils avaient planifié comment rejoindre la ville de Brylen, dans le nord-est d'Atsami, d'après Maria, la plus-part des navires à destination de Naxo partaient de là-bas, mais le voyage ne sera pas de tout repos, ils leurs fallait remonter deux souterrains puis traverser près de la moitié du pays pour y arriver.

Seregis : Bien, je pense que nous avons tout.
Enalys : Oui, au moins nous n'avons pas trop besoin de nous charger, nous trouverons de la nourriture en chemin, tu as par contre bien fait de prévoir des mixtures contre le mal de mer.
Seregis : Je n'ai jamais eut à les tester, j'espère que c'est efficace… ou que nous n'aurons pas besoin.
Enalys : Nous verrons. Allons nous coucher, nous partons tôt demain.

La cité était encore silencieuse quand ils se levèrent le lendemain matin.
Bien qu'ayant préparé leurs affaires la veille, il vérifièrent rapidement qu'ils n'avaient rien oublié. Afin de ne pas surcharger Enalys, Seregis s'était contenté du strict nécessaire pour leur voyage, quelques vêtements, des réserves de nourriture et d'eau, une couverture, son bâton de mage ainsi que son arc et quelques flèches comme armes et bien entendu son étrange livre qu'ils pourraient sans doute commencer à étudier lors de leur absence d'Atsami.

Ils mangèrent rapidement et partirent, alors qu'ils quittaient la cité, les premiers ouvriers se mettaient au travail pour continuer la réfection de la cité.

Le début de leur voyage si fit dans le silence, la nature souterraine s'éveillait elle aussi, il volèrent ainsi plusieurs heures avant d rejoindre le gigantesque escalier montant vers le premier souterrain, profitant de l'occasion pour faire une première halte pour souffler et manger dans les bois environnent.
Ils continuèrent ainsi jusqu'à la surface, la nuit étant tombée une fois celle-ci atteinte, ils trouvèrent une auberge ou passer la nuit, celle-ci ne payait pas de mine, mais ils n'avaient pas l'intention de s'y attarder.

Ils partirent une fois de plus de bon matin après avoir mangé sur le pouce. Ayant passé une courte nuit, ils ressentaient encore la fatigue de leur trajet de la veille. Seregis somnolait légèrement, Xul était roulé en boule entre ses cuisse et dormait, quand à Enalys, elle prenait plus sont temps que la veille. Ils n'avaient plus de souterrains à remonter, et le pays d'Atsmani n'étant pas si grand, ils arriveraient sans problème à Brylen dans la journée.

Ils continuèrent leur voyage tranquillement, s'arrêtant pour pour manger ou s'assurer de leur route, ils ne parlèrent que peu pendant le trajet, ne sachant vraiment vers quoi ils s'embarquaient.
Ce n'est que vers la fin de la matinée qu'ils arrivèrent à Brylen.
La ville était assez grande par rapport à celles que l'on trouvait en Atsami, après tout, l'activité générée par le commerce maritime devait attirer toute une foule de métier en plus des commerçants.

Seregis : Nous y voici, trouvons un endroit où nous poser.
Enalys : Les rues sont trop étroites par ici, allons voir ailleurs, on trouvera bien.
Ils survolèrent la villes quelques temps, sans trouver un lieu leur permettant de se poser.

Enalys : Impossible de trouver où atterrir, les quelques grandes rue grouillent de monde !
Seregis : Allons voir directement au port, c'est notre destination après tout.
Après quelques instant de vol, ils se trouvaient au dessus de la zone portuaire.

Enalys : Impossible là non plus, pas assez de place.
Seregis: Voyons le bon coté des choses, avec toute cette activité nous sommes arrivé au bon moment, nous trouverons bien un navire en partance pour Naxo.

Enalys : Espéront.
Puis, il entendirent quelqu'un appeler du sol.

??? : Hé là-haut ! Hohé, du dragon !

Ils baissèrent la tête et remarquèrent qu'une personne les appelait.

??? : Si vous chercher à vous poser je vous conseil d'aller à la place prévue à cet effet, au sud de la ville. Vous ne pourrez pas la manquer, d'autres dragons doivent s'y trouver.

