« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
Missysvenja : Coucou ! Petit bug de lien, on peut plus revenir au jeu à partir du tchate :o
Ajt : yes ça fait un bail ça d'ailleurs
Vyrgil : Salut Ajt je vois que tu te connecte quasiment tous les jours tout comme moi
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> La Taverne >> [RP] L'Etoile de Masrik

 Pages : [01]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon brume
 Le 11/06/2007 à 17:00:24 
PROLOGUE

Izlanzadi marchait seule sur la plaine, sans but. C'était une jeune fille de 17 ans. Ses cheveux était long jusqu'a la ceinture d'une étrange couleur bleue. Sa jupe et son corsage noirs était dechirés par une longue marche.Des blessures marquaient ses mollets et ses bras, ainsi que son visage. Ses pieds étaient nus et foulaient l'herbe sêche de la plaine. Elle se souvenait... Enfin, sa mémoire revenait! Elle savait qui elle était, d'où elle venait... Pourquoi elle était dans cet endroit! Le brouillard qui envelopait son cervaeu s'était enfin dissipé! Les ténèbres s'en allaient! Une lueur brilla dans ses yeux. Elle continua de marcher, de la determination dans le regard.


NAISSANCE ET ENFANCE

Guelenn tournait en rond dans sa forge. Et si l'accouchement se passait mal? Et si l'enfant était difforme ou ... Son patron, agacé de le voir faire les cent pas, lui demanda de rentrer chez lui et de se ronger les sangs ailleurs. Le jeune homme de 25 ans secoua sa crinière brune nattée. Il courut jusqu'a chez lui ou une vieille femme, la poissonnière, lui dit de rester en dehors de la hutte. Il s'assit donc sur un banc, se releva, se rassit. Il ne tenait pas en place. Après de longs moments d'attente, une jeune fille, la fille du boucher, sortit lui annoncer la naissance de son enfant:

" Guelenn, t'as femme est sortie des douleurs de l'enfantement. Une fille t'est née. Mais je ne peux te cacher que Thara est très faible. Maintenant, rentre. Cela fera peut-être du bien a ta femme de te voir quelques instants."

Le forgeron obéit et rentra dans la hutte de bois. Sa femme était allongée dans son lit et de la sueur perlait de son front. Elle lui dit:

" Guelenn,mon mari, je vais bientôt rejoindre Dun'Lez. Prend ta fille, et reconnais-la, puis apporte-la moi."

Le jeune forgeron s'approcha du grossier berceau et prit son enfant dans ses bras, sans ecarter la couverture qui cachait son visage, chose interdite dans ce village avant le Serment de Reconnaisance. Il prononça à voix haute les quelques phrases qui faisait du bébé sa fille et porta doucement le petit paquet de couverture à sa femme. Celle-ci prit sa fille dans ses bras et lui déposa un baiser sur le front. Puis elle reposa sa tête sur ses oreillers et Zaï, le passeur des morts l'emporta vers Dun'Lez, le gardien des âmes.
Guelenn poussa un cri de souffrance et s'agenouilla devant le corps sans vie de la femme qu'il aimait. Il prit l'enfant dans ses bras musculeux, passa autour du cou de Thara une amulette et déposa sur sa poitrine un brin de mezö, l'herbe de bénediction qui lui permettrait d'accéder au Jardin des âmes. Il confia son bébé à Kestral, la fille du boucher et porta le corps de sa femme jusque sur la colline, et le déposa sur le domen sacré. Il déposa une rose rouge entre les mains de sa bien-aimée. A ce moment, l'ensemble du village se regroupa autour du dolmen. Le mage du village monta près du forgeron et recita la prière des morts. Puis il mis le feu au bûcher et Guelenn regarda l'âme de sa femme s'envoler dans les airs.
Il resta longtemps agenouillé sur le dolmen balayé par les vents qui emportaiet les cendres du bûcher. Ce fût l'arrivée de Kestral qui le sortit de sa prostration.La jeune fille de 19 ans apportait son enfant.

" Guelenn, je te présente mes plus sincères condoléances. La disparition de Thara est une immense perte pour nous. Voilà ta fille. J'espère que tu la couvrira de tout ton amour, et qu'elle deviendra un modèle de beauté et de gentillesse, tout comme l'auras été sa mère. Maintenant, regarde-là."

Le jeune père s'éxécuta et écarta le tissus qui recouvrait sa fille. L'enfant dormait profondement. Elle était toute menue. Soudain, le forgeron remarqua une tache dans sa nuque. Elle représentait l'étoile de Masrik, qui était le signe d'un grand destin.

" Pourquoi l'étoile est-elle apparue sur ma fille? Que va-t-elle accomplir? Je dois lui donner un nom..." pensa-t-il en souriant.

" Je te nomme Izlanzadi, et j'espère que pour mon amour, tu sauras remplacer ta mère..." murmura-t-il.

Izlanzadi le regardait en souriant dans son sommeil.


ENFANCE ET ADOLESCENCE

Quelques années plus tard, Izlanzadi était devenue une jolie petite fille de 5 ans. Elle courait dans tout le village, s'amusant de n'importe quoi. Elle pouvait passer des heures a rêver allongée dans l'herbe. Son père ne s'était pas remarié et était très fier de voir la petite fille pleine d'entrain qu'elle était devenue. Mais la présence de l'étoile de Masrik le perturbait toujours. Il lui arrivait de penser avec inquiétude au destin de sa fille. Mais rien ne venait perturber leur ciel ensoleillé, aussi, Guelenn finit par ne plus s'en soucier.
Sa fille grandissait et s'embellisait à vue d'oeil. Elle avait maintenant 10 ans et ressemblait de plus en plus à sa défunte mère. Elle était gracieuse et Kestral, qui lui apprenait a danser, la regardait s'épanouir avec joie. Elle s'était liée d'une profonde amitié avec cette filette. Izlanzadi venait la voir pendant ses moments de tristesse et la jeune femme qui avait maintenant 29 ans la consolait et chassait ses peines.
Aujourd'hui, Izlanzadi avait 16 ans. C'était une journée de fête dans la vie d'un membres de la tribu! La jeune fille était devenue très jolie. Elle avait des cheveux bleus qui lui arrivaient a la taille et des yeux d'un gris étincelant. Ce jour-là, Kestral l'aida a se préparer. Elle lui avait confectionné une robe blanche et légère, maintenue par un lien de cuir bleu. A ses poignets et à ses chevilles brillaient des grelots d'argent qui tintaient au moindre de ses mouvement. Ses cheveux étaient retenues par une bande de tissu de la même couleur que sa robe. Lorsqu'elle parut sur la place du village, tout les regards se tournèrent vers elle. Elle se mit a danser pieds nus au son d'une flûte. Les clochettes qu'elles portait cadençaient la musique d'un rythme joyeux. A la fin de sa prestation, elle s'inclina et s'eclipsa chez elle. Le soir venu, après la fête, Guelenn vint trouver sa fille. Il lui dit:

" Ma chérie, tu as maintenant 16 ans et est en âge de te marier... J'ai reçu beaucoup de demande a ton sujet. Le fils des Milth, ainsi que celui des Erth, me demandent ta main. Tyn et Ashar Such me demandent de te marier a leur fils aîné, Johan. Et Pia Nach me demande de te laisser épouser son cher fils, Maslo.
- Miko Milth? Mais il m'a toujours méprisé! Bek Erth est beaucoup trop brutal! Maslo Nash...Il est laid a faire peur... Mais je n'ai pas envie de me marier!
- Je le sais, mais il faudra y penser! Je vois que les fils Milth, Erth et Nach, ne t'interesse pas... Mais Johan Such?
- Papa! Johan est mon meilleur ami! Je ne peux pas me marier avec lui!
- Je vais donc aller porter tes refus aux familles evincées! Choisis bien ton mari, ma chérie.
- Ce n'est pas encore pour maintenant!


LA FUITE


Cette nuit-là, le village fût attaqué. Mais les assaillants ne semblaient en avoir qu'au forgeron et a sa fille! Il capturèrent Guelenn et Kestral, car ils savaient qu'elle avait des liens avec la famille. Mais Izlanzadi était partie voir sa mère sur la colline pour lui parler, comme elle le faisait presque tout les soirs. Elle entendit au loin des cris et des bruits de combat au loin, vers le village. Elle allait courir au bas de la colline lorsque Johan accourut vers elle.

" Johan! Que se passe-t-il? Au nom des dieux, réponds-moi!
- On as attaqué le village... Ils ont capturés ton père et Kestral! Mais c'est toi qu'ils veulent!
- Papa! Laisse-moi y aller! Je dois le sauver! Papa!
- Non! Reste-là! Ton père ne risque rien! Ils ne le tueront pas! Mais toi, si! Ils veulent ta mort, Izi!
- Et moi je veux la leur! Qu'ils me tuent! Je ne peux pas laisser Papa et Kess entre leur mains!
- Ils les traiteront bien! Tant que tu es en vie, ils ne risquent rien!
- Tu es sûr?
- Certain, ils l'ont dit! Ils espèrent qu'avec des otages, tu viendra a eux!
- Ils ont raison. Aide-moi a fuir, Johan!
- Je ne peux pas t'abandonner entre leur mains!
- Il le faudra bien, il peuvent te tuer!"

Izlanzadi reparit vers sa maison en courant , rabattant son capuchon sur son visage. Son père avait déja été emmené. Elle courut dans sa chambre pour rassembler ses affaires. Elle fourra sa flûte, quelques provisions et le medaillon de sa mère dans une besace. Puis elle souleva le matelas de son père et en tira une bourse qu'elle attacha autour de son cou. Puis elle retira la belle robe et revetit une tunique longue verte et prit sa cape d'hiver. Elle retira ses grelots et attrapa son arc et son carquois. Elle chaussa ses bottes et mit son poignard a l'intérieur d'une d'entre elle. Elle sortit en courant, et a la sortie du village, elle tomba sur Johan.

" Johan, c'est une affaire de famille! Je t'aime beaucoup, mais je n'ai pas envie de te perdre!
- Je viens avec toi, que cela te plaise ou non!"

La jeune fille se résigna et accepta. Puis ils s'enfoncèrent dans la sombre forêt.


LA ROUTE DE LYNEK

Les deux jeunes gens marchaient côte à côte, sans échanger une seule paroles. Ils avançaient toujours plus profondément entre les arbres sombres et décharnés. La nuit était noire, aussi décidèrent-ils de s'arrêter. Les adolescents allumèrent un feu, qui éclaira de maigres lueurs la clairière dans laquelle ils étaient assi. Ils ne mangèrent pas, voulant garder des provisions. De toute façons, ça ne serait sûrement pas la première, ni la dernière fois qu'ils se passeraient de repas. Izlanzadi rabattit sur elle les larges pans de son épaisse et chaude cape. Elle se tourna vers Johan:

" Jo, pourquoi risque-tu ta vie en me suivant?
- Parce que la vie sans toi ne vaut rien. Je t'aime, Izi, plus fort que tout. Je veux être là pour combattre a tes côtés, même si tu te débrouillerais très bien sans moi.
- Johan...
- Et si je meurt en te défendant, je rejoindrais Dun'Lez le sourire aux lêvres, car je t'aurais prouver mon amour.
- Johan... Je...Je suis désolée.
- N'en fait rien. Je sais parfaitement que mes sentiments pour toi ne sont pas réciproques. Dors, maintenant, je ferais le guet.
- Johan... Merci."

Izlanzadi se coucha près du feu, frissonant malgré la chaleur cuisante des flammes. Elle dissimula son visage sous son capuchon et pensa:

" Je ne peux t'aimer, Johan... Pas maintenant. Crois-moi, je le feais mais je sens que ce n'est pas mon destin. Ne m'en veux pas."

Et elle laissa libre cours à ses larmes de détresses et d'angoisse. Le lendemain, son ami la secoua légèrement et lui dit:

" Allez, debout, Izi! On as un bois a traverser, nous!"

Ils marchèrent rapidement, ne s'arretant que pour boire lorsqu'ils entendaient un cours d'eau. Ils franchirent la forêt en l'espace d'une demi-journée et arrivèrent en debut d'après-midi sur une route qui, comme l'indiquait un pannaeu, menait à Lynek. C'était dans cette ville où, d'après Johan, ils avaient emmenés Guelenn et Kestral. Izlanzadi et Johan se dirigèrent vers une batîsse basse en pierres, où ils pourraient sûrement acheter des montures.
Le tavernier possédait en effet quelques bêtes et les leurs échangea contre la danse du loup, une danse très compliquée et rare, qui attirerait sans aucun doute les clients. Deux heurs plus tard, les adolescents montèrent sur leurs chevaux, un cheval rouan nommé Gaher pour Johan, et une jument noire rebaptisée Apocaplypta pour Izlanzadi. Puis ils prirent la direction du soleil levant, se rapprochant inexorablement vers la ville, et vers le dangers. Ils en avaient pour trois jours de cheval.



LA VILLE AUX MILLES DANGERS

Johan et Izlanzadi arrivèrnt en vue de Lynek a l'aube du 3ème jour. Ils décidèrent de s'arreter au sommet d'une colline, d'où on pouvait apercevoir les tours de la cité. Ils allumèrent un petit feu et mangèrent un frugal repas composé de baies qu'ils venaient de ramasser. Puis Johan prit la parole:

"Il faurait peut-être inventer une histoire pour jeustifier notre présence! Deux adolescents, seuls... On ne peut pas arriver dans la ville en annonçant que tu veux faire évader ton père!
-Tu as raison, Jo. Euh... Nous pourrions être des marchands...Frère et soeur. Je me nommerais Anga et toi...Eriu.
-D'accord pour les prénoms, mais nous ferions mieux d'être des ménestrels...Nous n'avons aucune marchandises!
-C'est vrai. Il faut y aller, a présent."

La jeune fille remit sa cape et son capuchon, en prenant bien soin de masquer l'Etoile de Masrik avec un peu d'argile. Ils remontèrent sur leurs chevaux et Izlanzadi, assise sur Apocalypta, écarta les bras et s'écria:

"J'arrive, ville aux milles dangers! Je n'ai pas peur de toi et je vaincrai tous tes pièges!"

Puis tout deux dévalèrent la pente au galop. Arrivé aux portes de la ville, ils racontèrent leur hisoire aux gardes qui les laissèrent passer sans se méfier. Déambulant dans le dédale des rues, ils finirent par trouver la prison et, comble de bonheur, dénichèrent une auberge juste en face. Il n'y avait plus qu'une chambre aussi ils se résolurent à la partager. Et commencèrent a échafauder un plan. Izlanzadi devrait arriver a la tombée de la nuit avec un faux mandat et quelques pièces d'or. Si les gardes refusaient de la laisser entrer, elle devrait utiliser son poignard. Johan la suivrai jusqu'a la geole de Guelenn et Kestral. Il les libereraient puis devraient tous s'enfuir le plus rapidement possible. Restait a découvrir l'endroit où était retenus prisonniers les otages. Dans le pire des cas, il parcoureraient la prison de long en large. Ces délibérations leurs prirent la matinée. Après le repas e midi, ils décidèrent de jouer leurs rôle de menestrels et se dirigèrent vers la place principale.


UNE INVITATION POUR LA PRISON

Izlanzadi avait enlevé sa tunique pour revetir une jupe longue de couleur verte et un corsage lacé de la même teinte. Elle venait d'acheter ces vetement avec l'argent qu'elle avait emporté (10 pièces d'argent) et qui constituait une somme convenable. La moitié de son pécule était parti dans la location de la chambre et dans l'achat des habits. Pour agrémenter sa tenue, elle attacha des grelots à ses chevilles et à ses poignets, sans oublier de fixer la gaine contenant son poignard à sa cuisse. Une fois arrivé sur la place, la jeune fille agita son tambourin et son ami cria:

"Oyez, bonnes gens! Nous sommes venus de Faldruid pour votre plaisir! Laissez-nous vous amuser par nos danses et nos chants!"

Ces paroles attirèrent une petite troupe de curieux. Izlanzadi se déchaussa et Johan sortit sa flûte et se mit a jouer. La jeune fille dansa, ses pieds nus touchant a peine la poussière du sol. Elle enchaînait des figures de plus en plus compliquée, sur un rythme de plus en plus entraînant. A la fin du morceau, un tonnerre d'aplaudissement eclata et les pièces tombèrent en pluie dans le chapeau qui servait a recevoir les dons des spectateurs. Elle salua et empoigna la flûte de Johan, qui se mit a chanter un air de leur village. Cette chanson recueilli à son tour un vif enthousiasme. Les deux adolescents continuèrent leurs numéros et rentrèrent a l'auberge en fin d'après-midi.

" Alors, on a combien?
- Euh...42 pieces de bronze et une d'argent
- C'est surtout grâce a ta danse, Izi!! Elle a recueillie a elle seule la moitié de notre gain!!
- N'exagère pas. Tu as très bien chanté!"

La jeune fille sortit un carnet et entreprit de consigner par ecrit leur journée. Johan regarda les allées et venues des gardiens de la prison en prenant des notes. Soudain, on frappa à la porte. Une serveuse de l'auberge vint leur annoncer qu'on homme désirait leur parler. Les deux jeunes gens convièrent celui-ci a rentrer et il leur dit:

"Anga et Eriu de Faldruid? Mon maître aimerais que vous le divertissiez, ce soir.
-Et qui est ton maître, brave homme?
- Mademoiselle, mon maître est le gouverneur de la prison. Il vous offre le gite et le couvert en echange d'amusement.
- Eh bien dis a ton maître que nous serons devant cette auberge dans une heure."

Une fois le messager parti et la porte refermée, Izlanzadi se tourna vers Johan en souriant et murmura:

"Et une entrée pour la prison, une!"


MAUVAISE RETROUVAILLES

Ils suivirent le messager qui les mena devant chez le gouverneur. Celui-ci leur fit servir un repas gargantuesque et les pria de le divertir. Ils s'exécutèrent puis, une fois le repas terminé, montèrent nous coucher. Ils avaient deux chambres séparées. Sans mettre Johan au courant, Izlanzadi décida dès ce soir d'aller dans la prison, libérer son père et Kestral. Une fois la maisonnée endormie, elle s'évada par la fenêtre et sauta au sol avec la souplesse d'un chat. La prison se trouvait juste à côté de la maison. Elle entra par la fenêtre et s'approcha silencieusement des gardes. Elle les neutralisa en les assommant d'un coup de pieds derrière la nuque. Ils s'effondrèrent et elle les bâillonnait tous. Puis elle se mit à la recherche de son père. La jeune fille le trouva dans une cellule sombre et humide, au sous-sol. Il lui tournait le dos. Elle ouvrit la porte et s'approcha. Soudain, il se jeta sur elle, ses yeux brillants d'un éclat maléfique inhabituel. Guelenn, son propre père, allai l'étrangler ! Elle s'immisça dans son esprit et vis qu'une mauvaise âme avait envahi la sienne. Il ne la reconnaîtrait jamais plus et allait la tuer. Izlanzadi n'avait pas d'autre choix que de tuer son père. Les larmes aux yeux, elle brandit son couteau et lui enfonça dans le coeur. L'effet fut immédiat. L'homme relâcha sa pression et s'écroula, sans vie, au sol. Mais la jeune fille sentit bientôt une autre présence dans la pièce. Le démon qui habitait son père s'était libéré et cherchait un nouveau corps d'emprunt ! Sans qu'elle ait eu le temps de faire quoi que ce soit, le démon pénétra dans son âme et s'y ancra profondément. La conscience de la jeune fille fut noyée sous les mauvaises influences du mauvais esprit. C'est lui qui guidait à présent ses gestes. Elle s'enfuit de la prison et s'introduit silencieusement dans la chambre de Johan, qui dormait à poing fermé. L'esprit l'obligea à le poignarder, Izlanzadi tenta de s'en empêcher mais peine perdue. Le couteau s'enfonça entre les côtes du jeune garçon. Puis la jeune fille, guidé par le démon, rassembla ses affaires et s'enfuit sur sa jument.Elle parvint a retrouver sa conscience et prenant conscience des ses derniers actes, décida de mettre fin a sa vie. Elle approcha un couteau de sa gorge, les larmes dévalant son beau visage. Elle sentait la pointe de la lame trancher l'épiderme lorsqu'une force arreta son élan.



RENCONTRE

Une force puissante stoppait son élan. Izlanzadi entendit une voix dans sa tête :

« Pourquoi fais-tu cela, petite humaine ? La mort ne résout rien !
- Qui êtes-vous ? Laissez-moi ! J'ai fait quelque chose d'horrible, je mérite mille fois la mort !
- Personne ne mérite la mort, jeune fille. Quels que soient les actes qu'elle a faits ! Et puis, tu ne mourras pas, car je t'ai adoptée !
- Qui êtes-vous ? Répéta la jeune fille effrayée.
- Je suis Vanyali, et je t'ai choisi.
- Montrez-vous ! Je vous en prie... »

Elle n'entendit plus rien, puis une forme tournoya dans le ciel, en se rapprochant de plus en plus. Izlanzadi regarda la chose planer dans les airs et vit, à son grand ravissement, se poser un dragon ! Il était d'un beau bleu azur et devait, d'après ses proportions, avoir environ trois mois. Il la regarda de ses beaux yeux couleur de mer et la voix retentit à nouveau :

« Bonjour, Izlanzadi. Je suis Vanyali, comme je l'ai déjà dit, et je suis là pour te demander d'accepter d'être mon dragonnier.
- J'accepterai avec joie, mais voudrais-tu d'une double meurtrière pour dragonnier ?
- Oui, je t'ai choisi.
- Je suis possédée par un démon.
- Je peux arranger ça. »

La dragonne lui effleura le front de ses naseaux. Le contact laissa une marque en forme d'étoile sur le front de la jeune fille. Vanyali lui dit que désormais, le démon était en elle, mais ne pourrait pas la contrôler, sauf si elle le réveillait. Izlanzadi, ne pouvant se retenir, sauta au cou de l'imposant animal. Puis elle lui dit avec solennité qu'elle acceptait de devenir son dragonnier. Vanyali l'invita à monter sur son dos, ce qu'elle refusa, ne voulant pas abandonner Apocalypse. Vanyali lui dit donc de se rendre au Pic des Loups Gris et qu'elle l'y attendrait. Au bout d'un fastidieux voyage, la jeune fille parvint au rendez-vous.



APRENTISSAGE

Une fois arrivée, Izlanzadi reçu de la part de Vanyali un cours sur les dragons, ainsi qu'une démonstration de vol. La jeune fille voulut immédiatement monter sur sa dragonne. Vanyali essaya de l'en dissuader, mais Izi ne voulut rien entendre. Elle monta sur son dos, sans selle. Vanyali décolla, et lui dit qu'avec de l'expérience, un bon dragonnier pouvait faire des acrobaties aériennes et se battre debout sur son dragon. Izlanzadi, que le danger attirait, se leva à demi. Vanyali lui interdit de faire ça, mais ne parvint pas a la raisonner. La jeune fille était à présent debout sur le dos de la dragonne, les bras écartés. Elle fit un salto et retomba assise à califourchon sur la dragonne, qui la sermonna. Elle aurait pu se rompre le cou ! Mais Izlanzadi n'en avait cure. Elle était bien trop heureuse !
Les semaines, les mois passèrent et ce couple étrange, formé d'une adolescente et de sa dragonne, mûri et appris à se connaître. Izlanzadi travaillait dur, et progressait à vue d'oeil. Elle pouvait maintenant se battre à l'épée sur le dos de sa dragonne, et avait appris à faire des figures acrobatiques aériennes.
Un jour, Izlanzadi, qui avait maintenant presque 19 ans, décida d'entrer dans une guilde. La Dragon Heart lui parut très accueillante. Elle y rencontra l'homme qui allait tout lui apprendre, Reigan, et s'y fit des amis. Et, le 13 novembre 2006, un mariage fut célébré en Atsami. Elle venait d'épouser Synopsis, dont le dragon se nommait Arragon. Plus une ombre ne planait sur sa vie. Sauf celle lointaine, d'un double meurtre, un jour de Lòtessë...



"mir aurë nulda, weaner, eldalië, gonnhirrim eddyr sére. mir aurë almàrea, valinèo walwé nilme chwesta lindo golodh ilu."

Izlanzadi,eressea draug, melisse Vanyali,mòre chendi fealòce


"Dans les jours sombres, que les hommes, les elfes et les maîtres de la pierre restent unis. Dans les jours heureux, puisse le vent de leurs amitié souffle sur ce monde."

Izlanzadi, la louve solitaire, maitresse de Vanyali, le dragon aux yeux de nuit.
Dragon gris
 Blacky 
 Le 11/06/2007 à 18:45:56 
trop bien! il y aura une suite?
Dragon lion
 Danielo 
 Le 11/06/2007 à 20:32:18 
ouais?
Dragon brume
 Le 11/06/2007 à 21:44:37 
Merci^^ j'en sais rien, faut voir^^
 Pages : [01]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 4 messages visibles sur 186953 dans le topic [RP] L'Etoile de Masrik.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés