« Forum Ev-Dragon
Le jeu et vous
»
Muthos : Bonsoir !
Muthos : Je passais pour dire bonjour à Adv et Bahanix .
Ajt : ah ouais et les autres ?
Accès
Tchate


 Ev-Dragon >> Forum >> Histoire du Jeu en Temps Réel ! >> Les voies de Shevarash (tome 2 - 10 ans plus tard)

 Pages : [01]  
 Auteur  Message  Edit 
Dragon volcan
 Le 21/04/2007 à 09:39:24 
[Hrp]Cette histoire passe dix ans de la vie de Fruuer et Wazt. C'est une sorte de cadeau offert à Smix, Draygone et Pantocrator, tous les trois membres de la guilde des chaos angels.
Merci à vous trois qui me suivez dans mes aventures.[/Hrp]



Ame maudite

C’était les journées de solstices, et pour cette date où le jour et la nuit se retrouve sur le même pied d’égalité. Une grande prêtresse se doit de donner de son temps et de sa personne.
Ce jour là, j’avais sorti le grand jeu. Les fidèles étaient réunit en masse dans le temple des flammes. Fruuer avait capturer un dragon et son dragonnier tous deux fidèle de Corellon. L’animal était groggy, sous l’effet de drogue que je lui avais administré, entre autre, le souffle d’une canule d’Anadenanthera (6) dans chaque naseaux. Son dragonnier, lui, était ligoter, bâillonné et fou de rage. Le rite sacrificiel débutait par les habituels salamalecs que les shaman du temple m’avait enseignés. D’habitude, je faisais des coupes franches dans ces textes ancestraux, qui étaient une litanie de mots inconnus pour le profane et encore plus à l’assemblée d’analphabète qui s’étalait devant moi. Mais aujourd’hui, j’avais minutieusement préparé mon intervention et Fruuer veillait derrière moi.
Nous en étions à la partie la plus difficile du rite. L’extirpation du cœur du dragon. Celui-ci devait rester palpitant jusqu'à ce que je le presse au dessus du calice de l’autel. Tache hautement ardu, du fait de la longueur limité des artères, et surtout du sang qui coulait en fontaine incessante, de la large entaille béante.
Pendant cette opération, le dragonnier subit un processus de vieillissement accéléré. Il rattrape le temps, que le lien -sisilcala pà tixië-, a fait glissé sur lui. D’un visage de vingt ans, il passait à trente, cinquante, jusqu'à mourir et retourner à la cendre.

"Ce n'est pas la chair qui est réel, c'est l'âme. La chair est cendre, l'âme est flamme. "(7)

Et c’est lors de l’opération de dégagement du cœur, qu’un dragonnier et sa monture firent irruption dans le temple. Cette interruption était inadmissible et je fis de suite intervenir ma garde rapproché pour arrêter cet importun, qui allait remplacer, le cœur gâché par son intervention. Trois gardes étaient déjà sur lui alors qu’il sautait de son dragon, pour se diriger vers moi. Il se débarrassa des gardes en deux à trois mouvements d’épée. Comme si ces trois colosses ne pesaient rien face à lui. Rien n’avait entravé sa progression vers l’autel. Et en moins de temps qu’il ne faut à le dire, il était au pied des marches menant à l’autel, que je présidais. Fruuer ne m’ayant pas avertis de cette intrusion, ni d’aucun danger imminent, j’ai gardé une attitude stoïque, digne d’une prêtresse de Shevarash pour qui la mort n’est rien, sans doute était ce la volonté de Shevarash.

J’en avais fait du chemin, depuis que j’avais quitté ma contrée. Dix ans s’étaient passés, j’avais dix huit ans et j’étais déjà grande prêtresse de Shevarash. La gemme de Shevarash trônait devant moi, sur l’autel du temple des flammes. J’exerçais depuis déjà deux ans et ma renommé, n’avait cessé de croître au fur et a mesure que les rituels se succédaient, sur un rythme de métronome. Et si Fruuer avait dans un premier temps pris plaisir, en trônant derrière moi, aux rituels sacrificiels. Elle regrettait le temps de nos aventures, le temps des combats, des grandes courses, et moi-même, j’avais la nostalgie des cris de terreur, des yeux exorbité de peur, l’odeur de la chaire brûlé, et je peu vous l’avouez avec fierté, la vue du sang m’excitait et décuplait toutes mes facultés. Et si tous cela devait finir aujourd’hui, je n’aurait pas de remord à présenter, si ce n’est à Shevarash pour ne pas avoir fini son œuvre.

Mais le guerrier mis un genou à terre, et la tête inclinée vers le sol, il me présenta un écrin, en déclamant d’une voix forte et assurée.
"-Grande prêtresse. La guilde des Chaos Angel, mené par notre chef suprême Draygone et son dragon Gray, s’est porté victorieuse d’une grande bataille contre les armées de Corellon et Larethian. Nous avons été vainqueur sur tout les fronts, le redoutable Pantocrator, qui menait notre cavalerie de dragonnier, a enfoncé les lignes adverse et a porté le coup fatal qui nous mena à la victoire.
-Et c’est pour ça que tu me dérange. Tu n’es pas mort sur le champ de bataille et tu veux mourir sur cet autel. Shevarash veut un cœur ce sera le tien, jeune fou."
L’homme, à genou, était à la merci des fidèles qui s’étaient ressaisis et l’entouraient de toutes part attendant mes instructions.
"-Avant de vous donnez ma vie, grande prêtresse. Je dois vous faire parvenir un message de Draygone"
Son assurance me plaisait, jamais avant lui un homme ne m’avait autant impressionné. J’arrêtais les fidèles d’un geste, et encourageait le dragonnier de la tête.
"-Nous avons certes remporté une grande victoire, mais elle nous laisse fortement affaiblie. Les fidèle de Corellon et Larethian se rassemble déjà. Nos forces ne pourront les contraindre longtemps et pour cela Draygone souhaite s’adjoindre vos services.
-En offrande, Draygone vous remet ce présent. Dans cet écrin se trouve la larme de Corellon. Et mon dragon porte avec lui une armure à vos mesures. Elle a été forgée avec le souffle de Gray et la masse de Pantocrator.
Le dragonnier sans changer de position avait ouvert l’écrin rouge où brillait un point noir.
"-Apporte moi cet écrin dragonnier", lui ordonnai-je.
Il se releva lentement et les fidèles s’écartèrent. Après avoir monté les cinq marches, il me présenta l’écrin.
"-Comment t’appel tu ?
-Je m’appel Smix, grande prêtresse.
-Très bien Smix. Montre moi ta face maintenant."
Le chevalier redressa la tête. Ce que j’y vis, me glaça le sang, d’effroi. Sous son capuchon, brillait deux petits points, tel deux braises qui couvent sous la cendre. Mais de visage rien. J’esquissais un geste pour découvrir le capuchon mais Fruuer me prévint de ne rien en faire.
"-Wazt, ne fait pas ça! Ce chevalier n’est pas de ce monde. Il est bien plus dangereux, que tu ne le penses."
J’arrêtais ma main pour lui dire :
"-Ton visage ne m’est pas inconnu. Je l’ai déjà vu se refléter dans les yeux des hommes avant de mourir. Il se nomme effroi car il amène la mort et c’est ainsi qu’il doit rester."
Je savais qu’il avait compris mes paroles et j’aurais pu juré qu’il souriait.
En examinant l’écrin, j’y vis une goutte carmin, presque noir, d’un pouce de diamètre.
Je l’avais déjà vu en rêve, et c’était un des éléments de l’autel de Shevarash, je touchais au but.
"-Frères, sœurs, dragon, dragonne, la lutte contre le bien viens de franchir un cap. Cette victoire n’est rien. Mais elle vient de nous apporter la preuve de la justesse de notre combat. Cette larme est une des pierres d’achoppement, de l’autel qui installera la suprématie de Shevarash, dans le cœur de tous les dragons de la terre d’Atsami. L’heure n’est plus à la prière, mais à la lutte."
Sur ces dernières paroles, j’avais levé mon épée "Azael", et d’un geste large et circulaire j’en fis tourné la lame, pour couper la tête du dragonnier ligoter près de l’autel.
"-Smix, tu enverras ton dragon vers Draygone pour l’assuré de mon ralliement. Je lui envoie déjà, l’ensemble de ma garde et une phalange des moines occulte du temple. Toi, tu resteras par mis nous. J’ai besoin de toi, pour parfaire mon entraînement.
D’ailleurs, montre moi cette armure… "
En moins de trois semaines j’avais appris de Smix plusieurs gardes et bottes essentiel et moi-même je lui appris quelques formules magiques.
Je n’étais pas une très grande guerrière, comme lui n’était pas un très grand sorcier mais a nous deux nous formions un duo imbattable.
Je me doutais bien qu’il ne m’avait pas livré tous ces secrets, comme je m’en étais bien gardé de mon coté. Nous avons connue ainsi pendant ces trois semaines de multiples moments d’intimité qui nous ont rapproché. Mais jamais je n’ai retenté de découvrir sont visage.
De lui je n’appris pas grand-chose sinon qu’il était un digne représentant de Shevarash. C’est de Fruuer, par l’intermédiaire de Glaert, son dragon, que j’appris sont histoire. Il venait de profondeur inconnue d’Atsami après avoir été banni le même jour que Glaert. Il s’en suivi une amitié, que rien ne pourrais brisé. Smix avait élevé Glaert et ils étaient devenus l’un pour l’autre, deux êtres indissociables.
Ce dragonnier n’en finissait pas de m’étonner et mon attirance pour lui s’intensifiait de jours en jours. Mais celle qui m’étonna le plus fut ma dragonne lorsqu’elle me dit :
"-Wazt, je vais me marier avec Glaert"
J’en ai été abasourdi :
"-Et, nous qu’es qu’on devient ? Je t’aime et ne peut vivre sans toi.
-Moi de même, Wazt. Et Glaert ne songe pas plus que moi à ce séparé de sont dragonnier. Veut tu nous accompagner au cinquième sous sol pour que l’on puissent s’unir ? ".

(6) Cette plante est réputée pour être utilisées par les urgals sous forme de poudre à priser et servir d'hallucinogène sous le nom notamment de yopo ou cebil.
(7) [Hrp] Citation emprunté à notre ami Victor Hugo.



Fruuer Dragonne maléfique de Shevarash et Waztierzholt grande prêtresse de Shevarash.
Dragon loup
 Le 21/04/2007 à 10:17:54 
plop !
 Pages : [01]    

 Se connecter

Pseudo : 
Pass : 


 Stats 
 1 topic et 2 messages visibles sur 186953 dans le topic Les voies de Shevarash (tome 2 - 10 ans plus tard).

Ev-Dragon.com © Bahanix 2005-2020 - Tous droits réservés