Ils remercièrent leur interlocuteur et se remirent en chemin, se dirigeant vers le sud. Ils trouvèrent ladite place après quelques minutes et s'y posèrent.

Seregis : Bon, allons demander notre chemin pour rejoindre le port, je pense que nous devrons le faire à pieds.
Enalys : Bah, nous pourrons visiter un peu la ville au moins.

Xul se réveilla a se moment là et suivi le druide parti à la recherche d'aide, ils trouvèrent rapidement une femme occupée à laver un dragon bleu.

Seregis : Bonjour, pardonnez-moi, moi et mon dragon cherchons comment rejoindre le port.
Dragon bleu : Le port ? Oh, le plus simple est de remonter l'avenue Djordge Loukass vers l'est, vous serez tout prêt une fois fait, tenez, cette rue y mène dit-il pointant une rue d'une patte avant.
Seregis : Merci à vous, mais dites-moi, ce n'est pas très habituelle de regrouper tous les dragons en une seule place, c'est la première fois que je vois ça.
Femme : Vous n'êtes pas du coin n'est pas ?
Seregis : Effectivement, c'est la première fois que nous venons ici.
Femme : Il n'y avait pas beaucoup de dragons ou de dragonniers dans la région quand la ville a été fondé, de fait, elle n'a jamais vraiment pensée pour eux, de plus, l'extension rapide de la ville du au commerce a été menée de façon assez chaotique.
Dragon bleu : Tout à fait, certain vieux quartiers sont des dédale de petites ruelles, depuis les Seigneurs du lieu tentent de rattraper tout ça, mais vous pourrez rejoindre le port à pieds sans problème, les rues pour y aller sont bien assez larges pour votre dragon.

Ils suivirent les indications donnés par la femme et son dragon bleu. Chemin faisant, ils remarquèrent que ce qu'on leur avait dit et ce qu'ils avaient vu du ciel était vrai. Les rues de Brylen n'étaient guère larges, assez pour que des dragons se croisent de front pour la plupart, certaines moins, mais effectivement, la configuration de la ville ne permettait pas aux dragonniers de se poser où ils voulaient. En marchant ver le ports, ils durent emprunter une voie bien plus large…

Enalys : Les bâtiments ici sont bien différent des rues que nous avons parcouru jusque là.
Seregis : Oui tout parait plus neuf ici, ce doit être une des grandes artères créée récemment dont on nous a parlé.
Enalys : En tout cas, vu l'animation qu'il règne ici, nous n'aurions pas pus nous y poser.

L'avenue était en effet occupé sur presque toute sa longueur par un marché, des charretiers, cavaliers ou simple piétons allaient et venaient pour emplir les étalages, acheter des biens ou simplement flâner. En parcourant les échoppes du regard, ils remarquèrent des fruits, légumes, animaux et objets qu'ils n'avaient jamais vu.

Enalys : Le commerce semble bien se porter par ici, et tu as vu les bâtiments ? Plutôt chic, non ?
Seregis : Sans doute appartiennent-ils à des marchants qui on fait fortune.
Enalys : Ou a des armateurs, qui sait…

Ils continuèrent leur route vers le port, il ne croisèrent en tout et pour tout qu'un seul dragonnier en chemin, ce n'est qu'une fois arrivé dans la zone portuaire qu'ils en trouvèrent d'autres.

Enalys : Ouf, d'autre dragons, je commençais à me sentir un peu seule.
Seregis : Ce doit être les dragonniers mercenaires louant leurs services aux marins, comme Maria nous l'a indiqué.
Enalys : Tu as vu leur montures ? Je me sens un peu maigrichonne à coté.
Seregis : Oui, elles sont taillé pour le combat, ils doivent avoir de l'expérience…
Enalys :
Seregis : Allez ne t'inquiète pas, je suis sûr que nous trouverons quelqu'un intéressé par nos services.
Enalys : Espérons, je ne sais combien nous pourrons y gagner.
Seregis : Nous verrons bien, bon, j'ai l'impression que les dragons sont tous dans cette zone, sans doute pour éviter de gêner les activités du port.
Enalys : En tant que dragonne je ne me sens vraiment pas la bienvenu dans cette ville…
Seregis : Allons allons, nous n'y faisons qu'un saut, trouvons une place et j'irais ensuite aux renseignements.
Enalys : Je demanderais aux autres dragons s'ils ont des informations.
Seregis : Bonne idée !

Une fois ceci fait, le mage laissa sa dragonne en compagnie de Xul, et parti en recherche de conseils.
Non loin d'où ils s'étaient arrêté, il trouva le bureau des dragonniers, ils n'avaient pas fait attention à ceci-ci lors de leur arrivée.

Seregis (mentalement à Enalys) : Ah, je pense avoir trouvé, comme quoi, il suffiesait d'ouvrir un peu l'œil.
Enalys (mentalement à Seregis) : D'après mon voisin c'est bien ici que nous trouverons des contrats d'escorte.
Seregis (mentalement à Enalys) : Très bien, je vais voir, sans doute l'un d'entre eux nous mènera jusqu'à Naxo.

Le mage pénétra dans le bâtiment, quelques personnes s'y trouvaient, aux murs, des différents contrats et avis étaient à l'intention des dragonniers étaient affichés, il commença à les consulter. Au bout de quelques minutes une voix le sortie de ses recherches.

??? : Pardonnez-moi jeune homme, vous cherchez quelque chose je pense ?

Il se retourna et se trouva face à un vieil homme chauve et légèrement vouté.

Seregis : Oh ! Bonjour, oui je…
Vieil [b]Homme : Je me nomme Olerg, c'est moi qui tien le registre des contrats proposés ici, si vous avez une demande particulière, je pourrais sans doute vous aider.
Seregis : Vraiment ? Merci monsieur Olerg. Oh ! Pardonnez-moi, je me nomme Seregis, et moi et ma dragonne cherhon à nous rendre à Naxo, on nous a dit que…
Olerg : Ah, des aventuriers, je vois, ce n'est pas si fréquent, la plupart des gens ici sont des habitués. Naxo dites-vous ? Allons voir si j'ai un contrat vous permettant d'y aller.

Il suivis le vieil homme dans un bureau, sans doute le sien pensa-t-il, puis, celui-ci consulta différents feuilles, fiches ou registres pendant plusieurs minutes.

Olerg : Je suis désolé jeune homme, mais je n'ai aucun navires cherchant une escorte dragonique passant ou terminant à Naxo, du moins pour l'instant. Je vous conseille de vous adresser à la capitainerie du port, il pourront vous renseigner sur les prochains bateaux y partant.
Seregis : Merci monsieur Olerg.
Olerg : Tant que nous y sommes nous allons faire enregistrer votre dragon, et vous aussi par la même occasion, si vos aptitudes intéressent un capitaine, vous serez averti.
Seregis : Ah… très bien… je comprend.
Olerg : Bien entendu il sera signalé que vous souhaitez vous rendre à Naxo, ça vous évitera de vous voir proposer des contrats vous éloignant de votre but.

Il ouvrit un tiroir du bureau et en sorti des feuilles.

Olerg : Veuillez me remplir ce quelques documents je vous pris, une fois cela fait nous nous chargerons de notre dragon.
L'Arkhodien s'exécuta, une fois les documents remplis, il les remis à Olerg, puis, ils descendirent.

Olerg : Lemra ! Lemra ! Où es-tu ?

Une femme sorti d'une des pièce.

Lemra : Tu m'as demandé papa ?
Olerg : Oui ma fille, nous avons un nouveau, j'ai besoin de toi pour mesurer peser sa monture, je dois terminer certaines choses ici…
Lemra : Très bien.

Il lui donna les documents, puis, les laissa, Lemra les consulta rapidement, puis, ils sortirent.

Lemra : Vous êtes Seregis c'est ça ? C'est étrange pour un mage de faire ce genre de métier.
Seregis : Vous savez, c'est temporaire.
Lemra : Ahah ! Certains disent ça et finissent par y prendre goût !
Seregis : Nous verrons, termina-t-il souriant. Tenez, voici ma dragonne. Ajouta-t-il désignant Enalys
Seregis (mentalement à Enalys) : Tes nouveaux camarades ont été gentils avec toi ?
Enalys (mentalement à Seregis) : Oui, merci, disons qu'ils ne sont pas très causant… Même pas un pour me faire la court, dommage…
Seregis (mentalement à Enalys) : Disons que ce n'est pas vraiement l'endroit et le lieu.
Enalys (mentalement à Seregis) : Pfff…
Seregis (mentalement à Enalys) : La personne qui m'accompagne est Lemra, du bureau des dragonniers, elle doit prendre ta taille et ton poids.
Enalys (mentalement à Seregis) : Mon poids ? Heureusement, pas de risque que j'en ait pris avec le peu que nous avons mangé dernièrement !
Lemra : Je vois… votre dragonne semble être d'une carrure légère… hmmmmm, ajouté au fait que vous êtes mage vous avez tout les deux, c'est un profil plutôt atypique par rapport au autres.
Seregis : Ça peut être gênant ?
Lemra : Un peu, vous risquez de ne trouver que les contrats les moins intéressant, mais en contreparti les plus simple.
Seregis : Je vois…
Lemra : Très bien, pouvez-vous dire à votre dragonne d'aller s'allonger sur la bande graduée jaune se trouvant au milieu de la place ?

Enalys s’exécuta, puis, Lemra compta le nombres de graduations inscrites de par et d'autre de la ligne.

Lemra : Trente… trente et une… et trente et une coudées1 trois quart, environs. Bien, passons à la pesée à présent. ajouta-t-elle après avoir reporté la mesure sur les documents.

Vous voyez la plaque non pavée au fond de la cour ?

Seregis : Oui.
Lemra : C'est une balance à dragon, je pense que vous savez ce qu'il vous reste à faire. dit-elle en souriant.
Seregis : Une balance à dragon ?
Lemra : Oui, le mécanisme se trouve en dessous, bien entendu, ça peu peser autre chose que des dragons, c'est juste adapté à leur taille.

La dragonne blanche se mis sur la plaque, puis, Lemra lue le résultat sur le cadrant se trouvant coté.

Lemra : 2079 livres2. Pour terminer, pouvez-vous me monter la puissance de votre flamme.
Enalys : Bien sûr.

La dragonne cracha un jet de flammes vers le ciel, sous les yeux attentif de la femme.

Lemra : Je vois, bonne portée de flammes, peu de diffusion, feu de température moyenne. Je vous remercie, c'est terminé dit-elle s'adressant à Enalys.

Puis, s'adressant à Seregis :

Lemra : Quel est le type de vol de votre dragonne, je pense qu'avec toutes ses paires d'ailes elle peut voler.
Seregis : Bien entendu ! Elle est agile et rapide, elle peut aussi voler longtemps, bien que plus lentement, sa carrure légère lui permet d'être facilement porté par les vent.
Lemra : Je vois, elle peut s'adapter… je pense par contre qu'il est déconseillé de la faire voler en pleine tempête.
Seregis : Effectivement
Lemra : Ne vous en faite pas, elle n'est pas la seule à être dans ce cas. A-t-elle des pouvoirs spécifiques ?
Seregis : Elle connaît divers sort de soins et peu essouffler une créature en agissant sur son battement cardiaque.
Lemra : Merci, bien, nous avons fini. Bon, je ne vous cache pas que vos profils sont assez originaux pour ce genre de métier, mais la bonne portée de flamme de votre dragonne et son agilité et vos sorts de soins et élémentaires pourrait intéresser des capitaines. Nous vous préviendrons si la cas se présente.
Seregis : Merci, une dernière chose, où se trouve la capitainerie ?
Lemra : Vous voyez le bâtiment rouge là-bas ? C'est juste à côté lui indiqua-t-elle. Ah, et puisque vous me semblez nouveau dans le coin, vous trouverez des gîtes le long du quai, ils ne sont guère luxueux mais vous permettront de manger et dormir pour peu. Pour votre dragonne, elle peu dormir ici avec les autres si elle le souhaite, comme vous l'avez remarqué, les constructions du coin ne sont guère adaptées aux dragons.
Seregis : Très bien, merci à vous dame Lemra.

Puis, son travail terminé, elle parti.

Seregis : Bon, je crois que tu vas devoir dormir à la belle étoile.
Enalys : Ça ne me gène pas, et puis j'ai de la compagnie ici.
Seregis : Je t'apporterais à manger, ne t'inquiète pas.
Enalys : J'y compte bien !
Seregis : Bon, je vais aller voir quand sont prévu les prochains navire pour Naxo…

Sur ces paroles, l'Arkhodien parti vers la direction que lui avait indiqué Lemra, puis, une fois trouvé, il frappa et entra. La capitainerie était constitué d'une seule pièce, assez petite, occupé par un bureau derrière lequel était assis une personne.

Seregis : Heu, bonjour.
Employé de la capitainerie :  : Bonjour, je peux vous aider.
Seregis : Oui, je on m'a dit que je pourrais avoir des informations sûr les départs des navires ici.
Employé de la capitainerie :  : Tout à fait, lequel cherchez-vous en particulier.
Seregis : Oui, je cherche ceux à destination du royaume de Naxo, ou s'y arrêtant.
Employé de la capitainerie :  : Naxo dites-vous, laisser-moi regarder ça.

L'homme chercha dans divers documents, aussi bien sur ou dans son bureau et dans divers armoires, puis, après quelques minutes.

Employé de la capitainerie :  : Ah voilà ! Le prochain pour Naxo est un convois de deux navires "La mouette" et "L’alouette" affrétés par le seigneur Grenio, un marchant. Ils partent dans trois jours au matin.
Seregis : Merci
Employé de la capitainerie :  : Par contre je ne sais pas s'ils acceptent des passagers supplémentaires.
Seregis : Vous savez, je suis plus là pour proposer un service d'escorte avec mon dragon.
Employé de la capitainerie :  : Ah, vous êtes dragonnier… je ne sais pas s'ils cherchent une escorte cependant.
Seregis : Je n'ai rien vu de ce genre à la maison des dragonniers, je dois vous l'avouer.
Employé de la capitainerie :  : Bah, ne vous en faite pas, à ce que je sais certains contrats se négocient le jour même, et d'autres ne passent pas par là pour conclure un accort.
Seregis : Je vois, merci à vous pour les informations.

Le druide le remercia et parti, puis, une fois revenu aux cotés d'Enalys.

Enalys : Alors ?
Seregis : Deux navires partent pour Naxo dans trois jours, rien avant, nous allons devoir passer quelques jours ici.
Enalys : Très bien, on aura un peu de temps pour visiter au moins.
Seregis : Oui, bien qu'il vaudrait mieux ne pas trop s'éloigner du port pour ne pas rater un éventuel contrat.
Enalys : Zut !
Seregis : Allons, nous trouverons bien un peu de temps… En attendant, je vais aller reserver une chambre dans une auberge, j'en ai vu plusieurs non loin.

Seregis n'u pas a aller loin, plusieurs petites auberges jouxtaient la maison des dragonniers, celles-ci étaient modestes et logeaient les marins et travailleurs de passages. Ce n'est cependant qu'a la troisième qu'il en trouva une avec une chambre de libre, avec l'activité qui régnait ici, les places ne devaient pas être vacantes très longtemps.
Certes, le confort y était plus rustique que ce a quoi lui et Enalys s'étaient habitués depuis qu'ils occupaient des rangs assez élevé dans des guildes, mais au moins, le l'hébergement et le repas étaient modiques, et puis ça lui rappelait ses débuts en Atsami, quand lui et Enalys allaient de villes en villes pour proposer leurs services de médecins.

La nuit commençait à tomber après qu'il eut récupéré les clefs de sa chambre et déchargé Enalys des quelques affaires qu'ils avaient emporté avec eux. Ils décidèrent alors d'aller visiter quelque peu la ville, le départ n'était pas immédiat, ils avaient encore deux jours complets devant eux, c'était donc le moment idéal.
Ils n'allèrent pas très loin et se contentèrent des rues principales pour éviter de se perdre dans cette ville qu'ils ne connaissaient pas. Les avenues et rues qu'ils parcoururent étaient calme, bien loin de l'ambiance animée qu'il y régnait au moment de leur arrivé, les marchants avaient pliés bagages, ne laissant que des échoppes vides sur la place du marché, et apparemment, le riches voisinage ne semblaient guère aimer les ballades tardives, mais ils n'étaient pas étonné, tout le monde sait que les riches aiment la discrétion.
Une fois revenu au port pour passer la nuit, ils décidèrent d'y retourner le lendemain matin, il y auraient sans doute bien plus à voir.

Rentré à l'auberge, on ne lui proposa pour seul repas qu'une soupe de poisson, ce n'était pas le grand luxe, mais vu l'heure tardive et la clientèle de l'auberge, il ne pouvait pas vraiment espérer mieux, et puis après tout, c'était bien assez pour le soir. Mangeant à une table seul, il tendit l'oreille au cas où il pourrait apprendre quelque chose des quelques clients encore présents, mais rien d'intéressant, aussi, une fois son repas avalé, il souhaita bonne nuit à Enalys, qui dormait avec les autres dragons, et alla se coucher.

Leur seconde visite de la ville le lendemain, fut différente. Comme lors de leur arrivée, les rues étaient animées de passants et de commerçants, certains y faisant leur leur marché, d'autres se promenant. Mais contrairement à la veille, ils avaient désormais un peu de temps afin d'en apprendre plus sur la vie à Brylen ou de goûter quelques spécialités locales.
Une fois rentrés au ports, ils passèrent à la maison des dragonniers pour aller aux nouvelles, Olerg interpella le mage dès que celui-ci y fut rentré.

Olerg : Ah ! Seregis… c'est bien ça ? Je vous cherchais, j'ai des nouvelles qui pourraient vous intéresser.
Seregis : Bonjour Olerg, qu'y-t-il ?
Olerg : J'ai apprit que deux navires partaient pour Naxo après demain matin. Ils ont été mis à quai dans la matinée et sont en cour de préparation, de plus, le Seigneur marchant Grenio les affrétant doit passer dans l'après midi inspecter une cargaison que ces mêmes navires doivent embarquer, vous pourrez directement voir avec lui s'il a besoin de vos services.
Seregis : Vraiment ? Merci pour le tuyau Olerg ! Savez-vous où se trouve la cargaison de Grenio ?
Olerg : Oui, oui… c'est l'entrepôt 7A, dites juste au magasinier de l'entrepôt que vous cherchez à parler au Seigneur Grenio, il vous indiquera quand il passera.
Seregis : Merci ! Merci beaucoup !
Olerg : Je savais bien que ça vous intéresserait jeune homme, ah, une dernière chose, vous ne pouvez demander des honoraires trop élevés vu la puissance de votre dragon et votre manque d'expérience, je pense que 2 Atimi3 d'argent par jour sera un prix tout à fait honnête.

L'Arkhodien remercia encore le vieil homme et sorti, il annonça la nouvelle à sa dragonne et ils se mirent en route, l'occasion était trop belle pour être manquée !

Il trouvèrent l'entrepôt que Olerg leurs avait indiqué après quelques minutes de marche, ils remarquèrent que celui-ci état gardé par deux personnes en arme, sans doute des hommes du seigneur Grenio, ou peut-être le port avait-il sa propre garde. Après s'être renseigné auprès d'eux, on leur indique que le marchant ne serait pas là avant quelques heures, ils n'avaient plus qu'a prendre leur mal en patience.
L'un des deux garde leur signala l'arrivée du seigneur-marchand, le mage et la dragonne le remarquèrent vite aux riches habits qu'il portait. Grenio était un homme dans la force de l'âge, avec un léger embonpoint, signe qu'il vivait sans peur du lendemain. Il était accompagné d'un homme et d'une femme, sans doute des associés pensa Seregis.
Ils allèrent à la rencontre du marchant alors que celui-ci venait dans leurs direction et le saluèrent.

Seregis : Bonjour, pordonnez-moi, seriez-vous le Seigneur-Marchand Grenio ?
Homme : Bonjour dragonnier, je suis bien Grenio, vous-êtes ?
Seregis : Je me nomme Seregis, et voici ma dragonne Enalys. Seigneur, j'ai entendu dire que deux de vos navires partaient pour le royaume de Naxo prochainement, nous cherchons également à nous y rendre et nous souhaitions savoir si vous cherchez un dragon d'escorte.
Grenio : Je vois, mais je suis désolé de vous apprendre que je dispose déjà de mon dragonnier et de mes capitaines attitrés, qui ont toute ma confiance, voyez-vous ?
Seregis : Je vois… je vois… Il remarqua un sourire sur le visage des deux personnes accompagnant Grenio.
Grenio : Allons, pas besoin de faire cette tête, je ne suis pas le seul à commercer avec Naxo, je suis sûr que vous trouverez un autre contrat pour y aller.
Seregis : Heu… oui, bien sûr, merci Seigneur.

Ils les remercièrent, puis partirent, non sans être déçu.

Enalys : Cela ne m'étonne guère qu'il dispose de son dragonnier privé pour escorter ses navires. Si ceux-ci font régulièrement la rotation entre Atsami et Naxo, il sait qu'il peut compter sur une personne qui connaît parfaitement les danger du voyage.
Seregis : Oui, c'était trop beau…
Enalys : Nous n'avons plus qu'a nous renseigner sur les prochains départs.

Après être à nouveau passé à la capitainerie, l'Arkhodien apprit que le prochain navire pour Naxo partait dans dix jours, quand il en informa sa dragonne, elle fut légèrement irritée.

Enalys : C'est un peu fâcheux, mais nous n'avons pas vraiment le choix.
Seregis : Oui, bien que nous avons assez de réserves d'argent pour tenir sans problèmes. Oh, C'est rageant tout de même, si seulement nous pouvions prendre la place de ce dragonnier…
Enalys : Toi tu… As non ! Non on ne l'empoisonne pas !

Grâce à leur liaison mentale, Enalys avait vite comprit ce que son dragonnier avait derrière la tête.

Seregis : Rhooo, c'est bon… Une diarrhée c'est pas la mort !
Enalys : Oui, mais quand même… Et puis on ne sais même pas qui c'est !
Seregis : Nous avons jusqu’à demain pour le savoir, et préparer ce qu'il nous faut.
Enalys : Groumph, tu es impossible ! Sache que je n'approuve pas… bien que ça puisse être amusant…

Ils quittèrent précipitamment le port puis la ville et se posèrent dans l'un des bois non loin, l'expérience de Seregis dans l'herboristerie lui permit de créer assez rapidement une mixture assez efficace pour envoyer quelqu'un trôner quelques jours sont pour autant mettre sa vie en danger. Puis, après l'avoir réduit en poudre, ils retournèrent à Brylen et furent au ports alors que la soirée commençait.
Leurs recherches afin de découvrir qui était le dragonnier de Grenio furent cependant infructueuses, même Olerg n'en savait rien, bien qu'il en ait entendu parlé quelque peu. La chose n'était pas étonnante, si ce dragonnier avait un employeur régulier, il n'avait que faire à aller chercher des contrats à droite et à gauche. Ils s'abstenir d'aller demander aux gardes de l'entrepôt, s'ils étaient des hommes de main de Grenio, cela aurait éveillé leurs soupçons.

Alors la nuit était tombé et que Seregis se trouvait à l'auberge à discuter avec d'autres personnes, Enalys le prévint qu'un dragonnier et sa monture étaient arrivé et que l'humain se dirigeait vers l'auberge.
Quelques minutes après, il vit un homme armé pénétrer l'auberge, il ne portait pas une armure contrairement aux gardes, seule une épée courte était attachée à sa ceinture. Tout en continuant à discuter avec les autres, le mage suivit le nouvel arrivant au son, alors qu'il discutait quelque peu avec l'aubergiste après avoir demandé un repas, il remarqua que le ton entre les deux hommes était étrangement familier, comme s'ils se connaissaient bien, puis, il entendit lors de leur dialogue le nom de Naxo, c'était bien la personne qu'il cherchait ! Puis, il entendit l'individu monter à l'étage, sans doute dans la chambre qui avait été réservé pour lui.

Il s'excusa auprès de ses interlocuteurs et le leva, voyant l'aubergiste amener une assiette de soupe et du pain à une table vide, il en profita pour en demander une pour lui, n'ayant pas encore dîné. L'homme était à l'étage, l'aubergiste avait le dos tourné et les autres étaient occupés à discuter, c'était le moment idéal pour agir !
Il ouvrit le petit sachet où il avait mis la poudre diarrhéique préparée dans l'après midi et la versa rapidement dans la soupe, puis, attendit le retour de l'aubergiste, une fois celui-ci revenu, il se remit à table avec les autres, alors que l'homme redescendait.
Une fois sa soupe avalée, il souhaita bonne nuit à ses camarades de table et à Enalys et alla se coucher.

Après une trop courte nuit, ce fut Enalys qui le tira mentalement de son sommeil.

Enalys (mentalement à Seregis) : Seregis , vite ! Réveilles-toi !
Seregis (mentalement à Enalys) : Hum ? Keskiya ?
Enalys (mentalement à Seregis) : Ton plan semble avoir fonctionné, le dragon qui est arrivé hier soir s'est éveillé et semble très inquiet… Je pense qu'il est arrivé quelque chose à son maître.
Seregis (mentalement à Enalys) : Oh, tu penses ?
Enalys (mentalement à Seregis) : Ne traîne pas ! Il faudra être là quand ils chercherons un remplaçant.

Il sortie de son lit et se prépara, quelques minutes après, il était dehors. Le jour n'était pas encore levé, mais Enalys avait raison, il ne valait mieux pas traîner.
Alors qu'il attendait prêt de l'auberge depuis plusieurs dizaines de minutes, il vit deux personnes, un homme et une femme y entrer. Elles ressortirent plusieurs minutes plus tard, visiblement fort contrariées.
Et, alors qu'ils étaient au milieu d'une discussion animé.

Seregis : Pardonnez-moi, je m'occupe sans doute de ce qui ne me regarde pas, mais puis-je vous aider ?
Homme : Hum ? Je ne pense pas que vous puissiez nous aider, à moins que vous ne soyez dragonnier, ou médecin !
Seregis : Et bien, j'ai la chance d'être dragonnier, oui.
Femme : Oh ! Mais, je vous reconnais ! Vous êtes le dragonnier cherchant à aller à Naxo.
Homme : Mais oui, c'est lui ! Vous cherchez toujours à vous rendre à Naxo ?
Seregis : Oh ! Vous êtes les deux personnes qui étaient avec le Seigneur Grenio ?
Homme : Oui, c'est nous, et pour votre voyage ?
Seregis : Ben sûrque je cherches toujours à m'y rendre, pourquoi ?
Femme : Notre dragonnier est… indisposé disons, et ne pourra pas être du voyage.
Homme : Nous aurions dû partir il y a près d'une heure, si nous attendons encre nous allons rater la marée, vous vous sentez capable de le remplacer.
Seregis : Vous savez, je n'est pas grande expérience.
Femme : Qu'importe, vous vous formerez sur le tas !
Seregis : C'est d'accord, je demande un honoraire de 2 Atimis d'argent par jours pour mes services.
Homme : Hum, c'est entendu, allez vite chercher votre dragon et rejoignez-nous devant l'entrepôt 7A.

Le mage e perdit pas de temps et alla déposer les clefs de sa chambre et ce qu'il devait à l'auberge puis alla chercher Enalys, ensuite, ils se rendirent au pas de course devant l'entrepôt 7A où ils retrouvèrent l'homme et la femme.[/i]

Homme : Ah ! Vous voilà, je suis Pierrick, capitaine de La Mouette, et la femme qui était avec moi est Anaïs, capitaine de L'Alouette.
Seregis : Très bien, je suis Seregis, et ma dragonne se nomme Enalys.
Pierrick : Bien, les présentations étant faites, montez à bord, votre dragonne peut prendre place sur la plate-forme arrière de la Mouette. Vite, nous n'avons plus de temps à perdre !

Il montèrent à bord de « La Mouette » alors que les amarres étaient larguées. Quelques minutes plus tard, il regardaient le quai s'éloigner d'eux.

Enalys : Nous voilà parti… bon, je dois avouer que je ne suis pas très fière du tour que nous avons joué.
Seregis : Moi non plus, mais il faut parfois savoir forcer le destin.
Dragon faucheuse
 Le 17/01/2016 à 17:39:40 
plop!
 Pages : [01]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 4 messages visibles sur 186953 dans le topic Le parchemin des étoiles.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés