« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
Elyra : Un lien déjà, si tu vois de quoi je parle, moi je ne sais plus d'où vient cette information... Trop lu de RP
Elyra : Coucou Azdare !
Azdare : coucou Elyra o/
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Histoire du Jeu en Temps Réel ! >> Prêche au temple des flammes

 Pages : [01] [02]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon volcan
 Le 22/05/2007 à 19:06:03 
WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash

Lors de mon premier jour dans ma nouvelle nomination de grande prêtresse de Shevarash, j'avais préparé mon prêche que je voulais vif, motivant. J'avais la rage au coeur et je voulais la partager.

J'entrais d'un pas décider et j'ouvris mon coeur :

« Vous êtes tous venus fidèles de Shevarash. Vous avez comme moi ce sang qui bout dans votre coeur. Vous avez cette rage.

Qui d'entre vous a vu la mort ? »

Un murmure qui se mua rapidement en grondement, mêlé d'approbation où quelques « moi prêtresse » résonnaient dans le temple pour se perdre au sommet de la nef.

« Honte, à ceux qui ne l'ont pas encore vu. Je vous le dis mes frères, je vous le dis mes soeurs le dieu de rédemption n'est pas encore là. Car, ici bas on nous attend dans les enfers. Tout vous sera permis, comme tout vous est permis sur cette terre d'Atsami.

On vous parle de voie blanche, de beauté, de paix, mais quand est-il. Tout n'est qu'interdis dans leurs paroles.

Regardons-les, leurs commandements et jugeons-les, froidement.

Leur Dieu est exclusif. Tout ce qui est beau ne peut être représenté, car leur Dieux est jaloux. Moi je suis haine et ma haine n'a pas d'autre source que l'amour que je vous porte.

Leur dieux n'est que silence fasse à la violence du monde moi je suis réaction, je donne autant que je reçois. Oui clame mon nom même en vain, car mon nom est dans chaque ruelle de tes ghettos.

Ils disent que leurs dieux a tout créé en six jours et le septième tu dois l'honorer, car c'est le jour sanctifié de son repos. Ce jour-là il s'est reposé et j'ai tous couvert de mon aile noire pour que tu saches que travaille ou repos ce jour, comme tous les autres, est le tien si tu sais le prendre.

Ce dieux leur dis : honore ton père et ta mère. Moi je te dis fais table rase du passé et crée ton avenir sans calquer sur les erreurs de tes pères et mères. Il leur commande de ne pas tuer. Mais quel hérésie je ne juge pas celui qui tue je juge les évènements, les discriminations, les interdis ..., les non-sens. Il leur commande de ne pas commettre l'adultère. Moi qui suis haine. Je te parle d'amour, de partage, prend mon coeur il ne me sert à rien, partage-le, offre-le. Mais ne soit pas esclave d'une seule vie ou d'un seul amour.

Il leur commande de ne rien voler. Mais je t'offre la possibilité de ne rien posséder et de tout avoir. Propriété, obligation, travaille. Prend ce qui t'es du et rien ne te sera dû. Il leur commande de ne pas mentir, moi je te dis que leur vérité n'est que mensonge qui affirme que l'humanité est née d'un seul homme et d'une seule femme. Et cette même vérité leurs fait affirmer qu'un homme de couleur est inférieur à la leur.

Et enfin ultime et dernier commandement. Il leur demande de prendre comme idole l'argent, la possession et de se couper de toute envie. Moi je te dis prend la femme de ton voisin si elle est belle, je te dis brûle sa maison et offre lui ta couche, libère sa servante, mange son boeuf et monte son âne. Mais surtout ne te trompe pas (2).

Le temple exultait et j'étais en nage. Je défis ma tunique et la laissait choir sur la dalle sombre.

Shevarash était haine, mais dans l'orgie qui suivi, il était évident que la haine était le plus cour chemin vers l'amour et la liberté.




(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9calogue_(Bible)
(2) je suis sur que Pantocrator adorera se passage.
Dragon volcan
 Le 17/06/2007 à 23:31:36 
Le temple des flammes au soir de la lune noir

J'avais revêtu ma tunique de prêtresse du Temple, ceint les ornements de la prêtrise, attacher à mon cou la larme de Corellon et j'enlevais de son support le sceptre, insigne de Shevarash, un trident en obsidienne forgée dans le feu démoniaque. J'étais prête et je montait les marches menant a l'autel pour mon oraison.

"La parole de Shevarash me fut adressée, en ces mots:
Filles de l'homme, fais connaître à Atsami ses abominations!
Tu diras: Ainsi parle le Seigneur Shevarsh, à Atsami: Par ton origine et ta naissance tu es du pays de Canaan; ton père était un Amoréen, et ta mère une Héthienne.
A ta naissance, au jour où tu naquis, ton nombril n'a pas été coupé, tu n'as pas été lavée dans l'eau pour être purifiée, tu n'as pas été frottée avec du sel, tu n'as pas été enveloppée dans des langes.
Nul n'a porté sur toi un regard de pitié pour te faire une seule de ces choses, par compassion pour toi; mais tu as été jetée dans les champs, le jour de ta naissance, parce qu'on avait horreur de toi.
Je passais près de toi, je t'aperçus baignée dans ton sang, et je te dis: Vis dans ton sang! je te dis: Vis dans ton sang!
Je t'ai multipliée par dix milliers, comme les herbes des champs. Et tu pris de l'accroissement, tu grandis, tu devins d'une beauté parfaite; tes seins se formèrent, ta chevelure se développa. Mais tu étais nue, entièrement nue.
Je passai près de toi, je te regardai, et voici, ton temps était là, le temps des amours. J'étendis sur toi le pan de ma robe, je couvris ta nudité, je te jurai fidélité, je fis alliance avec toi, dit le Seigneur Shevarash, et tu fus à moi.
Je te lavai dans l'eau, je fis disparaître le sang qui était sur toi, et je t'oignis avec de l'huile.
Je te donnai des vêtements brodés, et une chaussure de peaux teintes en bleu; je te ceignis de fin lin, et je te couvris de soie.
Je te parai d'ornements: je mis des bracelets à tes mains, un collier à ton cou,
Je mis un anneau à ton nez, des pendants à tes oreilles, et une couronne magnifique sur ta tête.
Ainsi tu fus parée d'or et d'argent, et tu fus vêtue de fin lin, de soie et d'étoffes brodées. La fleur de farine, le miel et l'huile, furent ta nourriture. Tu étais d'une beauté accomplie, digne de la royauté.
Et ta renommée se répandit parmi les nations, à cause de ta beauté; car elle était parfaite, grâce à l'éclat dont je t'avais ornée, dit le Seigneur Shevarash.
Et tu t'es confiée dans ta beauté, et tu t'es armée, à la faveur de mon nom; tu as armé mes fidèles, tu t'es livrée à eux.
Tu as rassemblé mes reliques, tu t'es fait des hauts lieux que tu as garnis d'étoffes de toutes couleurs, et tu t'y es livrée: rien de semblable n'était arrivé et n'arrivera jamais.
Tu as pris ta magnifique parure d'or et d'argent, que je t'avais donnée, et tu en as fait des ornements, à mon nom.
Tu as pris tes vêtements brodés, tu les en as couverts, et tu as offert à ces ornements mon huile et mon encens.
Le pain que je t'avais donné, la fleur de farine, l'huile et le miel, dont je te nourrissais, tu leur as offert ces choses comme des parfums d'une odeur agréable. Voilà ce qui est arrivé, dit le Seigneur Shevarash
Tu as pris tes fils et tes filles, que tu m'avais enfantés, et tu me leur as sacrifiés pour qu'ils me servent d'aliment
Tu as égorgé mes fils, et tu les as donnés, en les faisant passer par le feu en leur honneur.
Au milieu de toutes ces félicités et de tes offrandes, tu ne t'es pas souvenue du temps de ta jeunesse, lorsque tu étais nue, entièrement nue, et baignée dans ton sang.
Après toutes tes actions, -dit le Seigneur Shevarash -
tu ma bâti des maisons de culte, tu t'es fait des hauts lieux dans toutes mes places;
à l'entrée de chaque chemin tu as construit des hauts lieux, tu as honoré ma beauté, tu t'es livrée à tous les passants, tu as multiplié mes ornements.
Tu t'es offerte aux Flammes démoniaques, au corps vigoureux, et tu as multiplié mes fidèles pour m'honorer.
Et voici, j'ai étendu ma main vers toi, j'ai augmenté la part que je t'avais assignée, je t'ai livrée l'âme de tes ennemis."

Je refermais sur le lutrin mes maigres notes. Et m'adressais aux fidèles.

"Il est la haut un lieux où l'art, la beauté, la paix on leurs place mais ce n'est pas pour nous. Vous êtes là car vous avez fait ce choix, le choix des armes. N'attendez nulle félicité dans vos actes. Le paradis de la Seldarine vous est fermé pour l'éternité. Vous devrez détruire les dragons qui on choisi toutes autres errances que les nôtres. Ensuite, portez vos armes contre les armées Drows, contre les oeuvres et les suivants de Loth. Portez la haine et le chaos partout où Shevarash n'est pas pour que son nom soit grandisse et que la Seldarine reconnaisse ses mérites. Un jour mes soeurs, le panthéon vous sera ouvert et votre nom glorieux sera sur son frontispice en lettre d'or. Un jour mes frères, les nubiles seront là pour essuyer ton front et oindre ton corps des faveurs de Shevarash. En attendant ce jour lève ton glaive, bande ton arc, arme ton bras et marche contre les opposants à la vraie foie.
La victoire est proche…."

Chacun des fidèles avança trempant son glaive, son épée, la pointe de ces flèches, … dans le calice de l'autel renfermant le poison de Shevarash seul capable de terrasser toutes créatures d'Ombreterre. La procession finie, les manipule, cohortes et légion se regroupaient à la sortie du temple.
Cette nouvelle attaque porté contre Ombreterre allait repoussé un peu plus loin les forces de Loth et libéré la terres d'Atsami de leurs sombres menaces.

WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash
Dragon volcan
 Le 07/09/2007 à 16:33:58 
Le temple des flammes au soir de midwinter.


En ce jour sacré de midwinter. Mon prêche serait contre toutes les forces de la voie blanches et leurs représentants, contres leurs jugements iniques.
Et sur l'autel, je contemplais la foule des fidèles. Qui, encore pour ce jours, attendait que je leurs montre la voie de leurs liberté.
Pourtant ce prêche je l'avais déjà fais mille fois... Mais ma fonction m'imposait de ressasser les bases du culte. L'individu est faible de nature et ne rêve que de faciliter.


"- Ô flambeau, bûcher de nos vanité! Miroir terrible auquel nous faisons ignoblement porter la faute des laideurs que nous y voyons, oubliant que le miroir ne renvoie que notre propre image!

Aujourd'hui je me lève.
Aujourd'hui je prends les armes.

Nous nous battons, humains, elfes, nains, tous succube de ce monde, chaque jour contre notre nature et pourtant nous ne cessons d'en rêver. Notre morale est issue de la peur, non de notre bon coeur: peur de la prison, peur du regard accusateur d'autrui, peur des conséquences, peur d'en manger, peur de ne pas être …, peur d'être jugé nos moments de bonté ne sont faits que de peur et par moments, de faiblesses et de tristesses.

-Chaque soir, en m'endormant, se décharge en mon imagerie intime le massacre sanglant de ceux qui m'ont nui.
- Je tue et étrangle dans mes bras celui qui m'a fait du mal. J'appelle de mes rêves le moment où je serais justifié de lui rendre au centuple.
- Je ne respecte pas le bien d'autrui et ses frontières. Et, je rêve d'avoir le pouvoir de l'anonymat absolu et l'impunité totale, car je m'offrirais tous les objets de ma concupiscence où qu'ils se trouvent.
- Je ne respecte pas la hiérarchie, hors celle de Shevarash et je ne rêve que d'imposer mes vues et mes goûts car la soif du pouvoir me dévore.

Être un démon, c'est être franc, capable d'admettre ce que l'on est vraiment. Il est admission du réel. L'angélisme n'est qu'hypocrisie et mensonge, fuite et faiblesse, bien et mal, jugement et terreur. Être un démon, c'est reconnaître soi et autrui pour ce que nous sommes sans plus fuir ces images, sans plus monter des décors pour déguiser les réalités entrevues. Être un démon, c'est se rendre à soi-même, c'est la libération. Depuis des millénaires que la voie blanche et leurs dieux et leurs anges et leurs saints nous promettent de nous aider à faire de nous mieux que ce que nous sommes; nous promettent des destins de liberté, de surpuissance lumineuse, de détachement absolu de nos appétits; nous promettent l'autosuffisance et l'amour. Ces promesses ne se réalisent, non par une libération, ni la venue d'un royaume sacré, mais par la coercition, la dictature des élites, l'imposition accusatrice des concepts de péché, de bien et de mal. Il n'y a ni bien ni mal, il n'y a que la réalité. Nous parlons paix depuis des millénaires, et pourtant, la guerre nous mène de plus en plus loin.
Parce que tous ça n'est que veule promesse d'un avenir rêvé pour endormir les masses. Tous compte sur tes faiblesses, tes lâchetés pour te faire marcher sur leurs sentiers.

Aujourd'hui, vous n'êtes plus mouton mais démon. Démon pour renverser les prélats, les biens pensants, les donneurs de leçons, tous ceux qui vous veulent le dos courbé.
Prend ton glaive, prend ton arc, arme toi de cette foie libératrice qui te dis que nulle limite n'est hors de ta portée.
Ceint ton armure, attrape ton bouclier et protège toi de tes propres peur, de toutes ces croyances qu'on t'as imposé.
Mais surtout brandis ta hampe et porte la mort sur tes ennemies."
Dragon volcan
 Le 19/09/2007 à 14:14:40 
La prophétie

Il y a de cela très longtemps, le temple des flammes était sans direction le dernier grand prêtre était parti sans laissé de successeur qu'une prophétie dont je vous livre ici les vers.


Epitre cinquième du livre des ordres de Dhaeraowathila :

"Un jour viendra sur les marches du temple, où l'âme pure vous montrera la voie.
Elle parlera et vous m'entendrez, le verbe terrassera ceux qui ne veulent plier.
Vous savez mon nom, il est celui que tous craignent, alors ne prenez aucune pitié.
Ses mains seront le siège ensanglanté d'où brillera le symbole de votre foi.


L'arc et l'archer sera présent, la flèche brisée sera levée et le chaos siègera.
L'autel délaissé, sera nettoyé, lavé de vos larmes, car mon âme sera là.
Elle sera là et vous la verrez, ceux qui ne le peuvent seront aveuglés.
De leurs orbites creux sortiront, les vers de leur putréfaction réprouvé.


La gemme retrouvera sa place sur l'autel et de sa voix, elle guidera vos chants.
Et tous vous entonnerez les louanges de mon oeuvre et de mon ensemencement.
Ceux qui ne trouveront le verbe, ceux-ci seront fauchés comme blés sur mes champs.
Et de ceux qui demeureront, ceux-ci seront félicités. Tel est mon commandement.


Le calice se remplira de mon venin pour que vos flèches trouvent le coeur.
L'ivraie séparé du bon vin, je porterais mon regard pour inspirer la peur,
a tous ceux qui non pas crus. De ma volonté leurs mains seront ôtées.
Qu'ils ne puissent ainsi plus rien oeuvrer de leurs membres étêtés.


Mes chiens seront là sortie des enfer, pour de leurs geules béantes devoré,
Les restes des impis d'entre vous, les oreilles, les yeux, les bouches et les mains
seront ce jour leur festin dans votre choeur. Voyez, et crié votre félicité,
Car vous comtemplez l'élue. Celle qui dorénavant vous montrera le chemin."


Vous connaissez la suite ou croyez en savoir les fins, mais cette histoire n'est pas encore venue.

Goro l'ancien, d'entre les ombres du passé



Dragon volcan
 Le 06/04/2008 à 01:45:33 
Un jour parmis tant d'autres.

Ce jour j'avais la visite d'un hote de marque ...

-"Où es-tu Shevarash, où se trouvent tes œuvres ?
C'est votre question silencieuse. C'est LA question que vous vous êtes posé un jour ou l'autre.
C'est une question que se pose Cormocodran.
Oui, voyez-le ce brave guerrier fidèle de la haine pour les faibles, les lâches et autres couards qui fuient devant le danger.
Voyez le ce courageux porteur de la haine, ce brave orné du sang des pleutres.
Il se tient là au premier rang, fidèle d'entre les fidèles, honorant Shevarash de sa présence."


-"Vous le savez vous qui venez tous les jours Shevarash est haine. Haine contre le faible, haine contre celui qui dépose les armes, celui qui ne croit plus, celui qui abandonne . . ."

-"Approchez fidèle, peuples, nations, pour entendre ; et vous, soyez attentifs ! Que la terre écoute et tout ce qu'elle contient, le monde et tout ce qu'il produit ! Car la colère de Shevarash est sur toutes les nations, et sa fureur sur toutes leurs armées. Le rédempteur est…, Shevarash est... le Roi d'éternité ; devant son courroux la terre est ébranlé, et les nations ne peuvent soutenir, son indignation. Le son éclatant en viendra jusqu'au bout de la terre. Ainsi dit Shevarash, représentant des armées : voici, le mal s'en ira de nation à nation, et une grande tempête, une détresse et un ébranlement intenses et infernal, se lèvera des extrémités de la terre. Et les tués de Shevarash, en ce jour-là, seront d'un bout de la terre à l'autre bout de la terre. Attendez-moi, dit le dieu de colère, pour le jour ou je me lèverai pour le butin. Car ma détermination c'est de rassembler les nations, de réunir les royaumes pour verser sur eux mon indignation, toute l'ardeur de ma colère ; car toute la terre sera dévorée par le feu de ma colère. Car alors je changerai la langue des peuples en une langue purifiée, pour qu'ils invoquent tous le nom du dieu de colère, Shevarash, pour le servir d'un seul cœur."

-"Toi au premier rang. Toi qui est celui-ci qui vient d'Edom, De Botsra, en vêtements rouges, En habits éclatants, Et se redressant avec fierté dans la plénitude de sa force."
-"C'est moi qui ai promis le salut, Qui ai le pouvoir de délivrer. Ecoute mon souffle sur ta nuque, il est chaud à l'image de mon cœur."

-"Pourquoi tes habits sont-ils rouges, Et tes vêtements comme les vêtements de celui qui foule dans la cuve.
J'ai été seul à fouler au pressoir, Et nul homme d'entre les peuples n'était avec moi; Je les ai foulés dans ma colère, Je les ai écrasés dans ma fureur; Leur sang a jailli sur mes vêtements, Et j'ai souillé tous mes habits."

-"Car un jour de vengeance était dans mon coeur, Et l'année de les rachetés est venue.

-"Je regardais, et personne pour m'aider ; J'étais étonné, et personne pour me soutenir ; Alors mon bras m'a été en aide, Et ma fureur m'a servi d'appui.
J'ai foulé des peuples dans ma colère, Je les ai rendus ivres dans ma fureur, Et j'ai répandu leur sang sur la terre.
Je publierai les grâces de Shevarash, les louanges du dieu de colère, D'après tout ce que Shevarash a fait pour nous; Je dirai sa grande bonté envers la maison des Chaos angel, Qu'il a traitée selon ses compassions et la richesse de son amour.


-"Il avait dit : Certainement ils sont mon peuple, Des enfants qui ne seront pas infidèles ! Et il a été pour eux un sauveur."

Nous sommes depuis longtemps comme un peuple que tu ne gouvernes pas, Et qui n'est point appelé de ton nom ...



Encore un jour où je quittais cette chaire comme une écorchée, épuisée, vidée, ... Seul le feu de Fruuer et sa saine cruauté pouvais me redonné vie...

WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash
Dragon mouton
 Muthos 
 Le 07/04/2008 à 14:06:12 
Plop !

INFO : Topic nettoyé !
Dragon volcan
 Le 07/06/2008 à 20:37:02 
J'étais seul au temple des flamme. Retiré dans le scriptorium jouxtant ma cellule monacale.

Sur le lutrin reposait "le livre des Oeuvres" que je compulsait régulièrement pour trouver les mots d'ouverture de mes sermons. Mais j'étais a cet instant sur l'écritoire traçant les pleins et les déliés de ma rédaction.

Les derniere lignes tracé je répandis la sciure sur le parchemin et d'un souffle le texte final se révéla :

"Ô c'est à toi Shevarash, que nous dédions ces quelques vers.
Car n'es-tu pas celui, qui par le passé, nous initia aux Enfers ?

A cette époque la colère gonflait nos entrailles.
Et aux confins du possible, nous menions bataille.
La haine et la rancoeur dominaient alors nos âmes
Et sans aucune retenue, nous provoquions les drames.

C'est bien toi Shevarash, qui nous poussa dans le gouffre.
Où nous suffoquions dans les vapeurs du soufre !
Mais c'est aussi toi qui nous guidas vers les plus hautes des cimes
Et qui, encore aujourd'hui, nous inspire tous ces chants de l'abîme.

C'est ainsi Shevarash que tu es notre guide, à nous autres, les parias, les maudits
Et que c'est ta sagesse impie qui se diffuse par nos paroles et nos écrits."

WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash
Dragon blanc
 Le 14/06/2008 à 14:40:41 
Ploup
Dragon volcan
 Le 15/06/2008 à 22:14:55 
Un des jours du saint sacrement, jour de l'élévation de Shevarash au panthéon de la Seldarine.
Ce jour là je montais en chair pour le premier prêche du matin.
Je pris la cendre sanctifiée de la veille et du haut de mon promontoire je la jetais au-dessus de ma tête et vers la foule des moines de Dhaeraowathila assemblé dans la nef.

- "Je suis" C'est sur ces mots que notre seigneur et maître nous apparue, lui le soldat de la haine contre les Drow, lui le crie qui terrassera les armées impie de la noire tisseuse, lui la lumière qui tracera la voie vers les vertes vallées … "lui"
- Et il poursuivis :
"Vous êtes le bras et le glaive que j'arme de ma volonté"
"Des vôtres je sortirais le faible pour le faucher comme l'homme de la terre le fait de l'herbe inutile"
- Il poursuivie de sa voie forte qui s'étend sur nos terres et plis la volonté du faible.

Des oriels sortirent le son des cornes du temple.
Mes yeux avaient pris la lueur de la possession et de ma bouche sortirent les paroles de Shevarash.
- "Sort d'entre eux et montre ta face impie"

De la foule sortie un prêtre les yeux rouge larmoyant se frayant un passage parmi ces congénères, sur son visage se lisait la peur, sur sa tête se posait les mains des autres prêtres lui répétant "milya, milya, milya ". Une fois parvenue devant moi il se mis a genoux et de grosses larmes roulaient le long de ses joues. Toujours sous le charme je repris :

- "trouve mon courroux et plie devant moi car ta face ne sera plus"

Pris de convulsion, ses cris ne trouvaient d'échos dans le cœurs, couvert par le bruit des cornes. De ses oreilles se mis a couler une rivière de sang. Ses mains ne pouvaient en contenir l'afflue. Puis le sang coula de la bouche et enfin des yeux et à chaque fois les mains suivaient ce parcourt de douleur.
C'est dans cette mare de sang que le faible s'effondra gargouillant ses derniers râles pour enfin trouver la rédemption.

Je recouvrais mes esprits pour voir le supplicier mort étendus de tout son long.

- "Il est" et sa raison est infaillible, nous ne pouvons nous permettre la moindre faiblesse. Notre combat est celui du pur contre le mal, et nos souffrances ne trouveront de dénouement que dans le combat et la victoire sur la reine araignée.

"Sé apairë, sé apairë, sé apairë, sé apairë, sé apairë" entonnât la troupe rythmée par le fracas des glaives sur les écus de bronze.

C'est dans ce brouhaha que je sortie de la nef.


WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash

Milya : faible
Sé apairë : A la victoire
Dragon blanc
 Le 12/08/2008 à 00:18:08 
plopp
Dragon volcan
 Le 24/08/2008 à 11:45:23 
Valanya de la quatrième semaine de Úrimë, an 4.
Alors que la tempête soufflait sur les collines d'Atsamie, Waztierzholt dans les profondeurs du 7eme sous-sol s'apprêtait à ordonner un prêtresse de Dhaeraowathila.

Cet ordre était l'un des ordres les plus influent de la congrégation chaotique lié à Shevarash. La jeune femme était une elfe sylvestre orpheline que les hordes de Loth avaient oublié dans leurs tueries. La pauvre enfant de l'époque n'avait du sa sauvegarde qu'à la carcasse encore fumante d'un cheval éventré. Son père avait repoussé les boyaux fumant pour la glissé entre les cotes de la bête. Terré dans cette cage de résonance naturelle, elle avait entendus les cris de sa mère violée par les soldats. De son père pendu par les pieds condamné a assisté impuissant au supplice de sa femme. Les minutes avaient été pour elle des heures, qui l'avait quasiment rendu folle de chagrin.
Lorsque les soldats furent partis, elle sombra dans la folie. Elle ne voulait plus sortir et personne ne vint pour l'y encourager. Les larmes et les sanglots s'enchaînaient sans pouvoir sa tarirent. Les jours passant la fin, lui fit lâché prise au dernière fibre de raison qui lui restait. Elle racla le ventre de la bête pour se nourrir. La peaux était trop dur pour ses ongles, mais les vers qui s'engraissaient de la carcasse lui suffisait amplement.

Un peu moins de 2 mois s'écoulèrent ainsi lorsque mes soldats la découvrirent.
Les moines soldats de Dhaeraowathila patrouillaient depuis quelques semaines dans le 4eme sous-sol. A la vue de cette ferme détruite ils s'étaient arrêtés pour trouver un peu de repos avant d'arriver à la petite congrégation du 4eme sous-sol.
A ce niveau les attaques de la reine araignée étaient rares. Le 4eme sous-sol étant protégé par le sortilège que Corellon Larethian avait noué au 5eme. Mais les forces obscures de Loth trouvaient toujours une faille, une fissure dans l'éther pour passer se barrage. Les moines en découvrant les corps mutilé se mirent au travail. C'est en sortant le cheval qu'ils découvrirent la jeune elfe.
Ils le prirent d'abord pour une elfe noir abandonné par Loth. Mais malgré l'évidente folie qui secouait se corps aveuglé par la lumière qu'il redécouvrait. Le moine premier retrouva en elle les traits d'une jeune elfe sylvestre.
Le lendemain, après avoir immolé les corps de ses parents. Pour préserver la terre des souillures laissées par les armées ennemies. La jeune novice fut baptisé par les frères Ethaniael.

C'était cette jeune Ethaniael, que je m'apprêtais a ordonné prêtresse de Dhaeraowathila. Mes fonctions de grande prêtresse du culte de Shevarash, ne me permettaient pas de compassion pour cette jeune prêtresse.
Elle-même ne devait plus savoir ce que ce mot signifiait. Dans cette carcasse elle avait essoré son corps de toutes les larmes de son cœur. Après plusieurs années de noviciat elle était un guerrière au regard froid. La peur ! Elle connaissait. La folie ! Elle l'avait vaincue. La mort ! Elle l'avait nargué et elle n'était pas prête de revenir. Son dragon, Evoielan la servirait dans son combat contre les forces de Loth pour la plus grande gloire de Shevarash.

WAZTIERZHOLT, Grande Prêtresse de Shevarash
Dragon dino
 [?] Pito 
 Le 27/08/2008 à 19:15:32 
Plop!
Dragon glace
 Le 07/09/2008 à 12:06:39 
merciii maitre^^ (tu as juste oublé que j'etais une fille ms c pas grave mon ethaniael sera homme guerrier)^^
Dragon volcan
 Le 07/09/2008 à 14:28:02 
Je corrige de suite ma belle. Une femme guerrière c'est encore plus beau ^^
Dragon glace
 Le 08/09/2008 à 08:33:39 
c'est parfait^^ toujours aussi bien voire mieux^^
 Pages : [01] [02]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 27 messages visibles sur 187311 dans le topic Prêche au temple des flammes.

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2021 - Tous droits réservés